Promouvoir et défendre le logiciel libre

26 March 2015

Frederic BEZIES

En vrac’ rapide, plus ou moins libre.

Le 26 March 2015 à 19:57:35

Un petit en vrac’ rapide et partiellement libre pour continuer cette dernière semaine du mois de mars 2015

Dans le non-libre, deux ou trois liens intéressants :

Voila, c’est tout pour aujourd’hui !

jzimmermann.png Jérémie ZIMMERMANN

Convention on online advertising: increased circumvention of the law in the name of fighting piracy

Le 26 March 2015 à 15:55:21

Paris, 26 March 2015 — The Minister of Culture announced yesterday a plan of action for the fight against piracy and an agreement (fr) on online advertising negotiated between advertisers, advertising agencies and rightsholders under the supervision of the government. This agreement confirms the fears La Quadrature du Net has expressed over the last several months about the growing threat of repressive online policy (fr). It organises a system in which identifying "massively infringing sites" is relegated to advertising companies while circumventing the law, which alone should be authorised to decide about this in order to adequately guarantee freedom of expression and the right to information. This new development marks a step towards the creation of a private police force in the name of intellectual property rights.

The convention made public yesterday is based on the fuzzy notion of "sites massively infringing on intellectual property rights", which is strongly reminiscent of "infringing on a commercial scale" that figured in the ACTA agreement. But where ACTA left to judges the task of identifying sites that meet that criterion, the text presented by the Minister of Culture abandons that task to the advertisers, who will act under pressure from the rightsholders.

The convention indeed specifies that the signatory agencies and advertisers may "establish a list of URLs by referring to informations given by the competent authorities, possibly using technological means, and in collaboration with the rightsholders who alone know the applicable rights". To draw up such blacklists, these participants may rely on judicial decisions, but also on simple reports from the Interior Minister's Pharos platform, as well as on information passed on by institutions like Hadopi or professional associations representing cultural industries.

The convention's signatories undertake not to place advertising on sites identified this way, relying on the contractual conditions for deploying their services. This approach, called "Follow The Money", results in practice in getting rid of the judge in lieu of an opaque system in which agreements among private participants can end up blacklisting sites. A simple "oversight committee" is expected to frame this plan, composed of professional representatives of advertisers and rightsholders, which will offer no serious guarantee of transparency and respect for civil rights.

So far as the convention is concerned, every advertising agency will effectually be free to establish its own blacklist with no obligation to make it public, and the work of the oversight committee will appear in an annual report which the Minister of Culture may choose to publish or not.

La Quadrature du Net has never defended centralised streaming or direct download sites whose advertising revenue is illegitimate revenue. But the means in this convention mark an intolerable abandon of fundamental guaranties, and it is clear that the real aim of this plan is to organize the first step in transferring judicial prerogatives directly to the cultural industries.

This drift to an extra-legal application of intellectual property rights is the more disquieting because it is being promoted by the French government at the European level, and because it can be found, for instance, in the Svoboda report being examined currently by the European Parliament.

"The war against sharing has stuck itself in a dead-end from which it can't get out without further damaging the basic rules of the state of law. Citizens should not accept that, as this convention about advertising provides, sites might be blacklisted without legal intervention" declared Lionel Maurel, member of La Quadrature du Net's Strategic Orientation Committee.

French Intelligence Bill: Everyone Under Surveillance

Le 26 March 2015 à 15:03:03

Paris, 26 March 2015 — While presenting the Intelligence bill adopted during the 19 March 2015 Council of Ministers, the Prime Minister proudly asserted that it contained “legal means of action but neither exceptional means nor the generalised surveillance of citizens”!

Joint Press Release with the OLN (Observatoire des Libertés et du Numérique)1

While this bill does indeed legalise what were up to now secretive investigative methods, the guarantees given regarding the respect of our liberties are nothing more than a fallacious rhetorical mantra. Furthermore, the government is robbing the public of a proper debate in Parliament by fast-tracking the bill's review, claiming the draft legislation is the subject of a wide consensus.

“No measures of exception”: recording audio in private spaces, capturing images, accessing in real-time to Internet connexion data or installing communication recording devices in large areas of public space for dragnet surveillance (capturing everything and sorting it out later), such are the means which are not “measures of exception”. Should we then accept to see those means become the humdrum reality of daily life?

“No generalised surveillance of citizens”: under the pretext of a legitimate fight against terrorism, the bill creeps far beyond its mission. It states that special intelligence powers can be enacted to ensure, among others, “the prevention of collective violence, the nature of which can gravely compromise public order”. In the name of fighting terrorism, social protests movements could be targeted by this enhanced surveillance. All citizens will become the potential targets of such control, despite what is being said.

Worse, the scheme being in the hands of the executive powers, it bypasses any control by the judicial courts which is seriously detrimental to the individual liberties they are constitutionally responsible to protect.

The verification of compliance with the –exceptionally vague– standards used to implement these outrageous investigative powers, is entrusted to a board which follows an inverted logic: authorisations require a single commission member, except in case of an emergency, when none is necessary. But the absolute majority of commission members is necessary to recommend abstaining from using the investigative powers, though the executive powers remain free use them nonetheless. And if the commission remains silent, it is taken as a consent. Thus infringing on personal freedoms becomes the rule, protecting them an exception.

It is only after the fact, and only if the commission's filter was applied, that judicial appeals may be filed, exclusively before the French Council of the State (Conseil d'État). Furthermore, due to their confidential nature, the appeals will be examined without the right of reply. In any case, they will remain illusory as, by definition, the plaintiffs need to remain ignorant of the surveillance measures they are subjected to.

Lastly – a major flaw in the scheme – no limit is set to determine when and according to which criteria the legal status of an investigation can revert from an intelligence matter, conducted by an extraordinary administrative police force, to a common law judicial inquiry, with all the guarantees it brings to those targeted. Judicial courts could therefore be kept away from investigations regarding offenses and crimes even though they fall under their remits.

This bill creates a lasting and secretive system to control citizens and entrusts the executive powers with virtually unlimited use of it. As such, it is unacceptable. Only the real preemptive control of intelligence methods both proportionate and following strictly defined national security objectives can respect fundamental rights.

We call on all citizens and MPs to act in order to bring this bill to its only legitimate end: ensuring the intelligence and surveillance techniques framework respects the requirements of the rule of law.

Isabelle DUTAILLY

Les mystérieux dossiers du profil utilisateur de LibreOffice

Le 26 March 2015 à 11:01:48

C’est en fait la conséquence évidente de mon enquête sur le profil de LibreOffice. Puisqu’il y avait trois dossiers : psprint, store et temp mystérieux, la continuation logique était de poursuivre l’enquête afin de résoudre cette énigme. Les trois dossiers expliqués Ces trois dossiers étaient tous signalés d’une éloquente marque jaune :  ?? (si vous le savez, … Continuer la lecture de Les mystérieux dossiers du profil utilisateur de LibreOffice

Cet article Les mystérieux dossiers du profil utilisateur de LibreOffice est apparu en premier sur Tutoriels et logiciels libres.

