Promouvoir et défendre le logiciel libre

24 May 2016

jzimmermann.png Jérémie ZIMMERMANN

Freedom of choice of terminal, key issue for Net Neutrality

Le 24 May 2016 à 14:17:42

Paris, 24 May 2016 — La Quadrature du Net publishes an article from Benjamin Bayart, member of the Strategic Directions Council of La Quadrature du Net. This article was written on behalf of the Federation FDN and was initially plublished in French here.

One of the constitutive elements of an open access to Internet as defined in the recently-adopted European regulation on telecoms, is the fact that the end-user can use the terminal of their choice. This element is easy to understand when we talk about mobile access: we should have the right to use the phone or the smartphone of our choice rather than the one the network operator wants us to use. But it gets complicated when we talk about fixed internet access : is the modem a terminal and should it be uncoupled from access itself?

The not-so-easy case of the mobile phone

All smartphones are designed in a similar way. Two computers live together in the phone and run two different operating systems. One of them is what we call baseband, managing the connection with the network and most of the radio/GSM part. The other is the one we use through a touchscreen.

The text of the European regulation does not go into such details and because the phones cannot be taken apart, then we can choose (without meaning to do so) the connexion module to the network because we can de facto choose our terminal.

The projects currently running on these subjects carry, in my opinion, a strategic issue too often neglected by the regulators and legislators: the trust that the user puts - sometimes too lightly - in a technical intermediary of which he might not even be aware.

We have seen for instance that mobile phone is a good tool for mass surveillance (see Snowden's revelations), that it is a perfect tool to target someone and that the radio part is able to take over the central system and modify it. This is what happens with some anti-theft services, for example: the rightful owner of the phone goes on the manufacturer's website, requests their terminal destroyed, and on the next time it connects to the network, a technical message is sent to the radio part, which takes over the main system and deletes all its data.

This is an actual service provided to the user. But it also means that all the user's data are available to the phone constructor and the network operator. With – or without – the agreement of the final user. And at that point, freedom of terminal choice takes its full implications: do we wish to give away so much power to technical intermediaries, and if yes, to which ones?

Land line modularity

In the case of Internet access through a land line, modularity is much more visible. So visible if fact that these devices may become sore eyes in a living room. The end user usually has two or three interconnected elements. One is the converter between the optical fibre socket and more typical network entry, usually RJ45. This equipment is intrinsically attached to the network. It is adapted to the colour that flows through the fibre, and to the modulation type (GPON, ethernet, etc)1. This element is often embedded in the ADSL box, as usually provided in France.

The second element is the so-called "box", because that makes fancy marketing. In practice, it is a router embedding the modem, in the case of ADSL. This is the equipment that is connected to Internet, that is identified with an IP address, that provides WiFi local network, that operates the shared connection between the local network and the Internet, etc. This equipment, when the modem element is removed, is strictly standard. Nothing in it is really specific to the network. It is a small router, a really simple element. So simple, that with a very little effort, we can replace it with our own chosen element. Just don't tell it to the operator, that makes him nervous2.

The third element is the TV decoder. It also embeds other functions, such as accessing a video platform with pay-per-view (the so-called VOD: video on demand). This TV decoder is what the video distribution platform identifies, either directly with an identification, or with a subscribing card, in order to decode the video streams of paying channels, and to know whom to bill for the film viewing. This equipment is bound to the video offer. It is not bound to the network. The technical elements that it operates are not bound to the network in itself, but to the services platform.

Finally, note that phone service is provided either via the box, in the ADSL case, either by a completely distinct equipment, in the case of some cable subscriptions. Technically, the service could be completely independent from Internet subscription, and provided as a stand-alone service, as is the case with VoIP subscriptions with OVH, for instance.

Kill the TV decoder right now

Indeed, the case of the TV decoder is fairly easy. On one hand it is not connected to the Internet: unplug it, and Internet access will work just as well, if not better (since TV streams are no longer carried over, available bandwidth is increased; on ADSL the effect is noticeable, it is negligible with fibre). As it is not part of the access chain to the Internet, it cannot be considered to be an integral part of the network. It is, thus, only a component of the video service. This TV decoder is, therefore, not a terminal used for network access, but rather a terminal used for a service dependant of the network.

