Promouvoir et défendre le logiciel libre

28 September 2016

jzimmermann.png Jérémie ZIMMERMANN

Terrorism Directive: European Parliament to Cowardly Surrender to Outrageous Security Call

Le 28 September 2016 à 13:16:53

Paris, 28 September 2016 — For a few months, the European Parliament has been discussing a directive aimed at updating the European legislation on combating terrorism. After a vote in the LIBE Committee, MEPs agreed to send the text directly to a trialogue discussion; this reduces opportunities for a democratic debate on an issue that bears strong consequences for fundamental rights.
Today, Wednesday 28 September, the third trialogue between the European Parliament, the European Commission and the Council of the European Union is to take place. Faced with the deadlock organised by European institutions, La Quadrature du Net emphasises the dangers of this text.

Monika Hohlmeier
Monika Hohlmeier, rapporteure of the text.

The initial draft, based on a report by Rachida Dati (PPE - FR) that turned out to be a catastrophe for freedoms of speech and information, as well as for privacy (banning of Tor, of VPNs, heavier responsibilities for hosts and platforms), was finalised by the European Commission in the aftermath of the Paris attacks of November 2015, with excessive haste probably caused by pressure from France.

We hoped that the European Parliament and especially the LIBE committee, known for its positions in favour of civil liberties, would resist the pressures of the rapporteur, Monika Hohlmeier (PPE - DE), who has been making unclear and dangerous proposals heavier and heavier in the draft. But no resistance was to be found, the MEPs voting almost unanimously for the text, even though it had been redacted too quickly and lacked an impact assessment on fundamental freedoms. Even the rapporteur of the Greens, ALDE and S&D, sometimes massively supported by their respective political groups, have accepted this text without seriously pushing for amendments. Furthering this legislative abdication, they have voted a mandate for the rapporteur to negotiate the text directly with the Council of the European Union and the European Commission, without the whole of the Parliament having a say.

A number of the aberrations in the Dati report have been removed because they are impossible to implement, but even so the terrorism directive remains a disproportionate text, adopted precipitately and with no actual understanding of its medium- and long-term impact on fundamental rights. Moreover, it will be ineffective in fighting terrorism, at least where Internet-related measures are concerned.

  • The text of the directive lacks precision on key concepts that define the scope of the measures: "glorification" of terrorism, "radicalisation" must be defined with the smallest possible margin for interpretation, so as to avoid a lack of legal predictability, and in order to guarantee the right to security, as provided for by the European Charter of Fundamental Rights. This need of precision was also underlined by the Special Rapporteur for the United Nations for the Promotion and the Protection of Human Rights and Fundamental Liberties in the fight against terrorism. According to him, the infraction of inciting to terrorism must be clearly defined in the law and avoid vague wording such as "glorification" or "apology of terrorism".
  • Website blocking and the removal of content without prior judiciary decision have been added in the text by MEPs after discussion in LIBE Committee, although these measures, adopted in France with the 2014 Terrorism Law, have proved to be not only ineffective for their purpose but also disproportionate and counter-productive.
  • The draft directive stipulates that providing a service with the "knowledge" or "intention" that it be used for terrorist purposes does fall within the definition of "aiding and abetting". As Member-States transpose this directive in a variety of ways, it could endanger publishers of anonymisation and privacy-protection tools by making them responsible for the way those tool are used.

Our visits to MEPs, our calls, our emails, our press releases have all been met with the same laconic answer, the very same that French MPs and Senators gave right before adopting the French Surveillance Law; an answer contemplating only superficial solutions for a complex issue that warrants a much more substantial reflection. Even MEPs from political groups that are usually more critical of hasty and dangerous decisions, such as Eva Joly (Greens - FR) or Caterina Chinnici (S&D - IT), have surrendered to the pressure of the EPP and France and have been relegated to mere damage control. And when disagreement occurred within a group, such as within the Liberal group ALDE, whose members firmly oppose censorship and mass surveillance, the shadow rapporteur Petr Jezek (ALDE - CZ) simply ignored it, condoning the dangerous positions of the general rapporteur.

Rapporteurs of the Terrorism Directive
Eva Joly (Greens - FR), Caterina Chinnici (S&D - IT) and Petr Jezek (ALDE - CZ)

Like France did before, the European Parliament prefers hiding its head in the sand and surrender to base electoral tactics. Although usually proud of their independence, MEPs are bowing to the false siren call for security from Member States that have notoriously little inclination to protecting fundamental rights.

La Quadrature du Net deeply regrets this about-turn on security by the European Parliament, which is being forced to meddle in national government strategies and to adopt window-dressing measures in order to tackle its lack of legitimacy.

Faced with the obvious lack of interest of the Members of the European Parliament and of national representations, La Quadrature du Net decided to stop wasting its efforts and to focus its energy on other and no less pressing issues such as the right to encryption, the review of the ePrivacy directive, the telecom package, and copyright reform.

La Quadrature du Net calls on MEPs of the LIBE Committee as well as all MEPs to reject this dangerous text!

We wrote it already when the 2015 Surveillance Law passed and we are saying it again: we will keep fighting against this intrusive law and all others of the same vein whenever and wherever we can, in particular before the European courts and institutions. But we have now come to the point where we will have to help citizens protect themselves against any kind of surveillance.

27 September 2016

april.png Nouvelles April

Je veux juste que ça marche - Pod404

Le 27 September 2016 à 16:24:00


Magali - Luc -  Manu

Titre : Pod404 - Je veux juste que ça marche.
Intervenant : Magali - Luc - Manu
Lieu : Studio April
Date : Septembre 2016
Durée : 14 min 05
Licence : Verbatim
Pour écouter ou télécharger le podcast

Description

Discussion autour de l’argument classique pour justifier l’argument du propriétaire : je veux juste que mon informatique marche.

Transcription

Luc : Pod404. Nous n’avions pas de titre la dernière fois. Nicolas en a trouvé un, il n’est pas là ce soir, mais voilà, le Pod 404, on a trouvé ça. Donc sans Nicolas, il y a Magali.

Magali : Bonjour Luc !

Luc : Manu 

Manu : Hello, hello !

Luc : Et moi, Luc, puisque Magali a dit : « Bonjour Luc », donc Luc c’est moi, par déduction. Aujourd’hui, on va prendre un sujet différent et c’est quoi ?

Manu : C’est le sujet qu’on rencontre assez régulièrement dans nos familles, dans nos entourages : « Moi ça marche sur mon ordinateur. J’ai un Windows, j’ai un Apple. Le truc fonctionne. Qu’est-ce que vous allez m’embêter à utiliser autre chose, moi, ça marche ! »

Luc : Ouais, et je veux que ça marche, quoi ! Le reste ! Pff !

Manu : Quelque part, il y a une attente là-derrière, c’est que le logiciel libre, ça ne marche pas. C’est cassé, ou il faut des compétences démesurées pour pouvoir y accéder. De toutes façons, sur mon ordinateur je n’y arriverai pas, qu’est-ce que vous allez me proposer de casser mon truc qui marche !

Luc : Il faut admettre, on va continuer à charger la barque, que le Libre ce n’est pas magique, qu’il y a des trucs qui marchent parfois pas très bien et surtout quand, effectivement, on est quelqu’un qui n’a pas du tout de compétences en informatique, pas le goût à ça, pas l’envie de bidouiller.

Manu : Pas le temps !

Luc : Pas le temps ! Et voilà, il y a quand même des choses, il faut le dire, mais comme ailleurs, en fait.

Magali : Et puis il y a l’image du libre aussi. Moi, la première fois que j’ai vu les libristes, ils ont des écrans noirs, ils font tout en ligne de commande. Mon côté petite libraire, la ligne de commande c’est juste du chinois pour moi ! Je ne me voyais pas du tout, totalement inexpérimentée, me lancer dans du libre.

Luc : Après ça tu as vu un peu les pires, mais bon !

Magali : Les meilleurs !

Luc : Oui. Enfin, c’est une question de point de vue ! Et méfie-toi, dire « moi je veux juste que ça marche », ça a quelque chose de légitime. Moi, quand j’ai un truc qui ne marche pas, ça m’énerve.

Luc : Mais moi aussi je veux que ça marche, mais ça ne m’empêche pas d’utiliser du Libre !

Luc : Effectivement. Premier truc déjà, et à l’époque où les libristes se battaient essentiellement contre Microsoft, avant l’arrivée des smartphones, avant la résurrection d’Apple, finalement le combat était assez facile parce qu’on disait : « Ah ouais, vous voulez que ça marche ? Eh, eh ! Regardez votre Windows 98, machin, qui plante à tour de bras, vos écrans bleus huit fois par jour. »

Manu : Ça c’était génial, il fallait apprendre à faire le Ctrl-Alt-Sup. C’était une sorte de position un peu bizarre pour rebooter son ordinateur.

Magali : D’ailleurs c’était la seule solution. : rebooter. On ouvrait son gestionnaire de tâches. Si ça ne marchait pas, pouf ! Alt-Sup et on repartait pour trois minutes d’attente que ça commence quoi !

Manu : L’expression c’est dans le doute, tu rebootes !

Luc : Dans le doute, reboote ! Ouais, effectivement ! Donc ça c’est un premier argument qui est de dire : « Eh bien ouais, mais regarde l’humanité qui utilisait un ordinateur, pendant facilement 15/20 ans, a fonctionné avec des machins qui ne marchaient pas du tout, ou très mal, beaucoup moins bien que ce qu’on avait dans le Libre et en tout cas, même par rapport à ce qu’on peut attendre d’un ordinateur. » Voilà ! Quand notre machin plante cinq fois par jour, eh bien non, ça ne s’appelle pas un truc qui marche !

Manu : Et il plantait vraiment de manière forte. J’ai vu et j’ai constaté de visu, moi-même, qu’on peut perdre du boulot avec ces outils-là. Régulièrement, quelqu’un était en train de taper un truc pendant deux heures et ça plante et très rapidement on prend des réflexes, le réflexe typique c’était de faire le Save, Ctrl-S, en permanence, dès qu’on avait fini une phrase, Ctrl-S pour être sûr qu’au moins il y avait une vague version qu’on pouvait récupérer. En tout cas, on pouvait prier pour qu’au prochain reboot on récupère ce qu’on était en train de faire.

Luc : Quand j’étais tout jeune, étudiant en stage, j’ai perdu mon travail à cause du Ctrl-S parce que je n’avais pas de poste fixe, on me dégageait tout le temps et donc je mettais tout mon travail sur une disquette. Et les disquettes, pour ceux qui n’ont pas connu ça, c’est assez fragile, ça a une durée de vie assez faible. Et comme le réseau pétait régulièrement et tout se plantait, c’était des Mac, je faisais des Ctrl-S à tour de bras, jusqu’au jour où ma disquette a pété et du coup j’ai perdu 50 % de mon boulot. Bref, c’est pour la petite histoire qui montre que voilà ! Cet argument, aujourd’hui il est petit peu passé, puisque aujourd’hui, il faut quand même admettre, Windows marche moins mal. Ça ne marche pas encore très bien. Je connais plein de gens qui ont Windows 10, plante à tour de bras.

Magali : A priori, ça ne pouvait pas être pire, on est d’accord ?

Luc : Si on peut toujours faire pire. C’est une constante et ça peut toujours être pire. Bon, il y a eu des progrès. Tous les utilisateurs d’Apple, côté ordinateur, que j’ai pu voir me disent qu’ils sont super contents, que leur truc est vachement fiable

Manu : C'est très stable.

Magali : Et joli.

Luc : Et c’est joli. Bon après, les téléphones portables !

Manu : Eh bien là, on peut constater le contraire. C’est du logiciel libre pour une grosse partie. Android est du logiciel libre et sur les téléphones portables, 80 % des cas, eh bien, si vous avez un bug, ce sera souvent sous Android. Il faudra rebooter, malheureusement, parce qu’on ne contrôle pas de manière aussi précise qu’un ordinateur.

Luc : Android, ça a quand même des grosses faiblesses, notamment toutes les surcouches des constructeurs, des machins qui alourdissent, qui rendent les machins un peu bourrins.

Manu : Qui sont horribles souvent !

Luc : Ce sont aussi des machines qui vont ralentir avec le temps, qui s’empâtent et ce n’est pas parfait. Mais en tout cas, ça marche à peu près bien et surtout, chose qui a été lancée par Apple, il faut bien lui reconnaître ça, ce sont les efforts qui ont été faits sur la partie utilisation, la partie interface. Et on a quand même des produits qui sont aujourd’hui bien pensés, beaucoup plus que ce que Microsoft pouvait faire. Microsoft était, par le passé, vraiment en mode bourrin, rouleau compresseur, on achète tout ce qui bouge et on éclate la gueule de tous nos concurrents ! C’était très brutal. Aujourd’hui, on est sur quelque chose où l’adversité face au Libre est beaucoup plus redoutable que ce qu’elle pouvait l’être par le passé.

Magali : Le problème avec Apple c’est qu’il n’a pas des utilisateurs, il a des consommateurs. C’est-à-dire que quand tu achètes un Apple, la première chose qu’on te demande « c’est quoi le numéro de ta carte bleue ? »

Luc : Sur le téléphone. Peut-être pas sur l’ordinateur, ça je ne sais pas, mais en tout cas sur le smartphone, sur l’iPhone, c’est le cas.

Magali : En tout cas il y a plein d’applis extraordinaires qui sont payantes !

Luc : Oui. Alors ça c’est sûr et certain. Mais même, moi j’ai rencontré des gens, des fans d’Apple qui disent : « Ouais, OK, ça me coûte des sous, mais au moins ça marche ! » Et qu’est-ce que tu veux répondre à ça ? Oui, ça marche. « Moi je suis prêt à faire tourner ma carte bancaire. » Et de ce qu’on m’a dit aussi, il y a une différencie importante entre le monde du mobile, donc les tablettes et les smartphones Apple, où là c’est obsolescence programmée, ce sont des gros trucs hyper brutaux pour que les gens consomment, consomment, consomment, et là c’est vraiment des vaches à lait et le monde de l’ordinateur où les gens qui sont sous Mac me disent que leur ordinateur ils l’utilisent depuis des années, que c’est fiable, que oui ils ont des frais, mais que ça reste accessible pour eux et puis qu’ils sont contents d’avoir un machin dans lequel ils puissent avoir confiance.

Magali : OK ! C’est cool ! Pour les ordinateurs c’est du bon matos, c’est kawaï, c’est super bien pensé. N’empêche que pour les téléphones, on a tous remarqué que dès qu’il y a un nouvel iPhone qui sort, bizarrement l’ancien, le précédent, est totalement ralenti, il y a des bugs qui arrivent et « allez, vas-y, achètes-en un nouveau, à 400 euros ! »

Manu : Ça c’est de l’obsolescence programmée et c’est souvent inclus dans les choses qui sont propriétaires parce que c’est de leur intérêt de faire en sorte que vous passiez à la suite, sans que ça vienne nécessairement d’eux. C’est-à-dire que vous repassez à la caisse, vous rachetez votre matériel, votre logiciel, vous refaites votre collection de disques, ça marchait aussi avec d’autres briques ! C’est de l’obsolescence programmée et ça Microsoft, Apple, ils adorent !

Luc : Apple, ce que tu dis Mag, me fait penser à un article que j’avais lu. C’est une universitaire américaine qui a fait une étude toute simple. Elle est allée regarder les recherches sur les moteurs de recherche, probablement Google, et sur des recherches « iPhone slow », elle a fait ensuite trois « Samsung slow ». Et elle s’est aperçue que sur « iPhone slow » il y a des pics monstrueux de recherches qui coïncident très exactement avec la sortie des nouveaux téléphones, chose qu’il n’y a pas, à priori, sur Android, ce qui prouve qu’effectivement, il y a une vraie politique de mise en panne des téléphones.

Magali : Oui, parce qu’Android ne fait pas le matériel contrairement à Apple. Donc ils n’ont aucun avantage à pénaliser leur système d’exploitation pour un nouveau modèle.