25 March 2015

Rodolphe QUIEDEVILLE

PgDay Paris

Le 25 March 2015 à 20:18:00

J'ai la plaisir cette année de participer au comité de sélection du PgDay Paris qui se déroulera le 21 Avril 2015.

Le pgDay Paris est une journée de conférences et d'échanges organisée par la communauté française de PostgreSQL. Un ensemble de présentations en anglais et en français sera proposé, couvrant des sujets techniques ainsi que des retours d'expérience d'utilisation de PostgreSQL en production.

Que vous soyez développeur, administrateur système ou de bases de données ou bien « décideur » (DSI, directeur technique, etc), nous aurons du contenu pour vous !

Les inscriptions à l'événement sont dès maintenant disponibles pour le prix de 65 € pour la journée, qui inclut les pauses cafés et le déjeuner complet sur place.

Les places étant limitées, je vous invite à vous inscrire au plus tôt afin d'être sûr de pouvoir venir.

  • https://www.postgresql.eu/events/register/pgdayparis2015/

Le prix des places est maintenu volontairement bas afin de permettre au plus grand nombre de participer. Cela est rendu possible grâce au soutien des sponsors, et il reste là aussi des places. Alors si vous souhaitez apporter votre contribution au développement de PostgreSQL n'hésitez pas à prendre contact, toutes les coordonnées sont sur le site de l'évènement.

Rendez-vous le 21 !

Frederic BEZIES

Gnome 3.16 : une version de peaufinage ?

Le 25 March 2015 à 18:38:35

En ce 25 mars 2015, la huitième version stable de la génération 3.x de Gnome vient de sortir. Avec un effet d’annonce qui joue sur les chiffres, on apprend que Gnome 3.16 est le résultat de 6 mois de travail, intégrant 33 525 changements introduits par 1043 auteurs.

Le jour même de la sortie, les mainteneurs d’Archlinux propose Gnome 3.16 sur les dépots de tests de la distribution. J’ai donc installé une machine virtuelle avec VirtualBox, et en activant les dépots de tests pour récupérer directement Gnome 3.16.

Pour l’installation, je me suis basé sur le tutoriel que je propose mensuellement, le dernier en date au moment où je rédige cet article étant celui sorti le 1er mars 2015.

Sur l’installation de la base, j’ai activé les dépots testing, puis j’ai effectué la première mise à jour.

Après le rédemarrage, j’ai lancé l’installation de Gnome avec la commande suivante en tant que root :

pacman -S gnome gnome-extra gnome-tweak-tool system-config-printer telepathy shotwell rhythmbox

Ce qui demande la récupération d’environ 488 Mo de logiciels pour une taille totale d’environ 1,84 Go.

Telepathy ? Pour avoir un maximum de protocoles de messageries instantanées disponibles dans Empathy. Shotwell pour les photos, Rhythmbox pour l’audio. Cependant, je n’ai pas copié ma musicothèque. Pourquoi ?

La réponse en une simple ligne de code.

[fred@fredo-arch ~]$ du -sh Musique/
78G Musique/

Cela vous suffit comme explication ? :D

J’aurais bien rajouté l’outil logiciels (alias Gnome-Software), mais il semble être uniquement disponible sur AUR.

Néanmoins, cela n’empêche pas d’avoir une expérience aussi proche que celle voulu par les développeurs de l’environnement.

<iframe allowfullscreen="allowfullscreen" frameborder="0" height="480" src="https://www.youtube.com/embed/52HeDYyDOE8?rel=0" width="640"></iframe>

J’avoue que cette version de Gnome ne m’a pas vraiment impressionné. J’ai l’impression d’avoir en face de moi un soufflé qui aurait tendance à se dégonfler un peu vu la publicité et les annonces qui ont été faites tout au long de son développements.

Les icones semblent sacrifier à la mode du « flat design » tout en restant moins minimaliste que certains autres thèmes bien connus. Ainsi que d’autres élements de l’apparence générale de l’environnement.

Evolution semble être de nouveau fonctionnel avec les agenda comme celui de Google. Nautilus souffre encore de certains manques anciens comme l’impossibilité de savoir quelle est la place disponible restante sur un support. Dommage.

Gnome est quand même assez lourd. Au démarrage, il mange quelque chose comme 650 à 700 Mo. Quel poids plume ! C’est vrai que l’environnement est complet, mais certains outils comme anciennement Totem sont vraiment très réduits dans leurs fonctionnalités et on a du mal à justifier une telle gourmandise.

Il y a deux nouveaux outils (au moins) : un pour gérer ses livres électroniques (qui sera intéressant quand il sera fonctionnel), et un support pour un agenda léger sans passer par l’artillerie lourde qu’est Evolution.

J’ai été étonné de voir la zone de notification migrer vers le haut de l’écran. À moins que la zone de notification inférieure réponde à un autre raccourci clavier ?!

C’est sûrement une bonne version dans l’ensemble, mais je ne pense pas l’installer sur ma machine réelle pour plusieurs points : sa gourmandise mémoire, son interface qui tend à se tablettiser et les outils qui semblent prendre leur temps pour se charger, même si du progrès a été fait dans ce domaine.

Si vous aimez Gnome, cette version vous confortera dans votre « amour ». Si je n’avais pas été conquis par Xfce 4.12, j’aurais migré vers Gnome 3.16 sans hésitation, en espérant que la seule extension que j’utilise soit portée. Pour le moment, mon choix reste Xfce.

tnitot.png Tristan NITOT

Loi Renseignement et surveillance de masse : l'analyse de l'article L. 851.4

Le 25 March 2015 à 13:05:00

J’ai un drame dans ma vie en ce moment : je ne suis pas juriste. C’est un drame, toutes proportions gardées, car je me retrouve telle la poule ayant trouvé un couteau, face au projet de loi Renseignement (PDF, 1,5Mo). Moi qui suis informaticien de formation, je suis bien incapable de déchiffrer ce document de 39 pages (12 pages d’explications, 5 pages d’avis du Conseil d’État, le reste pour le projet de loi lui-même). J’ai tout de même décidé de me focaliser sur une partie précise, celle qui instaure la surveillance de masse à des fins de lutte contre le terrorisme.

Pour ceux que ça intéresse, c’est page 21 du document communiqué à la presse (Article 2).

Ce qui est intéressant, ce sont les articles L. 851-3 et L. 851-4. Je décrypte[1] et je partage ici le résultat de ce que j’arrive à percevoir. Il n’est pas exclu que je fasse des approximations. S’il y a des juristes parmi mes lecteurs, je serai ravi de corriger ce texte là où il le mérite (contactez-moi par mail : tristan à mon-nom-de-famille point com ou dans les commentaires ci-dessous).