Slightly off-topic, but the video service has no reason to be linked to the Internet access provider. That is a plain case of product tying and of leverage used to impose choices to a captive market.

Let's have a look at the modem

In the case of the PSTN (Public switched telephone network from last century) as in the case of ADSL the end-user was free to choose his/her modem. Whether to take the one of the operator, or to buy one by another seller. This is for instance what happens for bitstream ADSL access 3 The end-user, or the operator, chooses the modem, it is not constrained by the network.

The technical specifications of the networks are known. They are usually not specific to one particular operator, but rather to a given technology. The legal question is whether the modem is an element of the network or a terminal can probably be answered by considering the modem to be the last element of the network. But it so happens that it is technically very simple, and thus could be freely chosen by the user, even though this free choice is not mandatory under the European regulation.

The question of the regulatory definition of the modem, when incorporated into another equipment, is uninteresting. One might either decide that the status of the overall equipment has precedence, and then the modem is integrated into a terminal that must be a free choice of the end user. Or one decides that the status of the modem, as last element of the network, has precedence, in which case it must be a free choice of the user since it is a standard and simple replaceable part, as seen above. If free choice of the user is mandatory, then the end user must be proposed a version of the subscription with the two equipments separated, without undue additional cost (and thus with a noticeable discount if not using one of the devices, or none of them).

We should therefore come to a market situation where it is acceptable that the user does not have the free choice of his/her modem under the European regulation on telecoms but where this free choice would come from the competition law and consumer protection and where the subscriptions without modem would be cheaper than the subscriptions with modem. All other combinations correspond to a market failure and should be corrected by the regulation, either on the side of the ARCEP (French national regulatory authority) or on the side of the DGCCRF (french administration for competition, consumption and fraud control).

According to this interpretation the modem is not a terminal under the European regulation but the last devise of the network. It must respect technical choices of the network (for instance an ADSL modem will not work with fibre). It remains to be seen whether the box is a terminal within the meaning of the regulation.

Is the box a terminal?

For the regulator this is probably the most complicated question. However after explaining the two previous points the answer become quite simple.

The modem part is the network termination point. It is a part of the network and therefore cannot be considered as a terminal within the meaning of the European regulation.

The parts dedicated to services (whether the phone module over IP or tv-box descrambler) are not linked to the network access. They should be therefore considered as terminals linked to the services that the end-user subscribed. Whether or not these services are coupled with an internet access is a very different matter which fall under the scope of the sale and thus of the competition law. Or it can fall under the scope of the regulation if the network does an excessive prioritisation of its services. But here the question of the terminal is not relevant.

After this division is done the box is a simple router. This router sets up the connexion, gets the public IP address, manage the network sharing, in brief: carries out the Internet access and connects the services that have a special priority. This device is the terminal that establishes the grid connection. This is this device that enables for instance to forward the Web connection that is in charge of connecting to the Internet a website published by the end-user (provision of services of his/her own choice within the meaning of the regulation). Typically this is this device that can take care of parental control in order to make this control effective on systems connected via WiFi to the family network.

When the European regulation mentions the free choice of the end-user for the terminal, it has to talk about the box, simple home router, because all other elements are in fact services that the regulation mentions separately.

Consequences

When we consider this issue with a strict technical point of view of what is a terminal or not in the network access offer and the division between network and services then we get a clear understanding of what the European regulation says.

The operator is free to impose a precise modem. The end-user should have the right to choose the box, the home router. Therefore it should exist an offer without the box and this offer could contain the modem, separated from the box.

For the modem it will be the normal competition law which will occur. If it's a standard modem that respects a well known rule and that it already exists an open market for this kind of modem: then it may be also let to the free choice of the end-user.

The terminals such as computers and tablets are generic and used to access all services available on the Internet. The specific terminals (tv-box-decodeur, phone module, etc.) are linked to the service. However this is in the context of this service coupled or not with the network access that the analysis of a potential saletying practice between service and terminal should be done.