Manu : Ce qui est moche c’est qu’effectivement les consommateurs sont des victimes. Ils ont acheté quelque chose, ils sont rentrés dans une sorte d’univers ou des cages dorées pour Apple, je le présente de cette manière-là : c’est joli, c’est kawaï, c’est sexy, avec ça vous aurez un peu la classe dans la rue parce que vous pourrez sortir un beau matériel qui montre que vous avez du fric ! Clairement il y a ce côté-là, ça donne du sex-appeal, mais c’est une cage dorée. Une fois qu’on est rentré dedans, on rationalise, en fait, sa situation de prisonnier. On a une sorte de syndrome de Stockholm, c’est-à-dire que notre kidnappeur, eh bien on devient ami avec lui et on comprend son point de vue et on accepte son point de vue. On va même le défendre face à ce qui serait le monde réel, face à la police ou aux autorités et en fait, on accepte que notre enfermement soit rationnel. On le rationalise.

Luc : Un autre truc : Magali, tu disais qu’on était des consommateurs. Et effectivement, c’est ça. Un des arguments que je dis quand je parle de ces choses-là, je dis : « Oui, OK, même si le produit est bien pensé, il est pensé pour vous le vendre et pour s’assurer que vous dépensiez une certaine quantité d’argent, etc. Et donc vous êtes dans un système marketing, plus ou moins hostile, plus ou moins agressif, mais fondamentalement, c’est là pour vous soutirer de l’argent. Et pour mieux vous soutirer de l’argent, il faut vous contrôler, vous emmener là où on veut vous emmener. Ce n’est pas simplement vous faire payer, c’est également de vous emmener quelque part. »

Magali : De l’argent ou des données personnelles !

Luc : Ce qui est la même chose !

Magali : Vous avez vu le nombre d’applications qui sont proposées, qui disent qu’elles ont besoin de pouvoir atteindre la carte mémoire, les contacts, la localisation, tout quoi !

Luc : Ce que je dis c’est que les données personnelles, c’est en général pour exploiter, pour la pub et que la pub on la paye. Dans le film Demain, ils annoncent un chiffre de cinq cents dollars par personne et par an pour les données personnelles. Et donc, la pub on la paye puisque, évidemment, tous les frais publicitaires sont dans le prix des produits qu’on achète. Et donc je dis aux gens : « Vous avez l’impression que c’est gratuit, mais pas tant que ça en fait, parce qu’on paye au travers de ces trucs-là ». Et en plus de ça le logiciel, enfin les produits ils orientent pour qu’on fasse telle ou telle chose. Il va y avoir déjà des découpages, tel logiciel fait ça et ça, il faut acheter toute la suite, etc. il y a toute une tendance à aller vers les services. Microsoft le fait. Adobe le fait avec Photoshop, etc. J’ai un collègue que j’aime beaucoup, qui fait de la vidéo, il a son abonnement au machin de montage Adobe, c’est 25 euros par mois. Il me dit : « C’est comme un abonnement Internet ou un abonnement téléphone et tout ça, ça marche bien, etc. » Je veux bien croire que ça marche bien ! Mais je lui ai dit : « Moi, voilà, il y a des logiciels que j’utilise depuis dix ans. Si on met ça tout bout à bout, tes 25 euros par mois, dans dix ans, tu imagines la somme que tu vas avoir dépensée là-dedans, rien que d’un point de vue pognon ! »

Manu : Moi j’ai un autre point de vue. Cette différence, privateur/Libre, est quelque chose que je trouve de plus avantageux à long terme. Et c’est ça la différence justement, c’est le long terme. C’est que quand on fait du Libre, quand on utilise des logiciels libres, souvent, pas tout le temps, mais souvent, ils ne sont pas faits dans cette optique de simplicité de « on vous montre quelque chose de joli, qui vous donne envie de l’acheter là tout de suite et puis, ensuite, si vous l’abandonnez dans un coin, ce n’est pas grave. » Non ! Souvent ce sont des logiciels qui sont menés par des communautés, qui sont parfois réalisés par leurs utilisateurs, et vous pouvez y contribuer, c’est du logiciel libre, ça fait partie de cette optique-là. Souvent c’est un petit moins joli, ça fait un peu moins facile d’approche, le point de départ est un petit peu plus rugueux, il faut mettre un effort dedans, mais, à long terme, ce sont des efforts qui sont souvent plus gagnants, qui vont vraiment vous apporter quelque chose et qui vont même vous rendre plus efficace. Je pense, pas pour l’avoir utilisé, mais pour l’avoir constaté en regardant dans les communautés, à des logiciels de dessin en 3 dimensions, déjà très compliqués au départ.

Luc : Tu penses à Blender.

Manu : Je pense à Blender, carrément, qui vraiment est très rugueux d’approche, c’est le moins qu’on puisse dire !

Luc : Tout logiciel de 3D est très rugueux d’approche !

Manu : Bien sûr, mais avec plus ou moins de facilité. Il y a des logiciels qui sont vendus très cher, qui sont privateurs, et qui te proposent une prise en main assez simplifiée. Blender ce n’est pas le cas. Mais, Blender, c’est d’une efficacité rare : de tout ce que j’ai vu, tu obtiens tout de suite, enfin tout de suite, tu obtiens des résultats très rapides une fois que tu as cette maîtrise. L’approche au départ est compliquée.

Luc : Et tu travailles très vite avec Blender. Après, fonctionnellement, il y a quand même des trucs un petit peu en dessous ou alors plus compliqués à faire sur des fonctionnalités très pointues. Mais Blender évolue et avant d’arriver aux limites il suffit de regarder les films de la fondation Blender pour voir qu’on peut faire des choses vraiment balaises avec.

Manu : Sans oublier que, rebelote, pas d’obsolescence programmée du logiciel, les formats de fichiers ne vont pas forcément se casser de la même manière et les fonctionnalités, même l’apparence des fonctionnalités, je pense à Microsoft Office, par exemple : ils nous vendent que c’est la même suite, c’est un historique, vous passez de version en version facilement. Mais non ! Du tout ! Loin de là ! Il y a des formations qui sont nécessaires et le passage parfois, de version en version, est tellement disruptif, tellement révolutionnaire, on va dire, que ça révolte les utilisateurs, qui peuvent vraiment galérer pour faire cette évolution — alors qu’on peut rencontrer dans du logiciel libre, bien sûr, après tout c’est une façon de s’organiser — mais qu’on paye ! C’est-à-dire que quand on utilise du logiciel privateur, on a payé pour être dans ce système-là or le vendeur, une fois qu’il nous a captés, une fois qu’il nous a vraiment mis dans son cheptel, eh bien il nous utilise à son avantage et il casse notre façon de travailler, notre façon de vivre, alors qu’on paye.

Luc : Il y a un argument que j’utilise assez souvent. On connaît le fameux si c’est gratuit, c’est vous le produit, qui est l’élément face aux machins.

Manu : Aux GAFAM.

Luc : Une analogie que j’aime bien utiliser qui est de dire que le logiciel propriétaire, le monde propriétaire c’est un écosystème hostile dans lequel on est le gibier. C’est-à-dire que, d’une façon ou d’une autre, on nous attend au tournant et on est là pour nous tondre, dans le meilleur des cas.

Magali : Bêêê !

Luc : Voilà ! Alors que dans le monde du logiciel libre, dans l’informatique libre, ce n’est pas parfait, ce serait prétentieux de le dire.

Manu : Loin de là !

Luc : Mais, moi quand j’allume mon ordinateur à la maison c’est comme mettre ses pantoufles. Bon, moi je préfère être pieds-nus.

Magali : Moi ce que j’aime dans le monde du Libre, c’est « quand j’allume mon ordinateur ça prend dix secondes. » J’aime aussi dire, dans le monde du Libre, que « le Libre c’est comme les AMAP. » Tout le monde connaît les AMAP. Donc on nous propose des produits qui ne sont pas forcément aussi jolis, aussi ronds, aussi parfaits que dans les grandes surfaces. N’empêche qu’ils sont souvent meilleurs, on ne les trouve pas dans les commerces qu’on fréquente, il faut aller dans des endroits bien particuliers, mais en attendant on sait ce qu’on mange, on aime ce qu’on mange et c’est mieux ! Et le Libre c’est pareil !

Manu : Et on peut connaître le producteur, on peut être soi-même producteur. Le logiciel libre, n’oublions pas, on est tous à égalité les uns avec les autres. On est à égalité, alors pas forcément en compétences, mais en capacité. On a la capacité, légalement, de contribuer au logiciel libre, ce qui n’est pas du tout le cas. Pensez à Microsoft Office. Essayez d’aller faire la moindre modification dedans, mais ce n’est même pas la peine d’y penser. Déjà c’est interdit ! Ne serait-ce que ça, vous aurez du mal à aller plus loin. Et ensuite, les codes sources ne sont pas accessibles, et si vous y avez accès, eh bien vous êtes un méchant pirate !

Luc : Pour moi, l’argument pour conclure, pour moi la clef de voûte de mon argumentaire sur ces sujets-là, c’est de dire il y a une sérénité et il y a un plaisir et il y a le fait de se sentir à l’aise à la maison, dans le logiciel libre, qu’il n’y a pas ailleurs. Pour toi, Manu, c’est quoi le point central du Libre ?

Manu : Moi, c’est le long terme. Je peux utiliser un ordinateur sans avoir à réinstaller en permanence. Alors j’ai les compétences pour, je suis informaticien, mais je me suis vu avec des ordinateurs qui tenaient pendant six ans, où je faisais régulièrement des mises à jour, mais comme c’est prévu dans le monde du logiciel libre, j’utilise Debian.

Luc : Une pérennité quoi !

Manu : J’ai une pérennité et une tranquillité d’esprit de ce point de vue-là. Je ne réinstalle un ordinateur que quand j’en achète un nouveau.

Luc : Ça c’est vrai que ça ne marche pas mal face aux gens qui achètent un nouvel ordinateur parce que l’ancien ne marche pas. J’ai eu ça récemment sur un stand où la personne me dit : « Ouais, mon ordinateur il est vieux, il ne marche plus, il faut que je le change !

Manu : Il est lent !

Luc : Il est lent. Mais c’est le système d’exploitation. Installez quelque chose de nouveau. Même si vous remettiez le système d’exploitation initial pourri de Microsoft, déjà ça marcherait mieux. Mettez du libre, vous verrez que votre ordinateur aura une seconde jeunesse ! »

Magali : Moi j’aime le logiciel libre parce que, en tant que simple utilisatrice, je me sens actrice de mes logiciels. Parce que si c’est du Libre, je peux demander à ce qu’ils soient améliorés à des gens qui ont plus de compétences que moi. Je peux remonter des bugs. Je peux demander des améliorations, et souvent c’est suivi. Du coup, je ne suis pas juste passive, je suis active et actrice dans tout ce que je fais.

Luc : Très bien. Eh bien merci à vous deux.

Manu : Merci à une prochaine fois

Magali : Au revoir.

tnitot.png Tristan NITOT

Lancement de mon livre Surveillance

Le 27 September 2016 à 14:56:00

Voilà, le grand jour arrive, celui du lancement de mon livre, Surveillance:// !

Le 3 octobre 2016, je vais présenter mon livre à 19h15 chez Numa Paris.

flyer_livre_surveillance.jpg

Si tu veux te joindre à l’événement, il suffit de remplir le formulaire d’inscription et de venir ! L’éditeur apportera des exemplaires que je dédicacerai sur place pour ceux qui le souhaitent.

26 September 2016

april.png Nouvelles April

Revue de presse de l'April pour la semaine 38 de l'année 2016

Le 26 September 2016 à 10:07:05

La revue de presse de l'April est régulièrement éditée par les membres de l'association. Elle couvre l'actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s'agit donc d'une sélection d'articles de presse et non de prises de position de l'association de promotion et de défense du logiciel libre.

En podcast.

Sommaire de la revue de presse de l'April pour la semaine 38

[Next INpact] Comment la France a défendu la vente liée PC et OS devant la justice européenne

Par Marc Rees, le vendredi 23 septembre 2016. Extrait:
> Voilà peu, la Cour de justice de l’Union européenne a finalement considéré que la vente liée PC et OS n’était pas une pratique déloyale. L’avocat à l’origine de cette plainte vient de révéler les positions françaises sur ce dossier brûlant.
Lien vers l'article original: http://www.nextinpact.com/news/101489-comment-france-est-intervenue-pour-defendre-vente-liee-pc-et-os-en-europe.htm

Voir aussi:
La CJUE consacre les racketiciels au mépris des droits des consommateurs européens
Logiciels préchargés: la CJUE se décrédibilise

[SUN Radio] Reconditionner son ordinateur, une Zolution socio-environnementale

Par Cerise Robin, le mercredi 21 septembre 2016. Extrait:
> A l'occasion de RéZolution numérique, Nâga animait un atelier le mardi 20 septembre au SoliLab à Nantes. l'association rezéenne explique comment diminuer l'impact socio-écologique de l'informatique.
Lien vers l'article original: http://www.lesonunique.com/content/reconditionner-son-ordinateur-une-zolution-socio-environnementale-65057

[Next INpact] François Hollande promeut le partage des «biens communs numériques»

Par Xavier Berne, le mercredi 21 septembre 2016. Extrait:
> Alors que la France s’apprête à prendre la présidence du Partenariat pour un gouvernement ouvert, qui réuni en son sein 70 pays, François Hollande a présenté hier les axes forts de son mandat. Le chef de l’État a tout particulièrement prôné le partage des «biens communs numériques».
Lien vers l'article original: http://www.nextinpact.com/news/101475-francois-hollande-promeut-partage-biens-communs-numeriques.htm

[Audiofanzine] Comment protéger son œuvre d’un plagiat

Par Doktor Sven, le mercredi 21 septembre 2016. Extrait:
> Après des heures et des heures de durs labeurs, seul ou à plusieurs, vous avez enfin finalisé votre première compo. L’ivresse de la création vous monte à la tête: ça y est, vous dites-vous, je suis un artiste, je suis un Créateur!
Lien vers l'article original: http://fr.audiofanzine.com/autoproduction-business/editorial/dossiers/droit-et-diffusion.html

[L'Informaticien] Une plateforme libre et ouverte pour les consultations en ligne de l’État

Par Guillaume Périssat, le mardi 20 septembre 2016. Extrait:
> Comment reproduire l’expérience de la consultation en ligne du projet de loi République Numérique? Avec une plateforme basée sur un logiciel ouvert et libre, développé à coups de hackathons et d’ateliers, pardi!
Lien vers l'article original: http://www.linformaticien.com/actualites/id/41726/une-plateforme-libre-et-ouverte-pour-les-consultations-en-ligne-de-l-etat.aspx

Et aussi:
[Next INpact] Consultations en ligne de citoyens: l’État prépare une plateforme libre

[Le Monde.fr] Admission post-bac: le ministère poussé à dévoiler l’algorithme qui oriente les lycéens

Par Séverin Graveleau, le lundi 19 septembre 2016. Extrait:
> Qu’y a-t-il sous le capot de la «machine» Admission post-bac (APB), qui permet d’effectuer ses vœux d’inscription dans l’enseignement supérieur? Des irrégularités juridiques et une opacité de fonctionnement que le ministère va devoir lever rapidement au vu des décisions juridiques et administratives intervenues depuis le mois de juin.
Lien vers l'article original: http://www.lemonde.fr/campus/article/2016/09/19/admission-post-bac-le-ministere-somme-d-apporter-transparence-et-legalite-a-la-plateforme_4999798_4401467.html

[Métro] Libérez-nous des logiciels

Par Miriam Fahmy, le lundi 19 septembre 2016. Extrait:
> Le contraste était saisissant: d’un côté de la scène, Richard Stallman, le «pape» du logiciel libre, créateur du logiciel GNU, Américain parfaitement francophone, au charisme assumé, dégageant une forte aura de gourou, et de l’autre, la chercheuse québécoise Marianne Corvellec, jeune femme articulée et engagée, armée de l’assurance qu’on acquiert quand on connaît un sujet comme le fond de sa poche.
Lien vers l'article original: http://journalmetro.com/opinions/miriam-fahmy/1024143/liberez-nous-des-logiciels

Note

Les articles de presse utilisent souvent le terme « Open Source » au lieu de Logiciel Libre. Le terme Logiciel Libre étant plus précis et renforçant l'importance des libertés, il est utilisé par l'April dans sa communication et ses actions. Cependant, dans la revue de presse nous avons choisi de ne pas modifier les termes employés par l'auteur de l'article original. Même chose concernant l'emploi du terme « Linux » qui est généralement utilisé dans les articles pour parler du système d'exploitation libre GNU/Linux.