Article L. 851-3 : écoute ciblée en temps réel sur Internet

De quoi parle-t-on exactement ?

  1. Pourquoi : « pour les seuls besoins de la prévention du terrorisme ».
  2. Demandée par : des agents des services de renseignement.
  3. Quoi : La collecte en temps réel des données relatives « à des personnes préalablement identifiées comme présentant une menace ».
  4. Où ça : sur les réseaux des opérateurs de communications électroniques (Fournisseurs d’accès Internet et téléphonie mobile) et fournisseurs de services en ligne.

Article L. 851-4 : surveillance de masse d’Internet par des boites noires

C’est cet article-là qui sort vraiment du lot à mon sens, dans la mesure où il met en place les premiers mécanismes permettant une surveillance de masse d’Internet, non pas centrée sur des individus, mais sur les comportements de tous les utilisateurs d’un service. Voyons plus en détails :

  1. Pourquoi : « pour les seuls besoins de la prévention du terrorisme ».
  2. Demandé par : un fonctionnaire désigné par le premier ministre, après avis de la CNCTRS.
  3. Quoi : une surveillance algorithmique des méta-données pour détecter une suspicion d’attaque terroriste.
  4. Où ça : sur les réseaux des opérateurs de communications électroniques (Fournisseurs d’accès Internet et téléphonie mobile) et fournisseurs de services en ligne.
  5. Ensuite : levée de l’anonymat de ces méta-données et des données pour traiter ces personnes comme des terroristes supposés (donc surveillance dans la vraie vie et sur Internet).

L’exposé des motifs présente ceci sous un jour forcément plus favorable, sa vocation étant de « vendre » le projet de loi :

l’article L. 851-4 prévoit que le Premier ministre peut ordonner aux opérateurs de communications électroniques et aux fournisseurs de services de détecter, par un traitement automatique, une succession suspecte de données de connexion, dont l’anonymat ne sera levé qu’en cas de révélation d’une menace terroriste.

Ce qu’il faut bien comprendre ici, c’est que cet article prévoit la mise en place de boites noires chez les fournisseurs d’accès Internet (Free, Orange & co), et chez les fournisseurs de services Internet (les hébergeurs, les grands services opérant depuis le territoire français) d’ordinateurs chargés de nous surveiller pour pointer du doigt les personnes ayant un comportement suspect. C’est exactement la définition de la surveillance de masse, laquelle a un impact terrible sur nos libertés, comme l’explique Glenn Greenwald, dans son livre sur les révélations Snowden :

la surveillance de masse crée une prison dans l’esprit qui est bien plus subtile mais bien plus efficace pour favoriser la conformité aux normes sociales, bien plus effective que la force physique ne pourra jamais l’être.

Une totale inefficacité

En acceptant la surveillance de masse, nous payons un prix délirant, celui de notre liberté, pour obtenir plus de sécurité. Pourtant, compte tenu des différents outils de chiffrement à la portée de tous, du VPN à TorBrowser en passant par la messagerie instantanée XMPP-OTR, les chances d’attraper les terroristes sont plus que minimes. Nous nous retrouvons dans la situation où la France paye très cher (en terme de libertés) pour finalement n’obtenir aucun résultat. Est-ce vraiment ce que nous voulons ?

Note

[1] Littéralement : retrouver le contenu d’un message sans en avoir la clé.

april.png Nouvelles April

Pacte du Logiciel Libre pour les départementales 2015 - relance d'« Un tract, un pacte !» pour l'entre-deux-tours

Le 25 March 2015 à 12:56:15

Les listes candidates pour le second tour des élections départementales sont désormais connues et disponibles sur la plate-forme Candidats.fr de l'April pour les élections . N'hésitez pas à aller les consulter et à contacter les candidats qui ne l'ont pas encore été ! À l'issue du premier tour, seulement 15 candidats encore en lice ont signé le Pacte du Logiciel Libre.

Pour en savoir plus, consultez notre appel à action « Un tract, un pacte !».

Déclaration commune : les institutions publiques doivent utiliser des formats ouverts pour la publication et l'échange de documents

Le 25 March 2015 à 11:22:05

Paris, le 25 mars 2015, communiqué de presse.

Dans le cadre de la Journée de libération des documents, l'April a cosigné une déclaration attirant l'attention sur l'importance, pour les institutions publiques en général et la Commission européenne en particulier – eu égard à son rôle moteur –, d'utiliser des standards ouverts dans tous leurs services et communications.

Ce mercredi 25 mars 2015 se déroule la Journée de libération des documents (Document Freedom Day). Cet évènement rappelle qu'il est essentiel que les formats de documents numériques soient réellement ouverts. Seuls les formats ouverts permettent aux citoyens, aux consommateurs, aux gouvernements comme aux entreprises d'utiliser les logiciels de leur choix, tout en conservant la maîtrise de leurs documents et de leurs données et ce, sur le long terme.

Cette journée permet également de sensibiliser les pouvoirs publics aux problématiques liées à l'usage de formats fermés pour les échanges avec les citoyens. Un simple formulaire à remplir exigeant des outils privateurs met dans l'embarras les nombreux utilisateurs de logiciels libres dans leurs contacts avec l'administration.

Dans ce cadre, les organisations April, Free Software Foundation Europe, European Digital Rights, OpenForum Europe and Open Source Business Alliance ont signé une déclaration commune qui appelle la Commission européenne à utiliser les standards ouverts, notamment dans les dossiers de candidature aux programmes de l'Union européenne.

« Les formats ouverts et le logiciel libre partagent les même buts : être au service de chacun et garantir que les utilisateurs conserveront le contrôle de leurs données, tout en assurant la pérennité de ces mêmes données. Par l'utilisation de formats fermés ou privateurs, les institutions publiques favorisent les positions dominantes de certaines entreprises. L'April encourage donc les gouvernements et les institutions publiques à passer à l'utilisation exclusive de formats ouverts pour la publication et l'échange de documents », affirme Frédéric Couchet, délégué général de l'April.

À propos de l'April

Pionnière du logiciel libre en France, l'April est depuis 1996 un acteur majeur de la démocratisation et de la diffusion du Logiciel Libre et des standards ouverts auprès du grand public, des professionnels et des institutions dans l'espace francophone. Elle veille aussi, à l'ère du numérique, à sensibiliser l'opinion sur les dangers d'une appropriation exclusive de l'information et du savoir par des intérêts privés.

L'association est constituée de plus de 4 000 membres utilisateurs et producteurs de logiciels libres.

Pour plus d'informations, vous pouvez vous rendre sur le site Web à l'adresse suivante : http://www.april.org/, nous contacter par téléphone au +33 1 78 76 92 80 ou par notre formulaire de contact.