  • 1. Here I stick to fibre example. But the reasoning is the same with POTS, ADSL, WiFi, Wimax or cable: there is one sort of equipment intrinsically associated with the transmission technology used on the subscriber's connecting link. We can call this equipment converter, modem, etc. The reasoning remains the same.
  • 2. Technical support, in particular, become quite jittery when they are told that we don't use the PhonyBox. Consequently, don't tell them. And everything goes smoothly.
  • 3. Bitstream is the term for offers for small operators who do not install equipment close to the subscriber and provide traffic for each link directly on the router. Among the public, these ADSL accesses are called local-loop unbundling.

april.png Nouvelles April

L'April présente à l'Ubuntu Party de Paris de mai 2016

Le 24 May 2016 à 12:45:47

28 Mai 2016 - 11:00
29 Mai 2016 - 18:00

L'April sera présente à l'Ubuntu party de Paris les 28 et 29 mai 2016. Un stand sera tenu par plusieurs bénévoles au sein du village associatif. Nous vous invitons à venir nous rencontrer et à participer à l'animation du stand, pour faire de cet événement un moment fort de nos actions de sensibilisation.

Plusieurs conférences et ateliers vous sont proposées :

  • Le logiciel libre : base incontournable d'une informatique loyale, par Étienne Gonnu, samedi 28 mai 2016 à 15h30
  • Réalisation d'une interview en vidéo, par Lionel Allorge et Luc Fievet
  • Sympathy for the free software, par Véronique Bonnet, dimanche 29 mai à 15h
  • L'April, les jedis du logiciel libre, par Magali Garnero

L'Ubuntu Party aura lieu à la Cité des Sciences et de l'Industrie :

Cité des science et de l’industrie
30 Avenue Corentin Cariou
75019 Paris
Niveau -1

Métro : Ligne 7, station Porte de la Villette

Bus : 139, 150, 152, T3b

Frederic BEZIES

Dans le monde du logiciel libre, l’utilisateur final devient-il un béta-testeur ?

Le 24 May 2016 à 09:19:54

Derrière cette question, c’est un constat que je tire de la baisse de qualité des distributions GNU/Linux proposées depuis quelques mois, voire un an ou deux.

Il y a toujours des distributions mal finies, comme jadis la Micro-R OS. Mais j’ai comme l’impression que cela a tendance à se généraliser.

En tant que testeur de distributions, je tombe de plus en plus facilement et malheureusement sur des images ISO proposées à la « va comme je te pousse », sans un minimum de vérification au préalable.

Pour mémoire, au 24 mai 2016, si on prend Distrowatch, il y a eu plus de 810 distributions indexées en 13 ans, et 278 encore vivantes. Sans oublier 179 sur liste d’attente… Besoin de rajouter une ISO à cette trop longue liste, en faisant « mumuse » avec des outils à la RemasterSYS ?

Le dernier exemple en date, c’est celui de la Nelum-Dev1 dont j’ai appris l’existence en fouillant sur la liste d’attente de Distrowatch.

Au début, je ne voulais pas faire d’article sur cette distribution dérivée de la Devuan qui est encore en béta au moment où je rédige ce billet, mais une remarque sur laquelle je reviendrai en fin de billet m’a poussé à le faire.

J’avais téléchargé l’ISO, datée du 20 mai 2016, et comme d’habitude en utilisant un environnement reproductible à volonté, à savoir une machine virtuelle VirtualBox, j’ai constaté que l’installateur se plantait comme un MS-Windows Millenium sous amphétamine.

Cf la vidéo ci-après.

<iframe allowfullscreen="allowfullscreen" frameborder="0" height="360" src="https://www.youtube.com/embed/X9mCnTCn_5M?rel=0" width="640"></iframe>

Un commentateur qui tomba ensuite dans l’invective, me fit la remarque que je n’avais pas testé avec Qemu. Ce que je fis. Bis repetita… Il s’avera que l’installateur n’avait pas été vérifié avant de proposer l’ISO en ligne. Ennuyeux, non ?

<iframe allowfullscreen="allowfullscreen" frameborder="0" height="360" src="https://www.youtube.com/embed/6cxXUGLxz4Y?rel=0" width="640"></iframe>

Ce n’était pas la première fois que je tombais sur des ISO parfaitement fonctionnelles en mode live mais qui se révélait inutilisable une fois installée. Le cas le plus récent, ce fût celui de la Manjaro Linux E20… Et donc le correctif tenait en la modification d’une seule ligne, comme l’a montré baba orhum dans une vidéo assez rapide, ci après.