25 September 2016

Frederic BEZIES

LXQt 0.11.0 : il est enfin sorti.

Le 25 September 2016 à 07:52:33

En juin 2016, j’avais rédigé un article concernant l’état des lieux de LXQt pré-0.11, plus de sept mois après sa dernière version majeure, la 0.10.

Je concluais l’article ainsi :

Pour conclure ? Une bonne surprise. Mais toujours les mêmes points faibles : du franglais présent un peu partout mais ce n’est pas des plus génants pour une version de développement. Ce qui est plus ennuyeux, c’est l’absence de certains outils comme un éditeur de texte basique, un (dés)archiveur, en clair des points qui font que LXQt est loin d’être aussi utilisable au quotidien que d’autres environnement léger comme Xfce ou encore Mate Desktop.

Il y a pas mal de progrès, ne serait-ce qu’au niveau du menu jaillissant qui se rafraichit automatiquement désormais. Ce qui fait le plus de mal ? Le temps pris pour sortir une nouvelle version stable, qui permettrait d’attirer des utilisateurs pouvant aider à la traduction des outils de l’environnement.

Ce n’est peut-être pas ce qui apparait comme le plus important pour les développeurs, c’est compréhensible. Mais c’est le meilleur moyen d’avoir plus d’utilisateurs donc potentiellement plus de rapports de bugs et améliorer plus aisément l’ensemble de l’environnement.

Il faut juste espérer maintenant que le projet sortira une version 0.11 d’ici le mois de novembre prochain. Ce serait bête de voir ce projet s’étioler faute de sortie plus ou moins régulière de versions stabilisées.

La version 0.11.0 est sortie le 24 septembre 2016. Dans les notes de publications, on apprend entre autres, le but est de proposer des versions mineures et majeures plus régulièrement. L’arrivée aussi de Pavucontrol-qt en lieu et place de Qascontrol qui est très long à faire compiler. Il y a aussi l’arrivée – du moins pour la version archlinux – de QTerminal pour offrir un terminal minimal.

J’ai donc voulu voir à quoi ressemble désormais LXQt 0.11 « brut de décoffrage », loin des personnalisations qui parfois détruisent l’aspect esthétique voire ergonomique de l’environnement de bureau léger basé sur QT5.

Pour arriver à cette fin, j’ai donc pris une base Archlinux minimale avec Xorg préinstallé. J’ai ensuite lancé la commande sudo pacman -S lxqt.

J’ai complété l’installation avec pavucontrol-qt (pour le son) et gvfs pour la gestion des périphériques amovibles.

sudo pacman -S pavucontrol-qt gvfs

J’ai fini avec sddm pour pouvoir lancer lxqt avec un gestionnaire de connexion.

sudo pacman -S sddm

Le sudo pacman -S pouvant être remplacé par yaourt -S bien entendu à chaque fois.

Le duo de commande suivant m’a permis d’avoir le clavier français et d’effectuer le premier lancement de lxqt :


sudo localectl set-x11-keymap fr
sudo systemctl start sddm

Au premier démarrage, j’ai du aller dans le panneau de configuration de LXQt et utiliser le jeu d’icones Adwaita par défaut, faute d’un autre jeu d’icones.

J’ai ensuite rajouté les applications recommandés par les différents paquets de LXQt, histoire d’avoir un environnement un peu plus utilisable. À savoir :

J’ai ensuite fait compiler sans les installer – histoire de montrer un lxqt 0.11.0 brut de décoffrage : LXImage-Qt 0.5.0 (suggéré par le wiki d’Archlinux), qpdfview (pour les fichiers pdf), notepadqq (pour éditer des fichiers textes). Une calculatrice en QT5 ? Speedcrunch-git.

J’aurai pu rajouter Cantata (surcouche de mpd) pour avoir un lecteur de musique en QT5 et qps pour avoir un gestionnaire de tâches. Mais le mieux est montrer LXQt 0.11.0 « brut de décoffrage » en action. J’ai un brin galéré par rapport au son qui était lié à une erreur de configuration de ma part.

Pour conclure ? Je pourrais reprendre en partie ce que j’avais dit en juin 2016. Évidemment, le projet LXQt est sorti dans une nouvelle version majeure, mais il est encore loin d’être utilisable un minimum sans compiler des outils tiers. Les gros manques sont toujours les mêmes. Dommage que l’outil de gestion basique de photo ne soit pas intégré par défaut. Idem pour un éditeur de texte minimal.

Dommage aussi de devoir lancer une première fois à la main LibreOffice pour qu’il soit intégré au menu jaillissant de LXQt.

Il y a du progrès, c’est certain, mais il faut rester réaliste. L’offre complète de LXQt en cette version 0.11.0 est encore limitée. Les traductions font du progrès, mais dommage que par moment on ait l’étrange impression que c’est de l’automatisé à peine relu 🙁

Dommage aussi que la dépendance envers le code utilisé par Plasma soit encore aussi importante. Cependant, il faut noter que pour la version 1.0 – qui sortira quand elle sortira – un but est de virer au maximum les dépendances envers les KDE Frameworks 5 qui alourdissent l’installation. C’est tout du moins le but visé par cette page du github de LXQt.

Seul l’avenir nous dira si ce but sera atteint. Espérons-le tout de même !

24 September 2016

svieille.png Simon VIEILLE

[livecoding] deblan/gist: issue #1

Le 24 September 2016 à 21:06:35

Voici la vidéo du live réalisée sur la plateforme livecoding. J'ai traité le premier ticket ouvert pour le projet Gist où il est question d'adapter la fonctionnalité de clonage pour un gist chiffré. Pour rappel, Gist est un service en ligne pour déposer du code (gist) qui peut-être modifié et versionné. L'outil intègre une solution pour chiffrer les contenus coté navigateur.

J'en profite pour vous informer qu'il y a quelques jours, j'ai publié la version 1.1.1 dans laquelle se trouvent un ou deux correctifs mais surtout la capacité d'affiner les accès à l'application (cf la documentation). Pour mettre à jour votre instance, il suffit de lancer la commande make update.

Bon visionnage !

xcartron.png Xavier CARTRON

Lanceur d'applications dans le systray

Le 24 September 2016 à 13:11:34

Ces derniers jours je fais à nouveau mumuse avec fluxbox, l'excellent gestionnaire de fenêtres qui sait aussi faire office d'environnement de bureau avec un peu de configuration.
Il y a tout : un menu configurable accessible au clic droit, un barre discrète et pratique, un systray, des thèmes plutôt sympas, de quoi configurer des raccourcis claviers... Ne me manquait plus que la possiblité d'ajouter des lanceurs d'applications.
Pour ça, il y a wbar, ou pourquoi pas un autre panel comme xfce4-panel. Cependant, je préfère utiliser un petit outil qui s'intégrerait directement dans la barre de fluxbox.
Pour cela, autant se servir du systray. C'est là qu'intervient fluxlaunch, qui va mettre dans le systray les lanceurs que je souhaite.

Pour utiliser le script, enregistrez-le puis éxécutez-le avec python3 :

python3.4 fluxlaunch.py
Running fluxlaunch
edit /home/xavier/.fluxlaunch.conf to change configuration

Il est nécessaire d'avoir les dépendances :

python3-pil python3-tk python3-pil.imagetk tk-tktray

Vous verrez apparaître quelques icônes dans le systray. Si ce n'est pas le cas, vous pouvez éditez le fichier ~/.fluxlaunch.conf qui ressemble à ça :

# /path/to/icon command
/usr/share/icons/Adwaita/16x16/categories/applications-internet.png, firefox
/usr/share/icons/Adwaita/16x16/categories/applications-other.png, thunar

Très facile à comprendre, une icône par ligne suivie par la commande à lancer, les deux séparées d'une virgule.

Au final, vous n'avez plus qu'à cliquer sur une des petites icônes du tray pour lancer la commande voulue :

alt

C'est très simpliste, très léger, et à priori facile à hacker si on veut l'améliorer.
Merci à Michael Lange dont le code de unapplet m'a bien aidé à intégrer les icônes au systray avec tkinter.

april.png Nouvelles April

Karma - Logiciels libres - RTS

Le 24 September 2016 à 06:53:13


Émission Namasté - RTS

Titre : Émission Namasté - RTS - Partie 7 : Karma - Logiciels libres
Intervenants : Présentatrice - Julie - Manuel Granjean - François Marthaler
Lieu : RTS - Radio télévision suisse
Date : Septembre 2016
Durée : 4 min 30
Licence : Verbatim
Pour écouter l'émission

Transcription

Tant qu’il y a Karma il y a de l’espoir. Karma, dans Namasté.

Présentatrice : Bonjour Julie.

Julie : Salut ! Bonjour à toutes. Bonjour à tous. Ce matin on parle d’informatique, de partage pour tous et gratuit. Plus précisément des logiciels libres. À Genève les profs travaillent pas mal avec ces genres d’outils. Une politique qui continue à être développée. On va l’entendre : Manuel Granjean, le directeur du Service Écoles-Médias y voit plusieurs avantages.

Manuel Granjean : On peut, par exemple, les mettre sur l’ensemble des postes pédagogiques sans se soucier après de l’utilisation qui en sera faite et sans se soucier de gérer les licences pour les acquérir. Il y a un autre gros avantage, c’est que les élèves, par exemple, peuvent utiliser ces logiciels après à la maison, gratuitement, et donc bénéficier des mêmes outils à domicile que les outils qu’ils peuvent utiliser à l’école.

Julie : Et c’est aussi intéressant financièrement pour l’État. Les écoles secondaires utilisent la suite bureautique LibreOffice. Du coup, hop, 150 mille francs d’économie chaque année. Mais il y a aussi un autre intérêt.

Manuel Granjean : On essaie de ne pas se contenter, je dirais, d’utiliser des solutions libres et gratuites, donc d’être simplement des consommateurs, mais également de contribuer à certains projets lorsqu’on peut. Par exemple, pour le logiciel qui s’appelle OpenBoard1 et qui nous permet de mettre en place des systèmes de projection interactifs, c’est-à-dire des espèces de rétroprojecteurs numériques, ce qui est en train d’être installé dans toutes les écoles secondaires du canton, là on a contribué au développement. Donc on finance une partie du développement, avec d’autres partenaires, et l’avantage pour nous c’est qu’on peut après, évidemment, faire en sorte que ces développements correspondent à nos besoins, mais ça permet aussi après, à tous les utilisateurs, dans des autres cantons ou sur l’ensemble de la planète, de bénéficier de ce qu’on aura fait développer.

Un autre projet qu’on peut mentionner, c’est celui de la robotique et des robots Thymio2 qu’on utilise à l’État de Genève, notamment pour initier au code informatique. Ce projet est un projet qui a été développé à l’origine par l’EPFL (École Polytechnique Fédérale de Lausanne, NdT) à Lausanne et puis tous les éléments logiciels sont libres, autour de ce projet. Donc ça permet, effectivement, une grande collaboration au niveau des organismes chargés de l’éducation. Voilà.

Présentatrice : C’est complètement karma compatible ça !

Julie : En effet, et puis dans le domaine il y a un militant du logiciel libre assez connu en Suisse romande. C’est l’ancien conseiller d’État vaudois François Marthaler. Il a lancé why!3 des ordis préinstallés sous Linux qui fonctionnent donc avec des logiciels libres.

François Marthaler : Le premier intérêt, c’est de lutter contre l’obsolescence programmée. Tout le monde a certainement déjà vécu la situation : vous recevez un fichier de l’extérieur que vous ne pouvez ouvrir qu’avec le nouveau logiciel, lequel ne tourne que sur le nouveau système d’exploitation, mais vous ne pouvez pas l’installer parce que le matériel est trop vieux et puis, finalement, vous remplacez tout l’ordinateur.

Julie : L’autre intérêt de ces ordis c’est qu’ils sont réparables, soi-même, mais bon, ça c’est un autre karma.

Présentatrice : Et du coup, ça marche ? Il y a un marché pour ce genre d’ordis ?

Julie : C’est plutôt difficile. François Marthaler visait 2 % du marché quand il s’est lancé. Il en est très loin.

François Marthaler : Effectivement, les choses ont été plus difficiles que ce que j’avais imaginé au départ. C’est-à-dire que j’ai surtout sous-évalué la peur panique des gens d’entrer dans un monde qu’ils considèrent comme réservé aux spécialistes de l’informatique, ce qui n’est absolument pas le cas. Les gens ont peur, mais une fois qu’ils ont fait le pas, ils ne reviennent jamais en arrière.

Julie : Et François Marthaler le dit : « Les logiciels libres c’est de la bonne qualité, même si c’est gratuit. »

François Marthaler : Ce n’est pas une bande de sympathiques bidouilleurs qui passent leurs soirées à s’occuper avec leur passion en programmant des logiciels. La plupart des éditeurs de solutions open source sont financés par des grandes boîtes comme IBM, à l’époque Sun, et par centaines de millions de dollars chaque année. Il leur en coûte finalement beaucoup moins cher que : chacun développe sa solution pour répondre à un problème.

Julie : Bon, à Genève on a choisi une solution mixte : des solutions libres mais aussi classiques parce que eh bien des fois ça reste quand même malgré tout, mieux.

Merci Julie. Merci l’info.

23 September 2016

bonjourapril.png Bonjour April

Apéro April

Le 23 September 2016 à 21:43:00

Apéro April juillet 2016

Tous les mois, l'April organise un apéro. Cela consiste à se réunir physiquement afin de se rencontrer, de faire plus ample connaissance, d'échanger, de partager un verre et manger mais aussi de discuter sur le logiciel libre, les libertés informatiques, fondamentales, l'actualité et les actions de l'April…

Un apéro April est ouvert à toute personne qui souhaite venir, membre de l'April ou pas. N'hésitez pas à venir nous rencontrer.

Des apéros April sont aussi organisés ailleurs qu'à Paris.

Frederic BEZIES

En vrac’ de fin de semaine.

Le 23 September 2016 à 20:29:05

Comme chaque fin de semaine, l’obligatoire billet en vrac’.

Côté logiciel libre et informatique :

Côté livre ? Un éditeur exprime son point de vue sur les menottes numériques

Côté musique ?

Bon week-end !

april.png Nouvelles April

Ce que copier veut dire - Copy Party, Communs, Domaine public, Culture libre - 3/3 - Lionel Maurel

Le 23 September 2016 à 12:18:38


Lionel Maurel

Titre : Ce que copier veut dire (3/3) - Alors pourquoi la Copy Party ?
Intervenant : Lionel Maurel
Lieu : Conférence [lire+écrire] numérique - Médiathèque de Rezé
Date : Mars 2013
Durée : 31 min 16
Licence : Verbatim
Pour visionner la vidéo

Transcription

Pourquoi une Copy Party et qu'est-ce que la Copy Party signifie dans tout ça ? La Copy Party a un peu plus d'un an, la première a eu lieu le 7 mars 2012, c’était à La Roche-sur-Yon, on a fait ça dans la BU à La Roche-sur-Yon. Pourquoi est-ce qu'on a fait ça et comment on a pu le faire surtout ? Le principe de la Copy Party ce sont des usagers de bibliothèques, avec leurs propres moyens de reproduction qui peuvent être des téléphones portables, des ordinateurs portables, des graveurs, tout moyen de reproduction qu'ils possèdent et qu'ils sont capables d'amener à la bibliothèque, vont faire des copies, dans l'établissement, et vont pouvoir repartir avec. Voilà, en gros. Et on fait un événement où les bibliothécaires proposent et incitent les gens à venir faire des copies à partir de leurs collections.

Juridiquement ce n'est pas complètement anodin, parce que le fait de faire une copie, vous voyez, est saisi par le droit d'auteur. Comment est-ce que c'est possible qu'on puisse faire ça ? En fait, le droit d'auteur fonctionne de cette manière : quand un contenu est protégé, c'est copyright tous droits réservés, ça veut dire, qu'a priori, on ne peut faire aucune reproduction, sauf à passer par une autorisation préalable. Mais, dans ce système, il y a des exceptions à ce principe, qui sont fixées par la loi et qui sont conçues comme une sorte d'équilibrage du système dans certains cas précis, où le législateur considère qu'il donne une autorisation par la loi aux utilisateurs, pour leur permettre de faire des actes, sans avoir besoin d'autorisation. Ces exceptions, vous en connaissez certaines.