Contacts presse :

Frédéric Couchet, délégué général, fcouchet@april.org +33 6 60 68 89 31

Déclaration commune : inclure et impliquer les citoyens au maximum par l'usage de standards ouverts à la Commission européenne

Le 25 March 2015 à 09:00:00

Ce mercredi 25 mars 2015 a lieu le Document Freedom Day, une journée internationale destinée à célébrer et faire connaître les standards ouverts. À cette occasion, les organisations April, Free Software Foundation Europe, European Digital Rights, OpenForum Europe and Open Source Business Alliance souhaitent porter l'attention sur l'importance, pour les institutions publiques en général et la Commission européenne en particulier – eu égard à son rôle moteur – d'utiliser des standards ouverts dans tous leurs services et communications.

Consultez notre déclaration commune "Maximising inclusiveness and engagement through the use of Open Standards in the European Commission"> dont une traduction en français est disponible ci-dessous.

Déclaration commune : inclure et impliquer les citoyens au maximum par l'usage de standards ouverts à la Commission européenne

C'est aujourd'hui le Document Freedom Day, une journée internationale destinée à célébrer et faire connaître les standards ouverts. À cette occasion, nous voudrions porter notre attention sur l'importance, pour les institutions publiques en général et la Commission européenne en particulier – eu égard à son rôle moteur – d'utiliser des standards ouverts dans tous leurs services et communications numériques.

Les standards ouverts sont des formats et des protocoles que chacun peut utiliser librement (sans restriction) et gratuitement, et pour lesquels aucun logiciel spécifique d'un fournisseur particulier n'est requis. Ils sont essentiels à l'interopérabilité et à la liberté de faire son choix sur la base des mérites comparés des différents logiciels. C'est de la plus haute importance pour une institution publique comme la Commission européenne, car chaque citoyen européen ou chaque entreprise européenne doit avoir le droit de communiquer et interagir avec ses services en utilisant exclusivement des standards ouverts, et ne doit pas être forcé d'installer ni utiliser un logiciel d'un fournisseur particulier, quel qu'il soit. C'est pourquoi nous saisissons l'opportunité du Document Freedom Day pour exprimer nos préoccupations concernant l'usage inapproprié des standards dans les dossiers de candidature aux programmes de l'Union européenne.

De nos jours, les candidats à la plupart des programmes de l'Union européenne sont généralement obligés de remplir des formulaires PDF qui utilisent des éléments implémentés uniquement dans un logiciel propriétaire d'un fournisseur particulier (Adobe), logiciel qui n'est pas disponible pour toutes les plateformes. C'est un problème pour de nombreux candidats qui se trouvent ne plus avoir qu'un seul choix, sous peine d'être complètement exclus du processus. Cela n'a pas lieu d'être, alors qu'il existe nombre d'alternatives efficaces entièrement basées sur des standards ouverts. En général, nous conseillons de ne pas utiliser le PDF pour les formulaires en ligne et recommendons à la place des solutions basées sur des standards ouverts du Web comme le HTML5 ou les XForms. Dans cette déclaration commune, nous appelons la Commission européenne à remédier à cette situation pour garantir que toutes les interactions avec le public soient effectuées uniquement à l'aide de standards ouverts, de manière à inclure au maximum tous les citoyens européens et leur donner toute la liberté de choix possible.

Signataires :

Jean-Christophe Becquet
Président
April

Karsten Gerloff
Président
Free Software Foundation Europe (FSFE)

Andreas Krisch
President
European Digital Rights (EDRi)

Graham Taylor
PDG
OpenForum Europe (OFE)

Peter Ganten
Président du conseil d'administration
Open Source Business Alliance (OSBA)

24 March 2015

Philippe SCOFFONI

Comparatif des logiciels d’installation automatisée pour Windows Chocolatey et WAPT

Le 24 March 2015 à 20:53:55

Chocolatey logoAprès avoir mis en œuvre WAPT pour automatiser l’installation et la mise à jour de programmes sous Windows, voici le tour de Chocolatey dont je signalais l’existence dans le précédent article. Voici un petit comparatif des deux solutions.

L’installation de Chocoaltey se fait avec une « simple » ligne de commande. Pour le geek cela n’est guère un problème. Pour Mme Michu la directive « Ouvrez l’interpréteur de commande » va déjà tourner au drame. Un point pour WAPT et son programme d’installation.

Voici donc la fameuse ligne de commande :

@powershell -NoProfile -ExecutionPolicy unrestricted -Command "(iex ((new-object net.webclient).DownloadString('https://chocolatey.org/install.ps1'))) >$null 2>&1 » && SET PATH=%PATH%;%ALLUSERSPROFILE%\chocolatey\bin

Une fois lancée s’en suit un déroulé d’instructions qui me laisse à penser que tout se passe bien. L’étape suivante consiste à installer une interface graphique : Chocolatey GUI. Je ne vais quand même pas jouer avec des lignes de commandes :-).

Pour cela il faut saisir la ligne de commande suivante :

choco install chocolateygui

Au passage cela vous permet de découvrir comment installer un programme en ligne de commande. La liste des programmes disponibles est par ici. Suite à l’installation, je me retrouve avec une jolie icône dans mon menu « Démarrer ». J’ai droit à une interface façon Metro assez jolie. Par contre c’est dans la langue de Shakespeare…. Du coup, j’aurais bien mis un point, mais j’en resterais à un demi-point pour Chocolatey.

Sélection_104

L’interface graphique permet de gérer les programmes installés et ceux disponibles dans le dépôt. Côté logiciel, la fraîcheur des versions est plutôt en faveur de Chocolatey. Par exemple pour LibreOffice, nous avons une 4.4.0.3 qui est la version « Évolution » plutôt destinée aux utilisateurs avancés impatients de tester les nouveautés et la « oldstable » en 4.2.8. Comparé à ce qu’affiche le site le LibreOffice, il manque donc la « stable » » qui en en 4.3.6. Côté WAPT c’est la 4.3.5. stable. Selon qui on est, l’avantage va à l’un ou à l’autre. Personnellement, je donne un demi-point à WAPT pour mettre à disposition la version stable. La présence de la version « Evolution » lui aurait valu un autre demi-point :-). Je donne également deux points à Chocolatey pour ses 2642 packages et la fraîcheur comparé aux 350 de WAPT.

Comme j’aime faire dans le lourd, je désinstalle LibreOffice de ma machine virtuelle Windows Seven et je lance son installation par l’interface graphique de Chocolatey. Et là c’est le drame. Une fenêtre s’affiche furtivement avec plein de choses en rouge. Je retourne donc à ma ligne de commande avec un :

choco install libreoffice

Là, ça a l’air de mieux se passer. C’est parti pour 224 Mo de téléchargement. L’installateur se lance. Là aussi une autre différence avec WAPT où les installations sont « silencieuses » et uniquement signalées dans la barre de notification avec une infobulle affichant la progression de l’installation. Cependant l’installeur ne pose aucune question. Donc pourquoi pas. J’ajoute quand même un point à WAPT sur cette partie. Il me semble que vu l’orientation professionnelle de l’outil, ce point est systématisé. Mais sur d’autres programmes, Chocolatey a travaillé de façon silencieuse également. Je donne donc un demi-point à Chocolatey.