<iframe allowfullscreen="allowfullscreen" frameborder="0" height="360" src="https://www.youtube.com/embed/Qg1LB11MUZM?rel=0" width="640"></iframe>

Mais il semble mal vu de dénoncer dans le monde du libre ce genre de distributions insuffisamment testées.

C’est vrai qu’on accepterait d’acheter un véhicule motorisé avec des freins qui fonctionnerait les trois quarts du temps… Ou encore avec un réservoir qui pourrait fuir une fois sur trois…

Si on ose ouvrir son clapet, on a droit aux habituelles insultes, dont j’ai capturé partiellement celle du commentateur tombé dans l’invective.

meta-system

Je suis donc selon cette personne :

  1. un inspecteur des travaux finis
  2. un abruti égocentrique
  3. un connard manipulateur

Il est vrai que j’ai toujours pris les personnes qui viennent lire ma prose pour des idiots. Que je n’ai jamais précisé qu’un produit était en béta…

Si on me dit sur un site officiel : « C’est une ISO en version finale alors qu’elle se révèle être une version béta », n’ai-je pas le droit de le dire ? Dois-je me taire et sortir un « Tout va très bien, Madame la Marquise » ? Ou est-ce de la tromperie sur la marchandise ?

Je pensais que l’on devait établir une relation de confiance entre les développeurs et les utilisateurs. Je pensais aussi qu’on devait dire clairement si un produit proposé était un prototype ou une version finale.

Sur la remarque de l’inspecteur des travaux finis, je demanderai juste aux personnes qui me suivent s’il faut être maçon pour constater qu’un mur n’est pas complètement vertical ? S’il faut être chauffagiste pour constater qu’un radiateur est en panne ?

S’il faut avoir écrit un livre pour critiquer un roman ? Composer un album de musique pour parler du contenu d’une oeuvre qu’on écoute ?

J’attend avec impatience vos remarques éclairées. Sur ce, je vous laisse, j’ai du pop-corn à acheter 🙂

23 May 2016

april.png Nouvelles April

L'impossible combat contre la vente forcée, de Laurent Costy

Le 23 May 2016 à 16:28:53


Laurent Costy

Titre : L'impossible combat contre la vente forcée
Intervenants : Laurent Costy - Camille Gévaudan
Lieu : Émission 56Kast - #75
Date : Mai 2016
Durée : 24 min
Licence : Verbatim
Pour visionner la vidéo

Présentation

Notre invité Laurent Costy raconte les cinq ans de procès qui l’ont opposé à Hewlett-Packard. Il cherchait simplement à se faire rembourser le système d’exploitation livré d’office sur son ordinateur…

Transcription

Camille Gévaudan : Bienvenue dans le 75Kast. Aujourd'hui, on va parler de Paris, de son aménagement, de ses espaces verts. Non, je plaisante. Le 75Kast, pour les nouveaux, c'est seulement le 56Kast numéro 75. C'est ma blague préférée. Plus je la fais, plus elle est nulle, et donc plus elle est bonne. Laurent Costy, bonjour, tu es mon invité d'aujourd'hui, et tu vas nous raconter comment tu t'es battu pendant cinq ans contre Hewlett-Packard pour te faire rembourser Windows. C'est ça ?

Laurent Costy : Exactement, exactement.

Camille : Trop bien. On va commencer par une petite actu, si ça ne te dérange pas, à propos de messages de haine, parce que j'ai envie de nouvelles réjouissantes aujourd’hui, sur les réseaux sociaux. En fait la semaine dernière, trois associations, l'Union des étudiants juifs de France, SOS racisme et SOS homophobie ont publié les résultats d'une campagne qu'ils ont faite, deux tests auprès de Facebook, Twitter et c’était quoi le troisième ? YouTube. En fait, ils ont essayé de mettre des commentaires homophobes, des commentaires racistes, des commentaires négationnistes, des commentaires antisémites, d'apologie du terrorisme ou de crimes contre l'humanité. Enfin bref, que des choses très sympa et ils ont vu comment ça se passait, comment répondaient Facebook, Twitter et YouTube. Est-ce que les commentaires étaient enlevés ou pas, selon qu'on leur signalait ou pas.