  • Par exemple on peut faire, d'après la loi, des courtes citations ; faire une courte, citation c'est possible sans autorisation.
  • On peut faire aussi ce qu'on appelle des représentations gratuites et privées dans le cadre du cercle de famille. Ça, vous ne vous êtes jamais posé la question, mais quand vous écoutez un CD chez vous, vous pouvez le faire, mais uniquement parce qu'il y a une exception du droit d'auteur. C'est parce qu'il y a cette exception de représentation privée que vous pouvez écouter les CD que vous achetez. C'est le fondement de votre liberté d'écouter ces CD.
  • Il y a la parodie, le pastiche, les caricatures.
  • Il y a la revue de presse pour les journalistes.

Tout ça s'exerce sur le fondement des exceptions.

Il y en a une, dans le code, qui est la copie privée. Donc là elle a été introduite dans les années 80, justement dans cette période où les magnétoscopes et ce type d'appareils se répandaient, donc là l'idée, c'est que quand vous avez un contenu, vous allez pouvoir le copier, à des fins personnelles et à la base c'était pour faire des copies de sauvegarde. Donc quand vous achetiez une K7, quand vous achetiez un disque, une cassette vidéo à l'époque, vous aviez la possibilité d'utiliser un appareil pour faire une copie de sauvegarde dans un certain cadre juridique précis. C'est le moyen, si vous voulez, que le législateur a trouvé pour faire un équilibre entre le respect du droit d'auteur et la diffusion de certains moyens de copie à grande échelle, dans la population.

Les exceptions au droit d'auteur existent mais elles sont parfois un peu insuffisantes, si vous voulez, ou mal adaptées. Là, par exemple je vous ai mis un exemple, Vous voyez cette image-là,Reproduction interdite de René Magritt, elle est protégée par des droits, elle n'est pas dans ce qu'on appelle le domaine public, elle est toujours protégée, eh bien là, en fait, je ne peux pas vous la montrer. Ça c'est une contrefaçon au droit d'auteur, parce qu'en droit français, il n'y a pas de droit à la citation des images, de citation graphique. Donc là, en fait, ça c'est trois ans de prison et 300 000 euros d'amende. Il n'y a aucun moyen pour moi de vous montrer cette image légalement. Si j'étais un professeur dans une école ce serait un peu différent, mais là on n'est pas dans un cadre pédagogique au sens de la loi, je ne peux pas vous montrer cette image.

Par contre, la copie privée permet quand même pas mal de choses. La loi nous dit que les auteurs et les titulaires de droits ne peuvent pas empêcher « les copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective, à l'exception des copies d'un logiciel autre que la copie de sauvegarde dans les conditions prévues, etc., et des copies d'une base données. » L'important c'est le début : « copie strictement réservée à l'usage du copiste, non destinée à une utilisation collective. »

La jurisprudence est venue préciser ce que ça voulait dire, notamment elle a rajouté en 1984 que pour faire une copie privée il fallait être propriétaire du matériel de copie. Par exemple, si vous allez dans une officine de photocopies ou si vous faites une photocopie à la bibliothèque, même si vous réservez cette copie à votre usage personnel, ça n'est pas considéré comme une copie privée, parce que vous n’êtes pas propriétaire du photocopieur. Et pour organiser la photocopie il y a une autre loi, qui a été votée, pour mettre en place tout un système de gestion des droits qui permet d'employer régulièrement des photocopieurs. Mais ce n'est pas le même système. Pour faire une copie privée vous devez être propriétaire de votre matériel de copie.

Et pour équilibrer les choses, la copie privée, en fait, n'est pas gratuite, c'est-à-dire que c'est une exception qui est compensée parce ce qu'on appelle une rémunération pour copie privée, et vous vous en acquittez chaque fois que vous achetez un support vierge permettant la copie ou maintenant ça a été étendu au support numérique. Donc quand vous achetez un téléphone portable, un appareil qui permet de faire des reproductions, il y a une redevance qui est appliquée et qui est versée, pour faire simple, à un organisme de gestion collective qui va rassembler ces sommes et qui va les reverser aux différentes filières de la création. L’année dernière ça représentait 198 millions d'euros, ce qui est quand même une somme importante. Il faut savoir que dans cette somme il y en a un quart qui est réservé, qui va aux sociétés de gestion collective pour mettre en place des activités culturelles type festivals et c'est un des moyens, très important, de l'action culturelle en France. Vous voyez ce système est en place, il existe.

Par contre il avait une faille, c'est-à-dire qu'on ne savait pas de quelle manière exactement il s'appliquait à la copie sur Internet. Quand vous téléchargez un fichier sur Internet est-ce que vous faites une copie privée si vous ne le rediffusez pas ? Ça, c'est resté longtemps une question qui se posait et les tribunaux, qui ont été soumis des premières affaires de piratage, n'avaient pas vraiment tranché la question, parce qu'ils ne se prononçaient pas sur ce qu'on appelle la question de la source licite.

Pour faire une copie privée faut-il que la source de la copie soit licite ou pas ?

Donc si vous dites oui, et s'il faut que ce soit licite, ça ne s'applique pas au piratage.

Si vous dites non, ça peut potentiellement s'appliquer à certaines formes de piratage, comme c'est la cas d'ailleurs dans des pays comme l'Espagne, ou le Portugal que j'ai cités, qui ont utilisé la copie privée pour rendre légal le téléchargement simple.

En décembre 2011 il y a eu une réforme du régime de la copie privée par la loi, ça nous a donné une loi et pour des raisons sur lesquelles je ne vais pas m'appesantir, mais dans le débat, un député a proposé de rajouter explicitement que la source de la copie privée, que les copies privées devaient être réalisées à partir de sources licites uniquement, ce qui a pour effet d’exclure les pratiques de piratage. Nous quand on a vu ça, en fait, on s'est dit « oui, mais alors attendez, il y a un moyen de l'interpréter autrement : si on peut faire des copies privées à partir de sources licites, il existe d'immenses réservoirs de sources licites, justement de contenus, que sont les bibliothèques. » J'avais déjà remarqué que pas mal d'usagers de bibliothèques prenaient parfois leur téléphone portable et faisaient une copie d'un livre qui les intéressait. Je me souviens qu'une fois dans une bibliothèque du réseau à Paris, j'avais vu une personne qui était à genou par terre et qui avait mis devant elle cinq ou six livres de cuisine, et qui était en train de les photographier avec son téléphone et qui se faisait sa propre petite réserve de recettes pour la semaine. Et je m'étais dit ce qu'elle fait, ces gestes-là est-ce qu'ils sont légaux ou pas ? Et en creusant j'en étais arrivé à la conclusion qu'il fallait qu'on ait une réponse sur la source licite, pour savoir si cet acte-là de copie était légal ou pas. En fait la loi nous l'a donnée la réponse : maintenant on peut faire des copies à partir d'une source licite. Ça ouvrait la voie à la copie personnelle en bibliothèque et l'idée qu'on a eue c'était de dire si on peut faire des copies personnelles en bibliothèque, on peut aussi l'organiser dans le cadre d'un événement qui pourrait s'appeler la Copy Party où les bibliothécaires permettraient à leurs usagers de mettre à disposition des contenus et de faire des copies. On a lancé le concept et ça a donné lieu à la première Copy Party, à la Roche-sur-Yon, qui a eu lieu il y a un an. Donc voilà le cadre.

Les conditions sont celles de la copie privée, donc en fait, attention, on est dans le cadre de la loi, donc il y a des conditions, qui sont assez simples à respecter, mais il faut en avoir conscience quand on fait cela. Les copies que vous allez faire tout à l'heure doivent être réservées à votre usage personnel. Ça veut dire que si copiez une page d'un livre, vous avez le droit de la conserver, vous n'avez pas le droit de la partager. C'est assez strict. Vous n’avez pas le droit, évidemment, de la repartager sur un réseau social, d'envoyer la page du livre que vous avez copiée sur Twitter ou Facebook ; vous n'avez pas le droit de la donner à un de vos camarades de classe, parce que vous avez vu un schéma dans un livre qui pourrait l'intéresser ; ça, normalement, vous sortez du cadre de la copie privée si vous faites ça.

Vous devez faire les copies avec vos propres matériels de reproduction, c'est-à-dire vous devez avoir votre propre appareil photo, votre propre téléphone, votre propre graveur, pas un matériel emprunté à quelqu’un. Vous devez prendre les documents originaux qui sont dans la bibliothèque, évidemment, et vous n'avez pas le droit de briser une mesure technique de protection. Si vous tombez sur un DVD, un CD ou un autre contenu, qui est protégé par un dispositif qui vous empêche la copie, vous n'avez pas le droit de le faire sauter. Ça c'est la loi DADVSI.

Il y a d'autres subtilités que j'avais détaillées dans l'analyse du cadre juridique. Par exemple, il y a une chose assez drôle : pour un CD de musique, vous avez le droit de le copier dans la bibliothèque, mais si vous l'empruntez vous n'avez plus le droit de le copier chez vous. C'est assez étrange. Pourquoi ? Parce qu'en fait et bizarrement, en France, il n'y a pas de base légale au prêt de CD. Il y en a une au prêt de livres, il y a une loi spéciale, mais le prêt de CD n'a pas de base légale, c'est-à-dire que les bibliothèques prêtent des CD illégalement. C'est étrange mais c'est comme ça ! Donc si vous copiez le CD dans la bibliothèque, ça va, parce vous n'avez pas fait un prêt, vous avez bien une source licite. Si vous copiez le même CD chez vous, la source n'est plus licite, vous ne pouvez plus faire d'acte de copie privée normalement. Mais là, comme on va être dans la bibliothèque, vous avez accès à tous les documents qui sont proposés que ce soient des livres, des revues, des CD, des DVD.

Quand on a lancé l'idée, ce qui nous a beaucoup surpris, c'est le retentissement que ça a eu. On a eu une couverture radio, média et télé qui était assez importante. On avait France 3 à la première Copy Party, on a eu plusieurs articles dans la presse. Ce que je trouve intéressant dans cette idée et pourquoi, à mon avis, ça a eu un retentissement, c'est parce que, pour une fois, on en revenait à une conception positive de la copie. C'est-à-dire qu'au lieu de vous dire : « Vous ne pouvez pas le faire », on arrivait à dire : « Ça, vous pouvez le faire ». Et le fait de changer de discours et de dire, en restant dans le cadre de la loi, vous pouvez faire ça et d’ouvrir une porte vers une forme d'usage, ça a rencontré un certain intérêt et un certain écho.

Moi, depuis, là je le disais tout à l'heure, j'ai la chance de travailler dans une bibliothèque qui s'appelle la BDIC, à Nanterre, qui est une bibliothèque de recherche en histoire, quand je suis arrivé dans cette bibliothèque, je me suis rendu compte qu'ils pratiquent ça depuis toujours, c’est-à-dire qu'ils ont toujours permis la copie personnelle. Et c'est une bibliothèque de recherche sur des documents anciens, enfin pas si anciens, mais des documents du 20ème siècle qui sont toujours protégés par des droits d'auteur, mais qui sont fragiles et assez rares, et en fait, je ne vois pas comment les chercheurs, aujourd'hui, pourraient travailler sur ces documents sans pouvoir prendre des photos des éléments qui les intéressent. Ils se constituent comme ça une archive qui leur permet de faire leurs recherches et c'est un usage qui est très demandé par les chercheurs.

Des Copy Party il y en a eu d'autres. Il y en a eu une en décembre 2012 au lycée Rabelais à Fontenay-le-Comte, d'ailleurs on a une des organisatrices qui est dans la salle. Ça a été une déclinaison pédagogique de la Copy Party qui était extrêmement intéressante et je vous invite à aller sur les sites, notamment à consulter le kit pédagogique que les documentalistes ont réalisé pour accompagner l’événement. L'idée c’était de se servir, avec les documents du CDI, de se servir de cet événement pour sensibiliser et ouvrir un dialogue sur les questions de copie et de droit d'auteur aujourd'hui. Et visiblement, ça a donné lieu à des travaux d'étudiants et à des activités qui sont assez intéressantes.

Il y en a eu une autre aussi, qui était vraiment intéressante, à Bruxelles, en janvier. Ça a été une exportation internationale du concept qui était vraiment intéressante d'ailleurs parce que la copie privée n'est pas tout à fait la même en Belgique. Et alors là, ils en ont fait un happening, c'était dans la bibliothèque de la communauté francophone à Bruxelles. Ils en ont fait un happening, si vous voulez, et ils ont invité les représentants des sociétés de gestion collective, donc l'équivalent de la SACEM belge, qui s'appelle la SABAM, et qui est une société assez dure ; par exemple, là récemment, elle a mis en place un tarif pour les heures du conte, en Belgique. C'est-à-dire qu'ils ont considéré que le fait de lire des livres à des petits-enfants, c’était une représentation au public qui devait être soumise à un tarif. Ils ont appliqué un tarif à ces actes-là et ils ont attaqué en justice aussi les bibliothèques pour l'acte de prêt. La décision est remontée jusqu'à la Cour de justice de l'Union européenne, qui a considéré que les bibliothèques belges ne payaient pas assez cher la rémunération du prêt. Et donc, ils ont appliqué une réévaluation rétroactive sur quatre ans qui va faire que les bibliothèques belges ne vont plus pouvoir acheter de livres pendant une période assez grande. Donc il y a un contexte de tension très fort, en Belgique, autour des questions de droit d'auteur, et donc là, ils ont organisé un débat public avec les sociétés de gestion collective et notamment la SABAM, ce qui était, je trouve, assez courageux quand même, et visiblement ça a eu un retentissement assez fort.

Et là donc vous allez en avoir une aujourd'hui, qui me paraît aussi très intéressante, parce que c'est une déclinaison plus créative. Il y a une Copy Party. On vous propose ensuite un atelier d'écriture autour des contenus copiés et là on est dans une déclinaison créative qui me paraît vraiment intéressante.

Voilà un peu tout ce que charrie l'acte de copie, tout ce que ça peut vouloir dire et comment la Copy Party peut nous donner une occasion d'y réfléchir et puis d'en parler. Voilà. Merci.

Applaudissements

Public : Est-ce que tu peux nous dire un mot de, je crois que tu es l'inventeur du concept de copyfraud1, du fait que des œuvres qui normalement ne devraient pas être protégées par le droit d'auteur, avec la technique, se retrouvent protégées par des droits que théoriquement elles n'ont pas.

Lionel Maurel : Je ne suis pas l'inventeur du concept. C'est un juriste américain qui s'appelle Jason Mazzone2, qui l'a introduit. Donc le copyfraud par exemple, c'est ça vous voyez. Je l'avais mise exprès cette image. C'est le fait de revendiquer frauduleusement un copyright sur un contenu qui ne devrait pas être protégé, notamment quand il est tombé dans le domaine public, après l’expiration des droits d'auteur. Don là vous voyez, si vous allez sur le site du département de la Dordogne, vous constaterez que le département de la Dordogne revendique un copyright sur les peintures de Lascaux qui ont 17 000 ans. C'est une vraie revendication qui a donné lieu récemment à une affaire en justice avec une des personnes qui travaillaient à la restauration, qui a fait une reproduction de la fameuse Vache noire de Lascaux et qui a été attaquée par le département pour reproduction illégale. Ça, c'est un phénomène qui est très inquiétant parce que le domaine public, je n'en ai pas parlé, mais c'est un mécanisme d'équilibrage du système qui est fondamental.

Normalement, une fois que les droits se terminent, soixante-dix ans après la mort de l'auteur, les œuvres rentrent dans un état qui est un état de disponibilité à la copie et à toutes sortes de choses. Et ça ouvre des portes à la réutilisation, etc., et de plus en plus, on se rend compte qu'avec la numérisation beaucoup d’institutions culturelles remettent du droit d'auteur, ou d'autres sortes de droits, sur les œuvres du domaine public. Et en faisant ça, à mon avis, elles font quelque chose de très grave parce qu'elles portent une atteinte à l'idée même du domaine public, et ça c'est très problématique. Donc on a beaucoup d'exemples en ce moment, on en a un à la BnF, justement, à la Bibliothèque nationale de France, où il y a eu des accords de partenariat public/privé avec certaines firmes qui vont conduire à dix ans de restrictions sur l'accès à des corpus d’ouvrages anciens qui nous paraissent assez graves.