Pour ce qui est des mises à jour, avec Chocolatey, c’est à l’utilisateur de penser à vérifier si des mises à jour sont disponibles contrairement à WAPT qui se charge de vous le notifier. Encore un point pour WAPT.

Je n’ai pas pu tester la mise à jour pour l’instant avec aucun des deux outils. J’attends de voir ce que cela donnera dans la pratique puisque j’ai installé les deux outils sur une même machine virtuelle. Chaque outil gérant des programmes différents.

Au final cela nous fait 3,5 points pour WAPT et 3 pour Chocolatey. Autant dire que le match est serré. Comme bien souvent c’est le besoin et le contexte qui décidera de l’outil à utiliser. WAPT est clairement mieux positionné pour un usage professionnel que Chocoaltey qui me semble un outil de geek ne serait-ce que pour la quasi-obligation de passer par la ligne de commande.

Si l’on pense grand public, je dirais que WAPT est plus simple à mettre en œuvre, même si sa logithèque est moindre. Pour le PC de Belle-Maman que maintient le Geek, Chocolatey sera peut-être une meilleure solution du fait que l’on décide de quand faire les mises à jour et du plus large choix de logiciel. Cependant cela est possible aussi avec WAPT, il suffit de ne pas installer l’application de notification.

Voilà, faites votre choix :-) !


Réagir à cet article

Article original écrit par Philippe Scoffoni le 24/03/2015. | Lien direct vers cet article

Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons BY à l'exception des images qui l'illustrent (celles-ci demeurent placées sous leur mention légale d'origine).

.

april.png Nouvelles April

Apéro April le 11 avril 2015 à partir de 19h30 dans les locaux de l'April (Paris)

Le 24 March 2015 à 15:16:33

11 Avril 2015 - 19:30
11 Avril 2015 - 23:59

Un apéro April ?

Un apéro April consiste à se réunir physiquement afin de se rencontrer, de faire plus ample connaissance, d'échanger, de partager une verre et de quoi manger mais aussi de discuter sur l'actualité et les actions de l'April. Un apéro April est ouvert à toute personne qui souhaite venir, membre de l'April ou pas. N'hésitez pas à venir nous rencontrer.

L'apéro a lieu à Paris notamment parce que le local s'y trouve ainsi que les permanents et de nombreux actifs. Membre ou pas de l'April vous êtes les bienvenus. Contactez-nous pour organiser un Apéro April dans votre région.

Quand et quoi

Le prochain apéro aura lieu le 11 avril 2015 à partir de 19h30 dans les locaux de l'April au 44/46 rue de l'ouest, bâtiment 8, 75014 Paris (entrée possible par la place de la Catalogne, à gauche du biocop, au niveau des autolib), le téléphone du local est le 01 78 76 92 80 en cas de besoin.

Cet apéro a lieu exceptionnellement un samedi car le week-end des 11 et 12 avril il y a une réunion de travail pour les membres du conseil d'administration et permanents. C'est l'occasion de les rencontrer et de partager du glou et du miam avec eux.

Pour tous les détails et vous inscrire rendez-vous sur le pad.

Frederic BEZIES

Prenez une pincée de Debian GNU/Linux, une pincée d’Illumos, vous obtiendrez Dyson.

Le 24 March 2015 à 11:18:43

Dyson est un projet hybride intéressant. En partant de la Debian GNU/Linux (qui propose aussi des noyaux autres que linux avec des projets comme Debian GNU/kFreeBSD ou pour les plus que barbus, la Debian GNU/Hurd), le projet Dyson a une approche différente : celle de proposer le noyau illumos.

Illumos ? C’est le descendant du projet OpenSolaris mis à mort par Oracle après le rachat de Sun Microsystems en janvier 2010. J’ai parlé rapidement plusieurs fois du projet OpenSolaris sur mon blog, dans les années 2008 et 2009.

Comme pour le monde linuxien, Illumos propose le noyau, et il existe plusieurs distributions. Dans le domaine des version grands publics, il n’y a pas énormément de choix en dehors de la Dyson : OpenIndiana, OpenSXCE et XStreamOS.

J’ai décidé de parler de la Dyson, car c’est un projet qui est sur la liste d’attente de distrowatch depuis pas mal de temps. Depuis juin 2009 pour être plus précis : « Dyson (submitted on 2009-06-05) »

La dernière ISO installable date d’octobre 2014, et j’ai donc récupéré l’énorme ISO (100 Mo environ) depuis le répertoire http://ftp.osdyson.org/iso/2014-10-08/.

Ensuite, j’ai créé une machine virtuelle en utilisant le modèle « OpenSolaris 11.x » de VirtualBox.

Une fois la version « lacaille » lancée, on arrive sur l’installateur qui est en anglais du début à la fin.

Un message très sympathique nous prévient que c’est assez explosif.

J’ai gardé les options par défaut. À noter qu’il faut créer une partition unique étiquettée « BF » dans Cfdisk pour que l’installateur continue son travail.

J’ai pris l’option d’installer Xfce au dessus de l’ensemble. Autant avoir quelque chose d’un minimum utilisable, non ? :)

Pour gagner du temps à l’installation, j’ai choisi le dépot de fichier néerlandais. Ce qui a pas mal réduit la durée de téléchargement et d’installation de l’ensemble.

Une fois la copie terminée, on passe à l’ajout du nom de la machine, celui du mot de passe root, et on crée un utilisateur. Il faut se souvenir que le clavier reste en agencement qwerty durant les dites étapes.

Étape suivante incontournable ? Le fuseau horaire, voyons !

Excellent point : on peut choisir la localisation du système.

On finit enfin par l’installation du gestionnaire de démarrage, et avec un message plein d’optimisme des développeurs, qu’il est inutile de traduire…

Au premier démarrage de Dyson, après s’être connecté, on est accueilli par un message en français de Xfce nous demandant quelle présentation adopter.

Mais le mieux est de montrer l’ensemble en vidéo, en n’oubliant pas que c’est un OS encore en plein développement et qui fonctionne tant bien que mal.

<iframe allowfullscreen="allowfullscreen" frameborder="0" height="480" src="https://www.youtube.com/embed/7NpA65PoL08?rel=0" width="640"></iframe>

Dyson est un projet intéressant, si on aime les OS plus qu’alternatif. Sa logithèque bien que limitée permet de naviguer sur la toile, taper quelques documents, et faire un peu de retouche photo. Cependant, si vous considérez que les distributions GNU/Linux sont assez limitées logiciellement parlant, que dire de Dyson ? Que c’est le désert complet ?