Donc le copyfraud c'est un vrai problème et moi je crois beaucoup que la notion de domaine public pourrait justement, si elle était mieux protégée, apporter un vrai équilibre au système du droit d'auteur.

Public : Donc dans le cadre d'un espace auto-formation, en bibliothèque, est-ce que nous devons vérifier, quand nous utilisons des ressources gratuites, si la personne qui a mis en ligne ces ressources nous autorise, en fait, à les utiliser, et à les mentionner, les référencer. Est-ce que ça porte atteinte au droit d'auteur ?

Lionel Maurel : Ça c'est une question assez compliquée mais qui revient souvent. C'est-à-dire que, sur Internet, vous avez tout un tas de mises à disposition de contenus gratuits, mais qui vont tous avoir des statuts très différents. C'est-à-dire que si jamais vous allez prendre une image qui est sur Wikipédia, et que vous la réutilisez, vous allez pouvoir le faire légalement, parce que ces images ont été mises à disposition sous ce qu'on appelle des licences libres, qui vous permettent la réutilisation. Si vous faites une recherche sur Google Images et que vous voyez une image qui vous intéresse, il y a de très fortes chances que cette image soit disponible gratuitement mais que vous ne puissiez pas la réutiliser, parce qu'il y aura quand même un droit d'auteur. Ce n'est pas parce que quelque chose est accessible sur Internet librement que vous pouvez le réutiliser dans votre espace. Donc, en fait, la réponse ne peut pas être unique. Il faut voir document par document quelle est l'intention de l'auteur. Est-ce qu'il a mis un copyright tous droits réservés ou est-ce qu'il a choisi d’ouvrir ses usages ?

Justement là on tombe sur un immense espace qui est celui des ressources sous licences libres qui vous permet des tas de réutilisations. Là sur mon powerpoint par exemple, la très grande majorité des images sont issues de Flickr, qui est le site de partage de photographies, le plus grand site de partage de photographies, et sur Flickr vous avez 280 millions d'images sous licences libres. Vous regardez quelle licence est appliquée à l'image, et là vous voyez par exemple , moi j'ai trouvé cette image de la pyramide de Khéops, elle est sous une licence qui permet toutes formes de réutilisation à condition de citer le nom de l'auteur. J'ai cité le nom de l’auteur, par Michel Colin, et là je suis dans les clous du droit parce qu'il m’a donné cette possibilité. Et là pareil, j'ai trouvé une autre image, je peux la réutiliser. Là j'ai pu réutiliser ce tableau de Dürer parce qu'il est sur Wikimedia Commons et il est dans le domaine public. Wikimedia Commons c'est la banque d'images qui alimente Wikipédia, je peux le réutiliser. Pareil pour ces images-là.

Donc voilà, je ne peux pas vous répondre, si vous voulez, dans l'absolu parce que c'est vraiment une question de cas par cas, et c'est très complexe, et ça devient d'ailleurs une compétence de bibliothécaire, c'est-à-dire savoir identifier des contenus réutilisables vraiment, ça peut être très précieux pour nos activités. C'est pareil pour la musique, il y a des musiques réutilisables, d'autres pas, des vidéos.

Public : Tu l'évoquais à la fin de la citation de Lawrence Lessig, je pense que ça peut être important de l'évoquer quand même, c'est-à-dire quels peuvent être les modes de rémunération ?

Lionel Maurel : La question, évidemment, c'est de se dire que les personnes qui créent des œuvres, qui sont des artistes, et toutes les filières qui participent à cette création, évidemment, ont besoin d'un mode de financement et il ne s'agit pas du tout de nier que la création ait besoin d’être financée. Moi je ne suis pas un partisan, du tout, de la gratuité à tout va et du fait de dire que la culture doit être absolument gratuite dans toutes les circonstances. Tout ça ça a un coût et il faut que socialement il y ait des moyens qui soient mis en place pour que les artistes puissent créer, avoir le temps de le faire, etc. J’ai une toute partie de ma réflexion, aussi, qui est sur le fait de savoir comment on organise des modes de rémunération. Il faut savoir, par exemple, que quand vous êtes sur Deezer ou sur Spotify, c'est une offre légale, c’est-à-dire vous allez payer un abonnement, éventuellement pour l'offre Premium, avoir les musiques sur votre téléphone. La part qui revient effectivement aux auteurs est infime et aux interprètes elle peut être inexistante, zéro. Donc voila, le financement de la création cherche sa voie actuellement et dans l'offre légale il n'est pas toujours au rendez-vous.

Vous avez des gens qui depuis longtemps ont pensé qu'on pouvait essayer de changer le mode de fonctionnement du droit d'auteur. Plutôt que de le déclencher à chaque acte de copie, on pourrait le déclencher uniquement quand il y a utilisation commerciale des contenus. Donc on changerait le mode de fonctionnement. Certaines copies pourraient devenir libres, celles qui se situent dans une sphère qu'on appelle le partage non marchand. C'est-à-dire que si je suis en train d’échanger un fichier avec un ami, ou même le mettre à disposition sur un site de peer-to-peer, mais que je n'ai pas de publicité sur mon site, je suis dans un cadre vraiment non marchand, ces échanges-là pourraient être légalisés.

Par contre, on mettrait en place un mode de rémunération associé qui peut prendre plusieurs formes. Celui qui est à droite, là, c'est un système dit de licence globale. Il y en a d'autres qui ont été inventés, qui peuvent être des systèmes de contribution créative qui sont un petit peu différents. Ça tourne quand même tous autour de l'idée qu'on payerait un surcoût à la connexion Internet, par mois, qui pourrait être de quelques euros, il y a plusieurs modèles, ça peut être trois, quatre, cinq euros, Donc votre connexion Internet vous coûterait trois, quatre, ou cinq euros plus cher, mais l’ensemble de ces sommes serait rassemblé et reversé aux créateurs sous la forme d'une rémunération.

Il y a plusieurs projets. Moi celui que je trouve le plus abouti, c'est celui qu'a proposé la Quadrature du Net, qui est une association de défense des libertés numériques, qui a fait un programme qui s'appelle Éléments pour une réforme du droit d'auteur et des politiques culturelles liées3, qui propose une légalisation du partage non marchand, associée à un mode de financement de type contribution créative. Il propose aussi d'autres types de financement qui peuvent être le crowdfunding, vous savez l'idée, je ne sais pas si vous connaissez des plates-formes comme Kickstarter ou KissKissBankBank, où un artiste peut venir proposer un projet, des internautes le financent directement. Ça peut être aussi un point. Et je m'intéresse aussi beaucoup à des projets de type revenu de base, qui proposent, là, de verser des rémunérations, une sorte de minimum incompressible, inconditionnel, de rémunération à toute la population pour lui permettre de gagner en autonomie et notamment pour les pratiques culturelles. Donc des pistes de financement de la création il y en a. La contribution créative telle que la présente Philippe Aigrain4 qui est la personne qui a mis au point ce système, qui travaille avec La Quadrature du Net, estime qu'elle peut rapporter plus d'un milliard d'euros par an, rien que pour la France. Ce qui fait qu'en fait on en parle depuis 2006, les industries créatives et tous les auteurs sont passés à côté de six ou sept milliards de revenus à redistribuer. Moi j'attends de voir quand est-ce qu'ils auront cette même somme avec l'offre légale, si vous voulez.

Vous, voyez, des pistes il y en a, le problème c'est que si on met en place ça, ça provoque une recomposition globale du système des industries culturelles qui va être assez perturbante et c'est pour ça que beaucoup d’industries culturelles s'opposent à ces systèmes parce que, quelque part, ça leur fait perdre beaucoup de contrôle sur la distribution des contenus, la manière dont ils sont créés, etc. C'est ce qui crée des tensions très fortes.

Projection de la vidéo Censored by Copyright de Dan Bull

22 September 2016

Frederic BEZIES

Ça donne quoi TrueOS, le successeur de PC-BSD ? Un premier coup d’oeil.

Le 22 September 2016 à 12:33:47

C’est en lisant un journal sur LinuxFr que j’ai pu apprendre la naissance officielle de TrueOS.

Sur le site officiel d’anciennement PC-BSD, on apprend en plus du journal sur LinuxFr que pour le moment, les ISO disponibles sont de niveau béta. Parmi les fonctionnalités ?

Outre le fait de promouvoir le principe du rolling release « rationalisé » – ça vaut mieux quand on utilise la branche de développement de FreeBSD ! – la simplification est à l’ordre du jour : un seul dépôt logiciel, l’utilisation unique de ZFS pour gérer les disques, l’utilisation de LibreSSL en lieu et place d’OpenSSL, une couche de compatibilité linux assez récente pour les circuits graphiques. Bref, que du bon 🙂

J’ai donc récupéré la dernière image ISO de développement en date, datée du 20 septembre 2016. Le 64 bits est à l’honneur, ce qui est somme toute logique. Les premiers PC 64 bits, ça date de fin 2003, non ? D’ailleurs, j’ignore si le ZFS fonctionne avec FreeBSD en 32 bits.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c http://download.trueos.org/master/amd64/TrueOS-Desktop-2016-09-20-x64-DVD.iso
–2016-09-22 10:09:32– http://download.trueos.org/master/amd64/TrueOS-Desktop-2016-09-20-x64-DVD.iso
Résolution de download.trueos.org (download.trueos.org)… 2a00:7b80:3005:7::1:81, 89.233.107.230
Connexion à download.trueos.org (download.trueos.org)|2a00:7b80:3005:7::1:81|:80… connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse… 200 OK
Taille : 1837922304 (1,7G) [application/octet-stream]
Sauvegarde en : « TrueOS-Desktop-2016-09-20-x64-DVD.iso »

TrueOS-Desktop-2016 100%[===================>] 1,71G 3,01MB/s in 10m 0s

2016-09-22 10:19:32 (2,92 MB/s) — « TrueOS-Desktop-2016-09-20-x64-DVD.iso » sauvegardé [1837922304/1837922304]

J’ai ensuite lancé VirtualBox en partant d’un modèle FreeBSD 64 bits que j’ai gonflé au maximum : 2 Go de mémoire vive, 128 Go de disque virtuel, l’horloge en UTC. Je n’ai pas poussé le vice à activer l’UEFI cependant.

Après un démarrage somme toute rapide, on nous propose de lancer l’installateur en mode graphique ou en mode texte.

J’ai pris l’installateur graphique, et j’ai demandé à avoir l’installation en français… Sans oublier de vérifier que le clavier était en azerty 🙂

J’ai demandé l’installation de la version bureau de l’OS basé sur FreeBSD.

Ensuite, j’ai pris les options par défaut. À savoir du mono-démarrage.

L’installation s’est très bien passée. Un peu longue – une dizaine de minutes – mais sans incident.

L’installateur m’a demandé de redémarrer.

L’assistant de premier démarrage m’a permis de configurer la langue, le fuseau horaire, de créer un compte utilisateur que l’on peut chiffrer avec PersonaCrypt. Que du très classique, donc.

L’assistant a fini par me rendre la main. Pcdm s’est affiché, j’ai juste activé la bonne traduction et Lumina Desktop m’a accueilli.

Rien de mieux que de montrer l’OS en action. La vidéo a été un peu plus longue que prévue à l’origine, mais au moins, j’ai tout fait pour rester dynamique 😀

J’avoue que je m’attendais à tomber sur un OS lourd, comme l’était PC-BSD. Mais c’est au contraire une bonne surprise. Même s’il met un peu de temps à démarrer, une fois en mode graphique, il est assez rapide à répondre. Il faut dire que Lumina Desktop aide franchement ici.

Pour une première version béta, c’est très utilisable. Évidemment, il y a certains logiciels qui sont un peu vieux, mais c’est lié aux ports de FreeBSD qui sur certains plans ne sont pas de la première fraicheur. Dommage aussi que le support du HTML5 dans Mozilla Firefox 49 soit un brin capricieux 🙁

Il reste un peu de franglais, mais cela reste dans les limites du supportable, surtout quand on garde en mémoire le fait que c’est une version non finalisée…

Mes seules critiques ? Vouloir utiliser FreeBSD-CURRENT, ce qui demandera aux équipes de TrueOS de proposer les mises à jour avec une précaution maladive. Et aussi le nom, qui peut laisser penser que les autres OS ne sont pas de vrais systèmes d’exploitation. Ça pourrait porter tort à l’équipe en cas de mise à jour un peu trop délicate.

En tout cas, pour un premier aperçu, c’est une bonne surprise. Au moins, on est loin du pachyderme asthmatique qu’était PC-BSD sur sa fin de vie.

ggravier.png Gilles GRAVIER

The mutable immutable distributed ledger (aka Accenture's editable blockchain)

Le 22 September 2016 à 09:54:47

Just a few days ago, Accenture announced that they had applied for a patent (EU and US) to cover an editable blockchain. This has set the world of blockchain technologies into a turmoil.

Lets look at it from two different perspectives.

First, it's a patent. In the world of blockchain technologies, most of the code out there (bitcoin, stellar, ethereum, and so many more) is open source. This is a community that doesn't take very well things like patents. In fact, the open source community is usually quite opposed to patents and one could very well imagine Accenture's patent to make the top entry of the Stupid Patent of the Month page very soon.

Second, it's blockchain... One of the key elements of a blockchain is the immutability of what's stored in it. The fact that you can trust that the data in the blockchain hasn't been tampered with. If you enter a transaction (of token T from A to B) in a blockchain, the only thing you can do later on is to do another transaction either from A to B with additional tokens... or from B to some other entity (A or C) of the token T (or its equivalent). That's it. That's the way you can trace back every transaction ever entered in a blockchain. That's how you can be sure that you'll find full traceability of everything entered in the blockchain. That's why solutions like blockverify.io and Provenance can offer excellent supply chain transparency models.

If you are going to built a distributed ledger (or datastore of some sort) that allows editing of entries, you might as well use a standard distributed database like MongoDB or Cassandra, and then add some way of access control and auditing to suit your needs.

Designing a mutable version of what is normally an immutable storage system is, at best, counterproductive... Accenture has shown a deep understanding of what blockchain is all about.

april.png Nouvelles April

Ce que copier veut dire - Copy Party, Communs, Domaine public, Culture libre - 2/3 - Lionel Maurel

Le 22 September 2016 à 09:27:08


Lionel Maurel

Titre : Ce que copier veut dire (2/3) - Le numérique introduit une rupture radicale et nous précipite dans la culture de la copie.
Intervenant : Lionel Maurel
Lieu : Conférence [lire+écrire] numérique - Médiathèque de Rezé
Date : Mars 2013
Durée : 33 min 39
Licence : Verbatim
Pour visionner la vidéo

Transcription

Lionel Maurel : Et puis le numérique arrive aujourd'hui et là, on a une rupture qui est radicale et qui est beaucoup plus difficile à négocier pour le droit d'auteur parce que, quand on parle de numérique, donc cette combinaison des ordinateurs, d'Internet, on arrive à une situation où la copie devient absolument omniprésente et universelle. C'est-à-dire qu'il n'y a plus de possibilité d’accéder à une œuvre indépendamment d'une copie de cette œuvre. Quand je lis un livre, il n'y a pas de copie : le fait de regarder ce livre n’entraîne pas juridiquement de reproduction, donc le droit d'auteur ne se déclenche pas. La lecture d'un livre est un acte qui est juridiquement, si vous voulez, hors sol quoi, il n'y a pas d'atteinte possible sur cet acte.

Quand on est dans une pièce de théâtre il n'y a pas de copie, mais là le droit d'auteur intervient à travers une notion qui s'appelle la représentation. Mais avec la diffusion sur Internet aucun acte n'échappe à la copie. Là, ce que je suis en train de faire en ce moment, je vous fait une diffusion de ce powerpoint, mais il y a une copie qui est bien sur ce support et mon support est tout à fait saisi par le droit d'auteur. Et je ne vous cache pas que ça a été un très gros casse-tête de l’illustrer avec des images, parce qu'il faut que je trouve des images réutilisables pour faire mes supports et c'est tout un parcours du combattant de le faire. Là, on est tout à fait dans un cadre où le droit d’auteur s'applique, et j’essaye de ne pas trop le violer, même si, bon, tout n'est pas complètement d'équerre dans ce support. Mais voilà, cette image-là, j'ai le droit de vous la montrer parce qu'elle est sous licence libre.

Et donc, cette omniprésence de la copie crée aussi une culture de la copie, une véritable culture de la copie, et on retombe dans un de ces âges précédents où la création était indissociable de la copie et c'est ça qui à mon avis est le phénomène important. On a toutes ces pratiques de copie « transformative » où on copie un élément pour se le réapproprier, le modifier légèrement, l'adapter, le transformer et en faire autre chose. Et en général, ça donne une sorte de sous-culture, de culture qui est assez intéressante dans ses développements, qui a un potentiel critique et caustique fort.

Là vous avez des détournements de logos de Coca-Cola, les fameuses couvertures de Martine qui ont entraîné une réaction en justice de l'éditeur qui a fait supprimer, par exemple, l'éditeur automatique de couvertures de Martine qui existait. Il y en a plein d'autres qui existent encore, mais ils ont réagi. C'est là où on tombe dans la copie comme moyen d'autodéfense, aussi, parce que c'est symbolique. Quand on a des images politiques qui nous sont assénées comme ça, la réappropriation par le remix permet de les détourner et de s'échapper d'une certaine forme de matraquage ou de communication politique qui, parfois, peut être envahissante. Et on est, comme le dit André Gunthert qui est une personne qui s'intéresse au statut de l'image à l'ère numérique, on est à l'ère de l'appropriabilité numérique de l'image et ça, c'est un élément qui est très important.

Deuxième affaire de contrefaçon en ligne qui a été jugée, concernait, vous savez, les 100 000 milliards de poèmes de Raymond Queneau. Donc Raymond Queneau crée cette œuvre : il y a dix sonnets à la base dont on peut intervertir les vers, les mélanger, et ça donne 100 000 milliards de poèmes potentiels. Il y a cette très belle édition chez Gallimard qui permet de faire fonctionner le principe. Et quelqu’un s'était dit « je vais transposer en numérique ». Il avait fait une base de données avec ces vers et quand on clique sur le bouton ça compose à la volée un des poèmes possibles dans les 100 000 milliards de poèmes. Les ayants droit de Queneau, de Raymond Queneau, ont attaqué pour contrefaçon du droit d’auteur. Et là, les juges ont très vite considéré que c'était bien une œuvre, qui avait été numérisée, que ça constituait une reproduction de cette œuvre, qui nécessite une autorisation préalable de l'auteur, et ils ont considéré que c’était une contrefaçon. Et dès que, si vous voulez, du point de vue du langage, ils ont réussi à plaquer ces mots-là sur ces actes, c'est comme si on avait mis le pied dans tout le code de propriété intellectuelle et tout le code s'est transposé à Internet. Et c'est très ironique que ça ce soit fait avec les 100 0000 milliards de poèmes, parce que Raymond Queneau avait lui-même une réflexion très poussée sur qu'est-ce qu’être auteur d'une œuvre. Parce que Queneau savait très bien qu'il n’était pas auteur de tous les 100 000 milliards de poèmes. Lui a créé les dix premiers et il y a quelque chose d'automatique qui se crée et c'est presque plus le lecteur qui crée la suite des dix poèmes. Donc c'est assez ironique que ce soit cette œuvre-là qui ait permis au droit d'auteur français de mettre le pied sur Internet.

Tout ça crée une situation qui est complètement explosive pour le droit d'auteur et je vais vous donner un exemple qui vous montre à quel point c'est le cas. C'est un exemple que j'aime bien prendre. Cette photo, en fait, a été prise par un photographe américain qui s'appelle Noam Galai, qui a pris une série d'autoportraits de lui en train de crier, comme ça, et qui les a postés sur une plate-forme qui s’appelle Flicker, plate-forme de partage de photographies, en mettant un copyright. C'est-à-dire qu'il a mis © All Rights Reserved, ça veut dire « aucune copie n'est possible sans mon autorisation ». Et quelques temps plus tard, il a fait ça en 2006, et un an et demi ou deux ans plus tard, il y a une de ses collègues de travail qui est venue le voir et qui lui a dit : « Ah j'ai vu ta tête sur un tee-shirt. J'ai trouvé ça super, je ne savais pas que tu faisais des tee-shirts ! Et lui a répondu : Mais moi je ne fais pas de tee-shirts, qu'est-ce que c'est ? » Et il a commencé à regarder, et il a utilisé, vous savez, un moteur de recherche inversé d'images qui s'appelle TinEye. Il a chargé son image et il s'est rendu compte qu'en fait, cette image, sans qu'il ne le sache, a eu un effet de propagation complètement explosif sur Internet. Alors pourquoi cette image-là ? On ne sait pas trop, c'est peut-être son potentiel évocateur. Mais en tout cas, il y a des tas de gens qui ont vu cette image et qui se la sont appropriée, à tel point que sa tête, maintenant, est sur des graffitis, sur le mur qui sépare Israël et la Palestine. Elle est sur des jeux de cartes, elle a été sur des planches de skate, elle a été reprise des tas de fois dans la presse, elle fait des couvertures de livres, des flyers, voilà. Et donc lui, il a eu un choc, parce que déjà c’était sa création, c'est son visage, quand même, donc il y aussi une question de droit à l'image qui se pose. Il a été assez désemparé. Et il y a, en fait, des centaines de reprises de cette image et il n'y a qu'un seul éditeur qui lui a demandé une autorisation. Donc voilà. Sa réaction, pour réagir à ce phénomène, ça a été de faire un site internet qui s’appelle Scream Everywhere où lui recense toutes les réutilisations et il en a fait une espèce de collection qui devient une sorte de méta-œuvre à partir de toutes les réutilisations. Et il explique que pour lui, psychologiquement, ça été important pour se réapproprier ce qui, quelque part, lui avait échappé. Il n'a pas engagé de poursuites devant les tribunaux parce que bon, de toutes façons, c’était assez complexe de réagir.

J’avais trouvé que c'était un cas intéressant qui vous montre à la fois la puissance de la dissémination du Web, une certaine forme de misère du droit, parce que le droit est un peu impuissant devant la puissance de dispersion des images. Et la question c'est est-ce que c'est la mort de la création ? Ça se discute parce que, évidemment, ce photographe n'a pas eu vraiment de retours financiers sur son œuvre, mais il est clair qu'il a produit, de manière dérivée, des centaines et des centaines de créations à partir de la sienne. Du coup maintenant, sur son site, il vend des produits dérivés. Il a dit : « Puisque c'est comme ça allons-y ! » Il vend des tapis de souris, il va très loin, il vend des mugs et il vend même, j'avais vu, des petits pull-overs pour chien. Il est tombé dans un truc warholien. Il s'est dit : « Allons-y ! Si on reproduit, allons jusqu'au bout ! »

Il faut voir aussi que le numérique entraîne une chose dont on n'a pas vraiment conscience et dont on verra bien d'ailleurs tout à l'heure, en faisant la Copy Party, c'est qu'il y a des tas d'actes qui sont parfaitement légaux dans l'environnement physique qui deviennent illégaux quand ils se transposent en numérique.

Je ne sais pas si vous connaissez cette pratique qui s'appelle le bookcrossing. J'ai un livre, je l'achète et on ne se rend pas compte le nombre de libertés, très simples qui sont attachées à la possession de ce livre. C'est-à-dire que je ne peux pas le copier, parce que là je tombe sous le coup du droit d'auteur, mais je peux le donner, le prêter, je peux même le revendre ; ça c'est absolument légal, le droit d'auteur ne contrôle pas ce type d'actes. Ça s'appelle la théorie de l’épuisement des droits qui fait qu'une fois qu'il y a eu une première vente, il y a un certain nombre d'actions qui deviennent possibles sans restriction et donc ça permet aussi des formes d'échanges qui s'appellent le bookcrossing : j'abandonne mon livre à un endroit pour qu'un inconnu puisse un jour s'en saisir. Ça s'est organisé : on trouve ce phénomène qui se développe beaucoup aux États-Unis et au Canada, ça s'appelle les Little Free Library. Les gens, devant chez eux, plantent une petite cabane en bois, sur un poteau, dans laquelle ils entreposent leurs livres et le principe c'est que vous pouvez venir vous servir, à condition de remettre des livres de temps en temps. Il y a a une forme de règle du jeu qui s'est installée et, dans certaines villes au Canada, notamment à Toronto, je l'ai vu aussi à Montréal, ça devient un phénomène qui n'est pas complètement anodin en termes de circulation des ouvrages.

Vous prenez ces mêmes gestes, vous les transposez dans le numérique, qu'est-ce que ça devient ? Le fait de se créer une petite boîte et de charger des fichiers de livres numériques pour que des gens viennent les partager, ça s'appelle du peer to peer et c'est exactement le genre de choses pour lesquelles The Pirate Bay est tombé en Suède. Donc ça devient, typiquement, ce qui est le plus stigmatisé et le plus illégal. Et vous avez des pratiques maintenant numériques qui consistent, par exemple, à ficher des clefs dans les murs, ça s'appelle des Dead Drops, pour laisser des fichiers, et éventuellement que des gens viennent s'y connecter pour les récupérer. Ça, si vous y mettez des fichiers protégés, c'est violemment illégal.

De la même manière que vous avez cet objet qui s'appelle une PirateBox, qui est, en fait, une petite boîte qui crée son propre réseau Wi-fi autour d'elle et à laquelle vous pouvez vous connecter avec un téléphone portable, un ordinateur. Ça aussi c’est déconnecté d'Internet, c'est complètement invisible pour l'HADOPI, et ça vous permet de faire des échanges de fichiers, et si vous y mettez des ouvrages… Mais, du point de vue du geste, c'est le même que de donner un livre, si vous voulez. L'acte de donner qu'il soit en physique ou en numérique, change complètement de signification juridique.

La solution qui a été envisagée pour essayer de rétablir un équilibre dans tout ce paysage, depuis 1996, c'est celle d'essayer de contrôler la copie par ce qu'on appelle des DRM, qui sont des mesures techniques de protection, Digital Rights Management1, qui permettent d’empêcher les copies ou de les contrôler, de contrôler le nombre de copies, la manière dont on les fait, le type d'appareils sur lesquels on peut lire les copies, et c'est le système que le droit a essayé de mettre en place pour redonner un sens au droit d'auteur dans l'environnement numérique. Ça s'est propagé dans les législations aux États-Unis, dans les directives européennes et y compris dans notre droit français, depuis 2006, dans une loi qui s'appelait la loi DADVSI. On a cette idée, que moi je considère un peu comme une sorte de Deus ex machina, c'est-à-dire qu'on a considéré qu'on avait un problème technique, problème avec la machine, on allait le résoudre par la machine, par la technique. Les idées de ces lois c'est de dire que si vous faites sauter un DRM vous commettez un délit supplémentaire par rapport à la contrefaçon, qui va être lui aussi puni. Donc les DRM on ne peut pas les faire sauter : c'est un nouveau délit par rapport à la contrefaçon que la loi punit.

Le problème c'est que cette logique, si vous voulez, d’empêcher la copie, peut conduire à des dérapages qui sont assez inquiétants et qui le deviennent, avec le temps, de plus en plus. On a eu ce fameux cas, en fait, en 2009, où Amazon avait supprimé à distance tous les exemplaires de 1984 de Georges Orwell — c’était extrêmement bien choisi — qui avaient été légitimement achetés par les utilisateurs, parce que, en fait, ils avaient eu un problème de droit et donc tous ces livres, qui avaient été légitimement achetés, ont disparu des Kindle de leurs possesseurs. Et ils ont refait ça en 2012 avec une personne en Finlande.

Là beaucoup de gens ont dit : « Transposons ça en physique : vous achetez un livre, l'éditeur n'avait pas les droits, vous l'achetez légitimement. Pour venir vous le reprendre chez vous, il n'y a aucun moyen légal de le faire. C'est-à-dire que, même si le livre est condamné comme étant illégal, une fois que l'avez acheté, vous le gardez chez vous, il n'y a aucun moyen légal de forcer votre domicile, d'aller sur votre bibliothèque et de vous prendre l'exemplaire ! » Il n'y en a aucun. Là, Amazon, en dehors de toute procédure judiciaire, a simplement appuyé sur un bouton et il a fait disparaître tous les livres des Kindle.

On a d'autres exemples de cette logique-là des DRM. C'est Olivier Ertzscheid, qui est dans le fond, lui il traduit DRM en disant que c'est un droit de regard de la machine, et c’est assez vrai et ça peut aller très loin. Récemment, vous savez, la console Kinect, celle qui vous permet, comme la Wii, de jouer en bougeant devant la machine, a une caméra qui vous regarde. Et donc Microsoft s'est dit : « Mais en fait, on pourrait utiliser cette caméra pour compter le nombre de personnes qui regardent la télé, et comme ça on pourrait faire des produits ou des modèles économiques où on donnerait un nombre de visionnages par personne qui regarde effectivement un film ». Et donc, de cette façon-là, ils peuvent savoir combien de gens sont assis sur un canapé et si vous regardez le film tout seul, ou avec un ami, avec votre femme, et ils vous compteraient, en fait, un visionnage effectif. Mais pour ça, ils sont obligés de voir dans votre maison.

Là, récemment, le dernier gros fiasco des DRM, parce que ça produit aussi ça, c’est, vous savez la semaine dernière SimCity s'est lancé, et là le système de DRM qui a été choisi c'est de vous obliger à jouer de manière connectée. C'est-à-dire vous ne pouvez pas jouer au nouveau SimCity si vous n'avez pas une connexion Internet qui vous relie à la plate-forme. Le problème c'est qu'ils n'ont pas mesuré le succès qu'ils allaient avoir et la plate-forme est instantanément tombée au lancement, ce qui fait que tous les gens qui ont acheté le jeu n'ont pas pu effectivement jouer.

Vous voyez, cette logique du DRM est assez problématique et on tend maintenant vers une tendance qui est l'idée qu'il faudrait supprimer toute possibilité de copie des contenus culturels, parce que c'est la copie qui pose problème. Et là, il y a un concept, qui est assez intéressant, qui a aussi été développé par Olivier Ertzscheid sur son blog Affordance, qui est celui l'acopie2, et il nous dit : « L'acopie, ce serait alors l'antonyme de la copie, un terme désignant la mystification visant à abolir au travers d'un transfert des opérations de stockage et d’hébergement liées à la dématérialisation d'un bien, la possibilité de la jouissance dudit bien, et ce, dans son caractère transmissible, en en abolissant toute possibilité d'utilisation ou de réutilisation réellement privative ». Et là, on voit se mettre en place des dispositifs techniques qui, tous combinés, c'est vrai, tendent à nous empêcher toute possibilité réelle de copie. Vous avez ce qu'on appelle le cloud computing, c'est-à-dire cette idée qu'on n'aurait plus besoin de stockage physique dans nos ordinateurs, dans nos clés USB, dans nos téléphones, et où tous nos contenus culturels pourraient être stockés en ligne, sur les serveurs qui peuvent être ceux d'Amazon, de Google, d'Apple, et qui suppriment la nécessité, pour nous, de télécharger finalement réellement et d'avoir la possession des fichiers sur nos machines.

Vous avez tout ce qui est téléphone portable, tablette, qui peuvent devenir ce qu'on appelle des jardins clos, hortus conclusus, le jardin clos dans lequel vous pouvez avoir des contenus, mais quand vous avez tablette Apple, pour faire sortir ces contenus de la tablette, c'est assez complexe. Même des techniques comme le streaming, qui permettent de visionner des contenus sans avoir à les copier et à les télécharger, ont aussi cette utilité-là, c'est-à-dire de supprimer la copie. Donc on tend, et là encore récemment Apple, la semaine dernière, déposait un nouveau brevet pour rendre les vidéos réellement « incopiables ». Donc vous voyez, on tend vers une idée qu'on supprimerait la copie.