J’ai presque envie de dire que c’est un « hobby OS » plus qu’autre chose. Et encore, je prend le terme de « hobby » dans sa conception la plus noble. C’est une curiosité technique, mais qui reste largement plus utilisable – sur certains plans – que nombre de distributions GNU/Linux que j’ai pu voir au fil des mois et des années sur le blog.

Il reste cependant des bugs comme l’impossibilité d’éteindre la machine en simple utilisateur (des droits qui manquent ?) ou encore lightdm qui est à moitié fonctionnel. Mais au moins, l’ensemble est en français, et reste utilisable :)

Certaines personnes se diront que parler de cet OS est inutile, que c’est de la pure masturbation intellectuelle, mais c’est le genre de pratique onaniste que j’apprécie quand j’ai le moral qui n’est pas au beau fixe.

april.png Nouvelles April

Journée de libération des documents le 25 mars 2015

Le 24 March 2015 à 10:03:43

L'April soutient la journée de libération des documents, dont l'édition 2015 se tiendra le 25 mars. Cette journée a pour objectif de rappeler qu'il est important que les formats de documents numériques soient réellement ouverts. Les formats ouverts permettent aux citoyens, aux consommateurs, aux gouvernements comme aux entreprises d'utiliser les logiciels de leur choix, tout en conservant la maîtrise de leurs documents et de leurs données et ce, sur le long terme.

Pour cette édition, nous encourageons chacun(e) à sensibiliser un maximum d'acteurs, citoyens comme pouvoirs publics, à l'importance des formats ouverts.

Pour cela, vous pouvez, par exemple, sensibiliser les pouvoirs publics aux problématiques liées à l'usage de formats fermés pour les échanges avec les citoyens. C'est le cas, en particulier, des formulaires à remplir qui exigent des outils privateurs, mettant ainsi dans l'embarras les nombreux utilisateurs de logiciels libres dans leurs échanges avec l'administration.

Vous pouvez signer et faire signer notre appel pour l'utilisation des formats ouverts dans l'Éducation nationale.

Aperçu du poster : Formats ouverts, pourquoi faire ?

Vous pouvez également vous informer et sensibiliser à l'importance des formats ouverts et de l'interopérabilité pour les citoyens, notamment en utilisant et en relayant le document de sensibilisation de l'April Formats ouverts, pour quoi faire ? .

Aperçu du poster : Formats ouverts, pourquoi faire ?

N'hésitez pas à inventer vos propres modes de sensibilisation et à nous transmettre vos actions, pour la généralisation de l'usage de formats ouverts et pour l'interopérabilité.

Pour en savoir plus sur cette journée, visitez le site du Document Freedom Day.

Patrice ANDREANI

Revue de presse de l’April, semaine 12.

Le 24 March 2015 à 05:17:07

[Le Telegramme] Logiciels libres. La Ville donne l'exemple http://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/lannion/logiciels-libres-la-ville-donne-l -exemple-21-03-2015-10565762.php [Developpez.com] Le Manifeste GNU souffle sa 30e bougie http://www.developpez.com/actu/82813/Le-Manifeste-GNU-souffle-sa-30e-bougie-retour-sur- ce-celebre-document-initie-par-Richard-Stallman-qui-avait-bouleverse-le-monde-de-l- informatique [Silicon.fr] Projet de loi sur le renseignement: «dangereux», «liberticide», «stupide» http://www.silicon.fr/projet-loi-renseignement-dangereux-liberticide-stupide-111470.html [Silicon.fr] Paris rejoint l'April pour promouvoir le logiciel libre http://www.silicon.fr/paris-rejoint-april-logiciel-libre-111190.html [ZDNet] Qualité du code Open source: la confiance est-elle ébréchée après OpenSSL? http://www.zdnet.fr/partenaires/ibm/qualite-du-code-open-source-la-confiance-est-elle- […]

tnitot.png Tristan NITOT

En vrac du mardi

Le 24 March 2015 à 05:08:00

jetée de Luc sur Mer

Jetée de Luc-sur-Mer, Calvados, France, par Tristan Nitot

23 March 2015

april.png Nouvelles April

Revue de presse de l'April pour la semaine 12 de l'année 2015

Le 23 March 2015 à 14:32:38

La revue de presse de l'April est régulièrement éditée par les membres de l'association. Elle couvre l'actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s'agit donc d'une sélection d'articles de presse et non de prises de position de l'association de promotion et de défense du logiciel libre.

En podcast.

Sommaire de la revue de presse de l'April pour la semaine 12

[Le Telegramme] Logiciels libres. La Ville donne l'exemple

Par la rédaction, le samedi 21 mars 2015. Extrait:
> C'est une réalité sur les ordinateurs de la Ville. Les élus ont décidé de privilégier les logiciels libres depuis le début des années 2000. Dans ce monde du gratuit et du collaboratif, ils ont aussi opté pour le partage de données.
Lien vers l'article original: http://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/lannion/logiciels-libres-la-ville-donne-l-exemple-21-03-2015-10565762.php

Et aussi:
[Centre Presse] Pour vivre le Web en liberté

Voir aussi:
Découvrir le logiciel libre autour du printemps, déjà 42 événements pour le Libre en Fête 2015

[Developpez.com] Le Manifeste GNU souffle sa 30e bougie

Par Amine Horseman, le vendredi 20 mars 2015. Extrait:
> Retour sur ce célèbre document initié par Richard Stallman, qui avait bouleversé le monde de l'informatique
Lien vers l'article original: http://www.developpez.com/actu/82813/Le-Manifeste-GNU-souffle-sa-30e-bougie-retour-sur-ce-celebre-document-initie-par-Richard-Stallman-qui-avait-bouleverse-le-monde-de-l-informatique

[Silicon.fr] Projet de loi sur le renseignement: «dangereux», «liberticide», «stupide»

Par Reynald Fléchaux, le jeudi 19 mars 2015. Extrait:
> Volée de bois vert pour le projet de loi sur le renseignement. Les associations représentant l’industrie et les défenseurs des libertés numériques pointent notamment deux mesures: l’installation de boîtes noires d’analyse des comportements sur les réseaux des opérateurs ou FAI et la remise aux autorités de moyens de déchiffrement.
Lien vers l'article original: http://www.silicon.fr/projet-loi-renseignement-dangereux-liberticide-stupide-111470.html

Et aussi:
[Télérama.fr] Renseignement: une loi pour punir le «pré-terrorisme»?
[Next INpact] Comment la France veut décupler les pouvoirs du renseignement
[Next INpact] Surveillance et boîte noire au menu de la loi sur le renseignement
[L'OBS] Projet de loi sur le renseignement : l'arsenal étoffé pour traquer les terroristes

[Silicon.fr] Paris rejoint l'April pour promouvoir le logiciel libre

Par Ariane Beky, le mardi 17 mars 2015. Extrait:
> Déjà membre de l’Adullact et de OW2, la Ville de Paris rejoint l’April, association de promotion et défense du logiciel libre. La capitale française confirme ainsi son engagement à la communauté.
Lien vers l'article original: http://www.silicon.fr/paris-rejoint-april-logiciel-libre-111190.html

Et aussi:
[cio-online.com] Logiciels libres : la ville de Paris s'engage

Voir aussi:
Paris adhère à l'April et renforce son engagement pour le logiciel libre

[ZDNet] Qualité du code Open source: la confiance est-elle ébréchée après OpenSSL?

Par la rédaction, le mardi 17 mars 2015. Extrait:
> La communauté des développeurs a-t-elle été ébranlée par une succession de failles du protocole de chiffrement SSL? Ebranlée, non, mais bien secouée. Certains éditeurs en profitent pour parler de «réinvestir». Pourquoi?
Lien vers l'article original: http://www.zdnet.fr/partenaires/ibm/qualite-du-code-open-source-la-confiance-est-elle-ebrechee-apres-openssl-39816458.htm

[Next INpact] Islamic-news.info bloqué sans juge, pour apologie ou provocation au terrorisme

Par Marc Rees, le lundi 16 mars 2015. Extrait:
> Le site islamic-news.info est parmi les premiers bloqués par le ministère de l’Intérieur, comme l’autorise désormais la loi sur le terrorisme. Une tentative de visite se solde désormais par un message de la Place Beauvau arborant une grande main rouge pour imager ce blocage administratif, sans juge.
Lien vers l'article original: http://www.nextinpact.com/news/93457-islamic-news-info-bloque-sans-juge-pour-apologie-ou-provocation-au-terrorisme.htm

Et aussi:
[Numerama] 10 problèmes posés par la censure d'Islamic-News.info

[usine-digitale.fr] L’Etat s’ouvre davantage aux logiciels open source

Par Ridha Loukil, le lundi 16 mars 2015. Extrait:
> Avec le nouveau socle interministériel de logiciels libres, l’Etat confirme sa volonté d’accroiîre l’utilisation de l’open source dans ses services. Au menu : non seulement les postes de travail, mais aussi les serveurs, les bases de données et les outils de développement.
Lien vers l'article original: http://www.usine-digitale.fr/article/l-etat-s-ouvre-davantage-aux-logiciels-open-source.N319400

Note

Les articles de presse utilisent souvent le terme « Open Source » au lieu de Logiciel Libre. Le terme Logiciel Libre étant plus précis et renforçant l'importance des libertés, il est utilisé par l'April dans sa communication et ses actions. Cependant, dans la revue de presse nous avons choisi de ne pas modifier les termes employés par l'auteur de l'article original. Même chose concernant l'emploi du terme « Linux » qui est généralement utilisé dans les articles pour parler du système d'exploitation libre GNU/Linux.

bsibaud.png Benoît SIBAUD

Prix de la FSF 2015 pour Sébastien Jodogne et ReGlue

Le 23 March 2015 à 11:24:18

Les gagnants des Prix du logiciel libre 2015 de la FSF ont été annoncés le 21 mars durant la conférence LibrePlanet. Distribués annuellement, ces deux prix récompensent d'une part une personnalité pour le développement du logiciel libre, et d'autre part depuis 2005, un projet d'intérêt social et son impact sur la société.

Sont récompensés :

  • Sébastien Jodogne pour son travail sur le logiciel d'imagerie médicale Orthanc. Il a contribué à faciliter les flux de données médicales entre services et/ou hôpitaux et à éviter les problèmes d'enfermement des données. Le précédent gagnant était Matthew Garrett pour Secure Boot.

  • le projet Reglue (Recycled Electronics and Gnu/Linux Used for Education, électronique recyclée et GNU/Linux pour l'éducation) qui fournit des ordinateurs avec système d'exploitation libre aux enfants défavorisés et à leur famille, au Texas. Le précédent gagnant était le projet GNOME Outreach Program for Women (programme de sensibilisation pour les femmes, devenu plus largement « Outreachy » pour les groupes sous-représentés dans les communautés du libre).

Historique

Ces prix sont évoqués depuis plusieurs années sur LinuxFr.org (2001 et 2001, 2002, 2004, 2005, 2008, 2012, etc.).

Et puis, ça change des Prix Ig Nobel (2001, 2002, 2004, 2005, 2006, 2008, 2010, 2011, 2012 à 2014), ou même des plus pessimistes Big Brother Awards (2000, 2001 et 2001, 2002, 2003, 2005, 2007, 2009, 2010, 2012 Belgique, 2013, etc.) ou Darwin Awards.

Lire les commentaires

22 March 2015

Frederic BEZIES

Vis ma vie de geek, ou comment Xfce a fait renaître la flamme de l’informatique libre dans mon coeur.

Le 22 March 2015 à 21:15:01

Cela va faire trois semaines maintenant que j’ai migré deux ordinateurs principaux sous Xfce 4.12, à savoir mon ordinateur fixe et mon portable Toshiba en complément de mon eeePC.

J’ai résolu le problème de notifications sonores absentes en rajoutant les paquets canberra et pulseaudio. Le plaisir simple d’être prévenu de la fin du téléchargement d’une ISO linux via Transmission, c’est incomparable.

Pour tout dire, je reprends du plaisir à utiliser mon ordinateur. Gnome 3.x est une bonne interface, mais sa tablettisation croissante au fil des versions finissait par me lasser vraiment. Je ne suis presque plus tenté d’appuyer sur la toucher SUPER de mon clavier pour passer en mode aperçu. Au fil des versions, Gnome est devenu de plus en plus lourd, presque insupportable par moment pour certaines opérations basiques.

J’ai pourtant été un utilisateur long terme de Gnome déjà à l’époque de la Ubuntu 6.06 LTS avant qu’elle soit stable, allant même jusqu’à installer la version 3.0RC de l’environnement en avril 2011.

Dans le billet avril 2011 je me demandais déjà si je n’allais pas migrer sous le Xfce alors disponible en version 4.8. Bref, presque 4 ans plus tard, j’ai fait la migration.

J’adore les effets de transparence qui fonctionnent sans tomber dans le « tape à l’oeil » de Compiz. D’ailleurs, je dois rajouter que j’ai gagné une grande tranquillité dans l’utilisation de l’outil informatique.

Mon environnement est figé pour sa présentation d’ensemble depuis que j’ai installé Xfce 4.12.0. La seule modification est le remplacement de Xarchiver par FileRoller. Et c’est tout. Cf la capture d’écran ci-après avec les subtils effets de transparence en action.

D’ailleurs, une raison de plus qui me fait apprécier Xfce, c’est qu’il n’est pas limité aux distributions GNU/Linux (qui le torture sur le plan de l’apparence), mais on peut le retrouver sur les BSDs libres.

En ce dimanche matin d’élections, après avoir accompli mon devoir civique (et je vous le prouve, non mais !), j’ai décidé de faire un peu mumuse avec une préversion d’OpenBSD 5.7 qui sortira (ou sera sorti) le 1er mai 2015.