Alors supprimer la copie, ça pose une vraie question par rapport à notre rapport à la culture, parce que l'acte de copie a un rôle fondamental dans l'appropriation du contenu. Vous vous souvenez qu'à l'école vous avez passé un temps considérable à copier, recopier ; la copie est indissociable de la pédagogie, par exemple. Mais, si vous regardez bien, elle est indissociable de toute forme d’accès et de jouissance des biens culturels. C'est André Gunthert qui disait : « L'appropriation est le ressort fondamental sur lequel repose l'assignation de la culture formée par l'ensemble des pratiques et de biens reconnus par un groupe, comme constitutifs de son identité. Elle fournit, depuis des temps immémoriaux, la clef de la viralité des cultures, leur mécanisme de reproduction ». Et cette appropriation passe par le fait de pouvoir copier, mais aussi interagir avec les contenus. Donc supprimer l'idée même qu'il puisse y avoir une copie, c'est aller vers une autre conception de la culture elle-même.

On ne se rend pas compte, aussi, de ce que ça veut dire par rapport au fait que notre culture, de plus en plus, tombe dans des flux. C'est-à-dire qu'on est de plus en plus, avec Internet, dans un mode de transmission des contenus en flux. On est constamment baignés avec les réseaux sociaux, avec nos flux RSS, dans de la culture qui passe devant nous. Et là c’est un autre bibliothécaire, qui s’appelle Silvère Mercier, qui disait que pour lui, « l'acte de copier c'est comme le fait de cueillir une pomme. On a besoin de copier un contenu pour le détacher du flux et l'emporter dans un espace où on va pouvoir en profiter, y compris parfois en étant déconnecté, pour pouvoir vraiment s'y plonger et le lire. »

Je ne sais pas si vous connaissez des dispositifs, par exemple il y a des applications comme Pocket, je ne sais pas si vous voyez ce que c'est, c'est une petite application sur téléphone portable. Quand vous avez un article que vous repérez, intéressant, vous appuyez sur un bouton, elle copie seulement le texte et elle vous le met dans votre téléphone et vous pouvez le lire, y compris hors connexion. Et ce geste, ce simple geste qu'on retrouve dans des systèmes comme Spotify, Deezer, voilà, il a une valeur importante dans cette culture des flux, parce que c'est le moment où vous pouvez vous poser, lire tranquillement, en étant déconnecté de ces éléments. C'est un élément de stabilité, si vous voulez, qui a un rôle cognitif important. La copie c'est quelque chose de biface. Il y a un côté sombre de la copie, on va vous dire la copie c'est tricher ou voler. Il y a un côté qui est plus clair, qui est celui d'aimer, de partager ou de créer dans cet acte.

Dans notre culture, on pense très fortement que la copie peut être assimilable à une forme de tricherie. J’avais beaucoup aimé cette image où on voit quelqu'un qui vient d’être diplômé et qui dit : « Je voudrais remercier Google, Wikipédia et le copier-coller ». Et c'est vrai que c'est une question qui devient de plus en plus tendue, la question du plagiat à l’école ou à l'université. Vous savez qu'il y a beaucoup de cas de thèses qui s'avèrent être des plagiats, ou de mémoires. Il y a toute la question du rapport des élèves eux-mêmes à la copie et aux contenus qu'ils peuvent trouver en ligne, qui peut être assez problématique. Et c'est vrai que là, dans la question du plagiat, on a quelque chose qui dépasse le droit, qui est de l’ordre de la morale, qui est le fait de se dire : « Est-ce que c'est moralement répréhensible de ne pas citer ses sources, d'emprunter des idées, de copier des passages en s'affirmant comme auteur de quelque chose qu'on n'a pas créé ? » On a quelque chose de cet ordre.

Le plagiat est une question qui devient un peu omniprésente. On a eu des cas assez célèbres. On a eu PPDA (Patrick Poivre d'Arvor, NdT) et la biographie d'Hemingway. Vous avez toute l'affaire Macé-Scaron, ce journaliste qui a fait une carrière dans le plagiat, en fait, quasiment. Rama Yade, elle-même, qui avait eu des…, un livre où elle avait fait ce qu'elle appelait des citations libres, ce qui dans le droit, n'existe pas. Houellebecq qui, dans son roman, avait copié des morceaux de Wikipédia, dans un roman qui a eu le prix Goncourt, La Carte et le Territoire, et qui l'avait caché, et qui s'en est défendu comme une forme de collage artistique. Voilà. Dans le monde de la recherche, j'avais noté cette pétition qui s'est lancée sur un site qui s'appelle Archéologie du copier-coller, où il y a quelqu’un qui a fait une pétition pour qu'on ne ferme plus les yeux sur le plagiat dans la recherche et qui essaye d'en repérer dans les travaux scientifiques. Et ça peut aller très loin. En Allemagne, vous avez une personne qui en a fait un business, et qui est devenue un chasseur de plagiats, qui actuellement est partie en lutte contre la classe politique. Vous savez qu'en Allemagne, c'est assez important d’être docteur et d'avoir fait une thèse. Et en fait, il a lancé un site sur lequel il mélange à la fois crowdfunding et crowdsourcing, c'est-à-dire qu'il met à prix la tête d'hommes politiques, en leur disant : « Votez, donnez-moi de l'argent, et si on atteint telle somme, moi je lance une enquête pour voir si cet homme politique a vraiment écrit sa thèse. » Et ensuite, il incite les gens à lui envoyer des informations pour voir où ils ont repéré des correspondances bizarres entre deux textes. Et récemment, la ministre de l'enseignement, de l'éducation, en Allemagne, a été obligée de démissionner parce qu'il s'est avéré que sa thèse était un plagiat. Vous voyez, là ça pose des questions sur la copie qui tombent dans des excès un peu inverses.

Mais le plagiat est une question compliquée. Moi j'aime beaucoup la personne qui est là, qui s'appelle Nina Paley, qui est une artiste américaine qui est très ancrée dans la culture libre et elle, en fait, elle ne se place plus sur le terrain du droit d'auteur pour protéger ses créations. Elle a choisi de les libérer complètement, y compris de l'obligation de la citer comme auteur. Et elle dit: « En fait, si vous réfléchissez bien, ça n'est pas une question juridique. C'est-à-dire que la régulation d'un phénomène comme le plagiat se fait d'une manière sociale par la stigmatisation et l'accusation de ridicule. » Et elle estime même que, d'une certaine manière, le fait d'essayer de régler ça par le droit, n'est pas la bonne solution, et que ça peut même, au contraire, elle, elle dit favoriser le plagiat. C'est vrai que, vous verrez tout à l'heure, que la question peut se poser.

L'autre assimilation qui est souvent faite c'est celle de la copie et du vol. Et ça, ça se fait beaucoup avec le piratage. Je ne sais pas si vous avez déjà vu au début des DVD ces spots qui vous disent : « Le piratage, c'est du vol. » On vous dit : « Est-ce que vous voleriez un sac ? Est-ce que vous voleriez une voiture ? Alors pourquoi est-ce que vous voleriez un film ? » Donc on assimile le piratage à un acte de vol. Vous avez la HADOPI qui avait fait une campagne de publicité qui était entièrement axée sur cette idée d'assimiler le piratage à du vol3.

Moi c'est une question que je trouve très importante, notamment d'un point de vue juridique, parce qu'en fait, juridiquement, c'est profondément faux. C'est-à-dire que la contrefaçon est un délit différent du vol. Juridiquement, ce sont deux choses, deux délits séparés, et le vol ça se définit comme la soustraction frauduleuse de la chose d'autrui : c'est-à-dire quelqu'un possède un élément, vous lui volez, il ne l'a plus, et vous l'avez fait de manière frauduleuse. Ça c'est un vol.

En numérique, la notion de vol n'a pas de sens. C'est-à-dire que quand vous faites une copie, vous n'enlevez pas l'objet à une personne. Au contraire, vous ajoutez un exemplaire supplémentaire de cette même chose. J'aime beaucoup cette phrase de Serge Soudoplatoff qui dit : « Quand on partage un bien matériel, il se divise — c'est l'exemple de la pizza, vous partagez une pizza, elle se divise — mais quand on partage un bien immatériel, il se multiplie ». Et donc ça, si vous voulez, ça change complètement la signification de l'acte de copie et c'est ce qui a pu faire que dans certains pays comme la Suisse, l'Espagne ou le Portugal, l’acte de téléchargement simple, le download, c'est-à-dire le fait, a été assimilé à un acte de copie privée et n'a pas été condamné en tant que tel.

Je voudrais juste vous signaler aussi ça que je trouve assez intéressant. Il y a des domaines qui ne sont pas, qui ne peuvent pas être régulés par le droit d’auteur, parce que les juges ont considéré que ce n’était pas applicable. Alors c'est assez surprenant, la haute couture, par exemple, les créations de haute couture ne sont pas considérées comme « protégeables » par le droit d'auteur. C'est pareil pour la cuisine, les parfums, les tours de magie. En fait il y a des tas de domaines où des gens ont essayé de revendiquer un droit d'auteur sur ces choses-là, mais les juges leurs ont dit : « Non, ça vous êtes en dehors du champ du droit d'auteur ». Il faut savoir, par exemple, qu'un cuisinier, qui fait ses recettes de cuisine, même un grand cuisinier, il n'a aucun moyen de protéger sa recette. Donc il ne peut pas empêcher un autre cuisinier de refaire exactement la même recette que lui et de le copier. De la même manière que quelqu’un qui fait de la haute couture ne peut pas empêcher un autre couturier de refaire la même robe. Ce qu'il peut empêcher, c'est de mettre sa marque et de copier sa marque, mais de refaire la même robe ce n'est pas possible.

Et alors qu'est-ce qui se passe dans ces champs-là qui ne sont pas soumis au droit d'auteur ? On constate que ce qui prend le relais ce sont des codes d'honneur. C'est-à-dire que les cuisiniers, les grands cuisiniers ou les grands couturiers, ont des règles professionnelles et des codes d'honneur qui font qu'on peut copier les autres, on peut s'inspirer, à condition d'améliorer. C'est-à-dire que la copie servile est stigmatisée dans le milieu. C’est-à-dire que quelqu’un qui va refaire votre plat à l'identique, chez les cuisiniers c'est mal vu, c'est quelque chose d'un peu vulgaire. Mais si vous vous inspirez de quelqu'un et que vous essayez d'y apporter votre propre contribution, là ça devient quelque chose qui est au contraire valorisé. Le monde de la mode, en fait, fonctionne beaucoup comme ça, par reprises d'éléments, collages.

Le rapport entre la copie et la création aussi est assez important aujourd'hui, vous savez, c'est tout ce qu’on appelle les remix ou les mashup, c’est-à-dire le fait de prendre des œuvres, de les combiner autrement, de les réinterpréter, de les réadapter. Ça, juridiquement c'est très sensible, c'est-à-dire on voit ça beaucoup, par exemple beaucoup sur Youtube. Le fait de faire un remix d'une œuvre, par exemple de mettre les images d'un clip avec les paroles d'une autre chanson, du point de vue du droit d'auteur ça peut coincer. C'est beaucoup plus facile à faire aux États-Unis qu'en France parce que notre droit est beaucoup plus restrictif là-dessus. Je vous donne juste un exemple : normalement, en France, on a un droit à la parodie qui nous permettrait, peut-être, de faire ce genre de choses. C'est une exception au droit d'auteur, mais elle est compliquée en application. Je vous donne juste deux exemples. Ça c'est une parodie de Tintin qui est faite par un dessinateur qui s'appelle Bob Garcia, qui fait les aventures de Saint-Tin et de son ami Lou, et donc ce sont des parodies assez comiques des aventures de Tintin. Mais vous voyez, en termes de dessin, c'est très fidèle à l’œuvre originale. Et il a vécu des moments très difficiles avec les ayants droit de la société Moulinsart, qui détient les droits de Hergé, et ça a dû aller jusqu'à la Cour de cassation, et finalement la Cour de cassation a jugé que c’était bien une parodie et qu'il avait le droit de faire ceci, même de le commercialiser, parce que la parodie ça permet aussi de faire un usage commercial.

À côté, vous avez une autre création qui s’appelle Cats. C'est un dessinateur, là, cette fois-ci, qui a refait Maus de Art Spiegelman, mais lui, il n’était pas d'accord avec le fait que dans Maus les nazis soient des chats et toutes les victimes soient des souris parce qu'il trouvait que ça naturalisait une forme, comme de dire que ça naturalisait l’oppression. Lui a voulu refaire Maus, mais tous les personnages sont des chats. Et là, en fait, il a été attaqué par l’éditeur et ça, ça n'a pas été reconnu comme légal et il a été obligé d'envoyer toute sa production à la benne. Il y en a une vidéo en ligne, la vidéo du constat d'huissier où on voit toute la production qui part à la benne et qui est déchiquetée.

La copie, pour créer, est une chose qui pose un vrai souci, alors que ça devient aussi, quand même, un vrai phénomène de société. Vous avez peut-être entendu parler l'année dernière du Gangnam Style, cette vidéo qui a été la vidéo la plus vue sur Internet, et qui a fait l'objet de centaines de remix et de mashup, voilà. Et pareil, là, récemment, on a eu la folie du Harlem shake, des gens se sont mis à tous parodier cette espèce de danse. Ça devient une vraie stratégie marketing d'inciter les gens à faire des mashup pour attirer l'attention sur des contenus et ensuite, après, les vendre. Juridiquement, je n'ai pas le temps de détailler, mais c'est très complexe. Tout ça repose essentiellement sur un robot sur Youtube qui s'appelle Content ID, et qui est capable de laisser passer certaines infractions en redistribuant des recettes publicitaires. Et donc, toutes ces re-créations ne sont possibles que parce qu'elles sont surveillées par un robot qui va décider si, oui ou non, il laisse passer ou pas.

On est aussi dans une espèce de contradiction du système parce qu'on est de plus en plus incités à copier et à partager en ligne, notamment sur Facebook, par exemple. Vous savez, vous avez des boutons, sur tous les contenus, qui disent : « Partagez-moi sur Facebook ! Partagez-moi sur Facebook», mais il faut voir qu'une plate-forme comme Facebook, qui est aussi une grande machine à copier, finalement, ce qu'elle fait, pour moi, ce n'est pas du partage, parce que tout ce qu'on envoie sur Facebook, Facebook se l'approprie par le biais d'une licence qu'elle vous fait signer, implicitement, quand vous allez sur la plate-forme. Donc toute photo que vous mettez sur Facebook, tout contenu, vous concédez à Facebook un droit d’utilisation très large, y compris à des fins commerciales, et donc du coup c’est une espèce de détournement de l'acte de partage et de copie qui est assez inquiétant.