J’ai voulu voir où en était le port de Xfce, et j’ai eu la surprise de constater que je n’ai pas eu trop de mal à avoir Xfce 4.12.0 en français, même si je n’ai pas réussi à faire fonctionner ce censuré de toad pour la gestion automatisée des périphériques amovibles. J’aurais pu faire de même avec FreeBSD 10.1, mais j’ai toujours eu un faible pour l’OS dont la mascotte est le poisson-globe.

En vieillissant, on finit par se lasser plus rapidement de tous les effets tape-à-l’oeil, et on finit par rechercher quelque chose de simple, de vrai, de fonctionnel. On finit en quelque sorte par se Cyrille-Borniser si je peux prendre ce néologisme.

Comme le blogueur irrascible qu’est Cyrille Borne, j’ai fini par chercher quelque chose qui, contraiement aux bases en constant mouvement de mon Archlinux, soit stable sur la durée. Pour être certain que la prochaine mise à jour mensuelle ne casse pas tout.

Xfce est devenu un choix de tranquillité en ce qui me concerne. Même si la sortie de Gnome 3.16 est très proche au moment où je rédige cet article (le 22 mars 2015, la sortie étant pour le 26 mars 2015), je pense rester avec l’environnement dont le développement de la nouvelle version a pris près de 3 ans.

Cela ne m’empêchera pas de faire quelques tests en machine virtuelle. Quant à migrer de nouveau vers Gnome, ce n’est pas encore à l’ordre du jour !

21 March 2015

Philippe SCOFFONI

Automatiser l’installation et la mise à jour de logiciels sous Windows avec WAPT

Le 21 March 2015 à 21:32:24

Schéma TISWAPT

Voici un retour d’expérience rapide sur la mise en œuvre de WAPT dans le cas d’un petit déploiement de postes dans une petite structure. Il s’agissait de préparer une petite dizaine de postes sous Windows Seven Pro en vue du remplacement de machines plus anciennes.

La liste des logiciels à installer est composée à 100 % de logiciels libres. J’en vois certains qui se demandent déjà pourquoi ne pas avoir installé du GNU/Linux. Tout simplement parce que le client doit ensuite « mazouter » les postes avec des logiciels propriétaires métier :-) .

La base de logiciels libres qui sera utilisée est large. Elle se compose de la suite LibreOffice, de Thunderbird, Firefox, Gimp, Inkscape, Scribus sans parler de tous les petits utilitaires comme 7zip, PDF creator, GhostScreen, VLC et Keepass2. Encore une preuve, si c’était nécessaire, que les solutions libres peuvent répondre à la grande majorité des besoins des petites structures.

Les mises à jours sous Windows, la galère

De façon traditionnelle, la mise en place de ces logiciels sous Windows implique de se constituer un petit référentiel avec tous les programmes d’installation. Il faudra ensuite les lancer un par un laborieusement sur chaque poste. Une opération qui n’a rien de compliqué, mais qui est relativement pénible.

Il ne faut pas non plus oublier qu’une fois installés, ces logiciels vont vivre. Il faudra les mettre à jour. Sous Windows chaque logiciel gère de façon autonome et de façon plus ou moins automatisée la détection et l’installation de mises à jour.

Les systèmes d’exploitation GNU/Linux utilisent depuis de très nombreuses années un système de dépôt d’applications que l’on appelle communément maintenant un « store ». Un concept réinventé et popularisé auprès du grand public par Apple avec son iPhone puis par Android. L’avantage des dépôts est de permettre de gérer de façon centralisée les installations et surtout les mises à jour.

WAPT, la solution

La société informatique Tranquil IT System a développé WAPT, un outil dont le principe de fonctionnement est similaire au gestionnaire d’installation et de mise à jour Apt de Debian. A la partie client s’ajoute une console d’administration permettant de piloter le déploiement des logiciels de façon centralisée. WAPT est disponible sous licence GPLv3.

Il est bien entendu possible de constituer son propre dépôt. Les packages de logiciels sont constitués à l’aide de script écrit en python. Le client WAPT peut gérer plusieurs dépôts. Un dépôt public et un dépôt privé par exemple ou un dépôt de « proximité » pour les entreprises ayant plusieurs sites géographiquement distants. L’installation du serveur est possible aussi bien sur une Debian que sur une machine Windows.

Le fonctionnement de WAPT sur le poste de travail est similaire à la commande de Debian : apt-get. Lors de l’installation, un dépôt est configuré et il suffit d’indiquer le nom du logiciel que l’on souhaite installer. Un dépôt public est disponible et contient environ 335 logiciels. Des run-time de .Net ou encore de Flash Player, Java, sont disponibles.

Une interface web est également disponible sur le poste de travail pour gérer les installations. Une petite vidéo pour illustrer.

<iframe allowfullscreen="allowfullscreen" frameborder="0" height="315" src="https://www.youtube-nocookie.com/embed/NVX8ddF3MuE?rel=0&amp;html5=1" width="560"></iframe>

Pour en revenir à mon installation, j’ai donc constitué une simple ligne de commande avec l’ensemble des logiciels à installer. Sur chaque poste il suffit d’installer le client WAPT. J’ai ensuite lancé la commande dans une invite de commande lancée en tant qu’administrateur et tout s’installe. Je vous laisse imaginer le gain de temps que cela peut représenter.

Les logiciels mis à disposition sur le store sont tous relativement récents, ce qui laisse présager de mises à jour régulières pour les principaux logiciels. A noter que les mises à jour automatiques sont parfois désactivées lors de l’installation. C’est par exemple le cas pour le run-time de Java.

Le client WAPT se charge de contrôler la disponibilité de mises à jour et de prévenir l’utilisateur depuis la zone de notification. Un menu contextuel permet alors de lancer la mise à jour.

Processus de mise à jour WAPTLa solution est intéressante pour une entreprise, mais aussi pour un particulier. Elle a le mérite d’être simple à mettre en œuvre. Bien sûr, d’autres logiciels libres existent sur ce créneau. Je ne citerais que les plus connus comme OCS Inventory, OPSI ou encore FusionInventory. Il existe aussi chocolatery qui m’a semblé plus complexe à mettre en œuvre du moins au premier abord. Il ne fonctionne qu’en ligne de commande à ce que j’ai vu.

Si vous avez eu l’occasion d’utiliser WAPT dans un contexte professionnel ou personnel, n’hésitez pas faire part de vos expériences en commentaire :-) !


Réagir à cet article

Article original écrit par Philippe Scoffoni le 21/03/2015. | Lien direct vers cet article

Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons BY à l'exception des images qui l'illustrent (celles-ci demeurent placées sous leur mention légale d'origine).

.


Powered by Planet!
Mise à jour: Le 27 March 2015 à 01:34:04