21 September 2016

ggravier.png Gilles GRAVIER

A new entry on W3C blockchain workshop on my Wipro blog

Le 21 September 2016 à 14:13:06

I posted a new entry on my Wipro corporate blog. Here is the text from it:

An opportunity to attend a 2-day blockchain workshop, organized by Worldwide Web Consortium (W3C) at the MIT Media Lab in Cambridge, MA, in late June, provided a great insight on the need for a dedicated blockchain working group and the kind of standards such a group should address. The outcome of this workshop as shared here, could shape a remarkable era in which blockchain technology will re-order how we manage trust without a central authentication authority for transactions in areas as diverse as banking, trading, education, music, real estate, healthcare, government services and even ride sharing.
So how massive is the impact of blockchain likely to be? Late last year, when reporting the first securities transaction processed on the NASDAQ blockchain platform, the Wall Street Journal (WSJ) noted that the technology could cut US$20 billion in annual costs in the global banking system alone. Blockchain can not only trigger savings by eliminating intermediaries but also slash time in completing transactions. Indeed, the fact that most of the blockchain code out there is open source, removes the cost entry barrier. Trust is designed in the architecture of blockchain and hence it becomes easy for any entity to operate in the trusted environment that blockchain brings with it. These are very exciting possibilities. And the amazing energy in the W3C workshop reflected the promise held by blockchain.
Among the most important exercises at the workshop were the discussions on subjects such as identity, legal, cloud, etc. It was indeed a privilege to witness each table presenting its findings and proposing directions for possible working group activities. To fuel the excitement, votes were taken to rate themes and prioritize them. The first immediate result of the workshop was the creation of the Blockchain Digital Assets Community Group - time to join and participate. For CIOs eyeing the technology, the outcome of the workshop will spell relief. Many are currently being deterred because of a lack of interoperable standards (among other things).
It was therefore good to see people at the workshop from the attendees to pure blockchain industry (people developing blockchain products or running blockchain networks) and also users (and some quite significant players in the financial markets). There was an exchange of views and knowledge and everyone got down to the task of figuring out what should be done next. But, as you may expect, in addition to the pure "standards" work that took place, there was a whole lot of networking going on.
What intrigued me, and came up a lot at the workshop, was the issue of web developers accessing blockchain to build apps via standard APIs. Many discussions revolved around the identity of users and the provenance (the record of ownership) of assets, two issues that greatly affect the financial services industry. People tend to think blockchain is the solution to everything. Well, it's not. It's a fantastic technology with great potential. Given its nature of being a distributed, shared, transaction database with immutability built in, it is well suited to certain types of use cases. Exploring them with the crowd there was just great!
We came out of this workshop with a much clearer idea of where W3C should progress in terms of standardization areas for blockchain. But more importantly, the intensive discussions shed light on where the technology can be put to good and effective use.
My colleague Presanna. V. Sundararajan (Practice Head - Blockchain and API platform, Wipro Ltd) put it really well when he said, "The standards are going to be the backbone of blockchain adoption. They will bring industry together. It will impact the whole business community and in the future blockchain might just be the standard for everything that we do, just like the Internet is now."
Now it is time to sit down and take all those ideas and put them into practice!

jzimmermann.png Jérémie ZIMMERMANN

ePrivacy Directive: The EU Commission Must Protect the Confidentiality of Communications

Le 21 September 2016 à 13:31:58

Paris, 21 September 2016 — The European Commission should submit this autumn a draft revision of the 2002 directive on privacy in the electronic communications sector, also called "ePrivacy directive". This future draft follows a public consultation launched by the European Commission in April 2016 that La Quadrature answered. While for months the telecoms industry, GAFA and member States have been intensely lobbying against this fundamental text, the European Commission must resist these pressures and seriously take into account the proposals from civil society associations in order to produce legislation respectful of fundamental rights, including the right to encryption.

Dear Commissioner Oettinger,
Dear Vice-President Ansip,
Dear Members of the Directorate General CONNECT,

The publication by the Commission of the first results of the consultation on the revision of the ePrivacy directive confirmed a well-known gap between civil society and industry. On diverse topics such as broadening the scope of the directive to new communication services (the so-called over-the-top service providers or OTT), on cookies, on the appropriate type of consent to process personal data, the result is clear: answers from individuals, civil society associations and Data Protection Authorities are radically opposed to the companies' answers.

It is striking how the so-called opposition between online services and telecoms is only a façade where it comes to broadening the scope of the directive so that the OTT services are covered by the legislation. The coalitions of telecom operators and OTT service providers show that traditional telcos understood how pointless it is to oppose the development of these communication apps and, more broadly, giants such as Google, Facebook and Microsoft. For the operators it seems more profitable to capture new markets and themselves offer over-the-top services. Thus, even if they seem opposed (for example in their answers to the consultation), these big players defend side by side a pure and basic abrogation of the directive, and accuse it of killing innovation, competition and the economic promise of the Digital Single Market.

These campaigns are only the tip of the iceberg that represents the lobbying deployed against this crucial text for Europeans' right to privacy. If we look carefully at the meetings of Commissioners Oettinger and Ansip, it appears that the ten organisations they meet most often are all big companies: Google, Deutsche Telekom, Microsoft, Telefonica and specialised lobbies DIGITALEUROPE and BUSINESSEUROPE come at the top of the list.

Moreover, member States are also lobbying very strongly, but in their case against the right for individuals to secure their communications. This has been shown by repeated statements of French political leaders and by the joint declaration of Thomas de Maizière and Bernard Cazeneuve on "cybersecurity" on 23 August 2016. Obviously, the revision of the ePrivacy directive represents for them a wonderful opportunity to question the right to encryption under the guise of combating terrorism.

Facing these various pressures, the European Commission must stay the course in defending an ambitious new legal act. This text must both protect our right to encryption, in writing it explicitly into the article on the confidentiality of communications, and also equally impose security and confidentiality obligations on all companies. All this should be done while restricting the derogations given to member States. This subtlel balance should be preserved so that the ePrivacy directive may continue to be a defense of fundamental rights in the digital world, in line with the CJEU's case law.

Thus La Quadrature du Net calls on the Commission to:

  • remain impartial in elaborating its proposal, by diversifying its sources of expertise;
  • defend the right of Europeans to confidentiality of communications through the recognition of the right to end-to-end encryption, by putting into the text the obligation for member States to protect this right and the distribution of the tools that enable it;
  • make the provisions on cookies consistent with the general Regulation in confirming the illegitimacy of forcing a user to "pay" with his/her data to access a service;
  • remember that 90% of the individuals, civil society associations and data protection authorities who answered the consultation favour a regime for direct marketing calls based on prior consent (opt-in). These answers reflect the general trend regarding how users want to take back control over their data. The public interest is the only direction for the Commission to take.

We look forward to working together.

La Quadrature du Net

20 September 2016

tnitot.png Tristan NITOT

En vrac et Libre a toi

Le 20 September 2016 à 15:55:00

Lac Léman au crépuscule

Si vous lisez le Standblog, je vous encourage vivement à soutenir le projet de Radio associative Libre @ Toi, qui vise à obtenir une fréquence sur la bande FM pour faire une radio des Communs (logiciels libres / numérique / culture libre / science / environnement / associatif / éducation / économie sociale et solidaire). Je connais bien l’équipe, ils font du super boulot sur leur Webradio et leurs podcasts, il ne leur manque plus que la fréquence pour toucher un plus large public. Pour ça, prends 5mn, cher lecteur, pour dire pourquoi tu soutiens leur démarche dans le formulaire. Merci pour eux !

bsibaud.png Benoît SIBAUD

LinuxFr.org : première quinzaine de septembre 2016

Le 20 September 2016 à 07:44:52

Cinquante-sixième épisode dans la communication entre les différents intervenants autour du site LinuxFr.org : l'idée est tenir tout le monde au courant de ce qui est fait par les rédacteurs, les admins, les modérateurs, les codeurs, les membres de l'association, etc.

L'actu résumée ([*] signifie une modification du sujet du courriel) :

Statistiques

  • 2198 commentaires publiés (dont 4 masqués depuis)
  • 284 tags posés
  • 95 comptes ouverts (dont 4 fermés depuis)
  • 63 entrées de forums publiées (dont 3 masquées depuis)
  • 17 dépêches publiées
  • 39 journaux publiés (dont 1 masqué depuis)
  • 4 entrées dans le système de suivi
  • 1 sondage publié
  • 0 page wiki publiée

Listes de diffusion (hors spam)

Liste linuxfr-membres@ [restreint]

  • RAS

Liste meta@ [restreint]

  • [Meta] Qui veut un livre (v3) ?

Liste moderateurs@ [restreint]

  • [Modérateurs] Sondage
  • [Modérateurs] éditeur Markdown en ligne
  • [Modérateurs] Commentaire diffamatoire
  • [Modérateurs] Modif sur dépêche en modération
  • [Modérateurs] erreur 500 sur linuxfr.org, quelque soit la page

Liste prizes@ [restreint]

  • [Prizes] LinuxFr prizes recap du samedi 3 septembre 2016, 17:48:19 (UTC+0200)

Liste redacteurs@ [public]

  • RAS

Liste team@ [restreint]

  • [team linuxfr] Spam sur nos listes
  • [team linuxfr] [EVI] Ordinateurs assemblés en France, compatible Linux et livrés sans OS

Liste webmaster@ [restreint]

  • RAS

Canal IRC adminsys (résumé)

Tribune de rédaction (résumé)

  • Signalement de spam

Tribune de modération (résumé)

  • Du spam sur les listes de diffusion et sur le site, la plage IP maudite des 45.xx.xx.xx
  • Des commentaires problématiques à gérer
  • Une dépêche notée négativement
  • Pas mal de journaux de qualité et peu de dépêches ? Tandis que plein de dépêches attendent en rédaction

Commits/pushs de code https://github.com/linuxfrorg/

  • Add ayo logo

Divers

  • Arrêter la diffusion "manuelle" par courriel pour ne garder que la partie web publique (ou alors rss2email peut-être)

Lire les commentaires

april.png Nouvelles April

Europe : une surcouche de règles rétrogrades en guise de réforme du droit d'auteur

Le 20 September 2016 à 07:35:31

Après des mois de consultations et d'annonces diverses sur la mise en place d'un « marché unique numérique » et d'une modernisation du cadre juridique du droit d'auteur en Europe, la Commission ne propose que des rustines pour rapiécer un cadre juridique vieux de 15 ans. Là où était attendue une véritable réforme du cadre actuel basé sur la directive 2001/29/CE, qui date de 2001, ce texte ne serait modifié qu'à la marge par la nouvelle directive Copyright in the Digital Single Market (en anglais uniquement pour le moment). Par ailleurs, plusieurs propositions de la Commission contiennent des menaces inquiétantes.

La directive de 2001 reste donc globalement inchangée ; le projet de directive, « à l'exception de l'article 6, laisse intactes et n'affecte en aucun cas les règles issues » de la directive 2001/29/EC (article 1). Le régime des droits voisins mis en place au début du siècle sera même étendu aux éditeurs de presse : « Les articles 11 et 12 étendent les droits prévus aux articles 2 et 3(2) de la directive 2001/29/EC aux éditeurs de publications de presse pour l'usage numérique de leurs publications ». Il s'agit là d'un des principaux points de crispation exprimés par les défenseurs des libertés informatiques et d'un internet ouvert et libre, avec la généralisation des « robocopyright » (article 13). Voir également l'analyse de Next INpact.

La sacralisation des mesures techniques de restriction des usages - ou DRM - reste plus que jamais d'actualité comme le confirme le septième considérant de principe du projet de directive : « La protection des mesures techniques établie dans la directive 2001/29/EC reste essentielle pour garantir la protection effective de l'exercice des droits accordés aux auteurs et autres ayants droit en droit de l'Union ». Les éditeurs de presse bénéficieront d'ailleurs de cette protection absurde (article 11) avec des conséquences encore difficiles à mesurer pour les logiciels libres. On peut par exemple s'interroger sur le sort des logiciels d'aggrégation de flux RSS.

La Commission ne semble pas non plus estimer que la reconnaissance d'un droit à interopérabilité, ou ne serait-ce que d'un simple droit au portage des données, soit utile à un « marché unique numérique ». Une des consultations, dont nous attendons toujours le résultat, portait d'ailleurs sur le « cadre de l'interopérabilité », mais elle ne semble pas avoir inspiré l'institution européenne. Et si, au sixième considérant de principe, le projet prend soin d'exprimer l'importance de « parvenir à un juste équlibre entre les droits et intérêts, des auteurs et autres ayants droit d'une part, et les droits des utilisateurs d'autre part », il ne semble considérer cet équilibre que via le prisme de quelques exceptions très encadrées (titre 2 du projet).

Enfin, de façon assez emblématique de l'évolution de ces dernières années sur tout ce qui concerne la réglementation des usages en ligne, le projet de directive marque la responsabilité croissante des intermédiaires techniques et une volonté nette de remettre en cause la distinction entre les notions d'éditeurs et d'hébergeurs. On notera ainsi que le Vice-président de la Commission, Andrus Ansip, lors de la conférence de presse du 14 septembre 2016 où a été annoncé ce projet de directive, a expliqué (vers 19min 30s) qu'il a été décidé « d'utiliser le principe de diligence (duty of care) pour clarifier quand les plateformes agissent comme intermédiaire neutre et quand elles vendent des produits à valeurs ajoutée ». Avec des notions aussi floues, gageons que la sécurité juridique des hébergeurs sera mise à rude épreuve. Lire également l'analyse de La Quadrature du Net.

Le calendrier n'est pas encore connu mais Gunther Oettinger, commissaire à l'économie et à la société numérique, a affiché sa volonté d'avancer rapidement sur ce dossier lors de la conférence de presse. Prochaine étape, le Parlement européen où les débats promettent d'être mouvementés tant le texte actuel semble être l'antithèse du rapport de l'eurodéputée Julia Reda remis en janvier 2015 sur demande de la Commission.

Les citations sont des traductions faites par l'April à partir de sources en anglais.

19 September 2016

rhertzog.png Raphaël HERTZOG

Mes activités libres en août 2016

Le 19 September 2016 à 19:07:18

Mon rapport mensuel couvre une grande partie de mes contributions au logiciel libre. Je l’écris pour mes donateurs (merci à eux !) mais aussi pour la communauté Debian au sens large parce que cela peut donner des idées aux nouveaux venus et que c’est également un des moyens les plus effectifs de trouver des volontaires pour travailler sur les projets qui me tiennent à cœur.

Ayant pris deux semaines de vacances en août, l’activité de ce mois fut moins importante qu’à l’accoutumée.

Travaux relatifs à Kali

La nouvelle équipe pkg-security fonctionne à plein régime, et j’ai passé en revue/parrainé de nombreux paquets ce mois-ci : polenum, accheck, braa, t50, ncrack, websploit.

J’ai créé le rapport de bogue n°834515 concernant sbuild, car sbuild-createchroot n’était plus utilisable dans kali-rolling du fait du tiret dans son nom. Le comportement antérieur a été restauré, et cette fonctionnalité proposée explicitement au travers d’une option.

J’ai attiré l’attention des ftpmasters sur le bogue n°832163, au sujet de la présence de paquets non désirés dans la section standard (ils ont été découverts dans l’ISO live de Kali, alors que nous ne les voulions pas).

J’ai envoyé (en tant que non-mainteneur) deux versions de fontconfig, de sorte à ce que nous puissions enfin pousser dans Debian une correction à peu près propre pour les diverses légendes affichées comme des carrés, après une mise à jour des polices (cf. le n°828037 et le n°835142).

J’ai testé (par deux fois) un patch live-build d’Adrian Gibanel Lopez implémentant le boot EFI avec grub, que j’ai intégré dans le dépôt Git officiel (cf. le n°731709).

J’ai ouvert un rapport de bogue (n°835983) concernant python-pypdf2, qui présente une dépendance invalide interdisant son installation parallèlement à python-pypdf.

J’ai déclaré orphelin le paquet splint, son mainteneur étant aux abonnés absents – missing in action (MIA). Déclaration immédiatement suivie d’un upload corrigeant un bogue critique pour la publication, bogue pour lequel il avait été exclu de testing (ce paquet est une dépendance de compilation d’un paquet Kali).

django-jsonfield

J’ai écrit un patch rendant python-django-jsonfield compatible avec Django 1.10 (cf. le n°828668). Patch que j’ai poussé par la suite dans le dépôt amont.

Distro Tracker

J’ai réalisé quelques modifications afin de rendre la base de code compatible avec Django 1.10 (et ajouté Django 1.10 à la matrice de test tox). J’ai également ajouté un lien « Tableau de bord du mainteneur Debian » à côté des noms des personnes, à la demande de Lucas Nussbaum (cf. le n°830548).

J’ai réalisé une analyse préliminaire du patch de Paul Wise visant à ajouter des indications multiarch (cf. le n°833623), et j’ai amélioré le support par le mailbot des en-têtes MIME faisant référence à des jeux de caractères inconnus (comme par exemple « cp-850 », Python ne reconnaissant que « cp850 »).

Enfin, j’ai aidé Peter Palfrader à mettre en place une adresse .onion pour tracker.debian.org, cf. onion.debian.org pour la liste complète des services accessibles à travers Tor.

Travaux divers

J’ai mis à jour ma formule salt pour letsencrypt.sh, afin qu’elle soit fonctionnelle avec la toute dernière version de letsencrypt.sh (0.2.0).

J’ai fusionné les traductions mises à jour pour le Cahier de l’Administrateur Debian sur weblate.org, et poussé une nouvelle version vers Debian.

Merci

Rendez-vous au mois prochain pour un nouveau résumé de mes activités !

Ceci est une traduction de mon article My Free Software Activities in August 2016 contribuée par Weierstrass01.

Aucun commentaire pour le moment | Vous avez aimé ? Cliquez ici. | Ce blog utilise Flattr.


Powered by Planet!
Mise à jour: Le 28 September 2016 à 15:03:09