Laurent : Avec une grande réactivité, je suppose. Très grande réactivité.

Camille : Ils promettent d'avoir les services qui sont dédiés 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Laurent : Merveilleux !

Camille : Donc après, on va voir comment ça se passe. Leur campagne c’était entre fin mars et mi-mai, donc ça a duré, avril, mai, c'est ça, un mois et demi, et ils ont posté en tout 586 commentaires haineux. Et voilà le résultat : seuls 77 d'entre eux ont été supprimés ! Ce qui est quand même formidable. Il y avait de grosses différences entre les services. Donc le bon élève, a priori, c'est Facebook. Mais on savait que Facebook, de toutes façons, a tendance à supprimer beaucoup, même les photos de nu et puis les tableaux de Courbet un petit peu dénudés. Voilà. Donc eux ils suppriment. Ils ont supprimé 34 % des commentaires. YouTube en a supprimé 7 %, ce qui n'est franchement pas grand-chose. Et Twitter, grand champion, en a supprimés 4 %. Donc quelques exemples de tweets qui n'ont pas été supprimés par Twitter : « Hashtag stop islam. Morts aux Juifs et aux Bougnoules. »

Laurent : D'accord. Effectivement, ça c'est clair.

Camille : Il n'y a aucun petit drapeau rouge qui s'est levé dans leur système de détection. Autre tweet : « Les homos n'ont pas leur place sur cette terre. Les pendre est un luxe. On devrait les brûler vifs de l'ongle du pied à la tête. »

Laurent : Parfait !

Camille : Voilà, voilà. Et ça, ça reste, il n'y a pas de problème. Le problème, c'est que la loi pour la confiance dans l'économie numérique, que l'on dit LCEN, qui a été votée en 2004, impose en fait aux hébergeurs de contenus, parce qu’eux ils disent : « Bah oui, mais ce n'est pas nous, ce sont les internautes qui postent. Il y a beaucoup de contenus, on ne peut pas tout surveiller et ça passe entre les mailles du filet. » Sauf qu'ils sont tenus d'enlever les contenus manifestement illicites dont ils ont connaissance. Et là, on a beau leur signaler des trucs et derrière ça ne suit pas. Donc ils disent qu'ils ont des équipes dédiées 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24. Mais a priori, les trois associations qui ont fait le test trouvent que c'est extrêmement flou. Ils disent : « Le mystère qui plane sur le fonctionnement des équipes de modération des réseaux sociaux empêche toute avancée sérieuse dans la diminution des messages racistes et antisémites. On ne sait pas bien comment ça marche derrière. » Donc en fait, les assos ont plusieurs réclamations à faire. D'abord, elles voudraient qu'il y ait un outil de suivi, clair, des signalements qui ont été faits, je suppose par la personne qui a signalé pour voir si sa demande est prise en compte, traitée, refusée, pour quelle raison. Ça je crois que c'est un peu le cas sur Facebook, qui dit toujours : « Non, on ne voit pas le problème, d'ailleurs ». Moi j'ai signalé des trucs, c'est hallucinant.

Deuxièmement, elles réclament des technologies d'empreintes numériques pour bloquer automatiquement la republication. Ça c'est comme sur YouTube : une fois qu'une vidéo a été signalée une fois comme enfreignant, enfin comme étant une contrefaçon, on repère la vidéo et on ne peut plus la ré-uploader, elle est reconnue automatiquement quoi ! Et du coup elle est enlevée.

Et troisièmement, les associations réclament, et c'est là que ça fait un petit mal, l'obligation de renseigner sa véritable identité sur des réseaux sociaux quand on s'inscrit sur une plate-forme. Donc là, les défenseurs de la vie privée ne sont pas tout à fait d'accord avec cette obligation de donner son vrai nom. D'ailleurs, il y a eu des problèmes sur Google+, ils refusaient absolument les pseudonymes, à un moment ils voulaient qu'on ne mette que nos vrais noms, et je crois qu'il y a eu d'autres problèmes sur d'autres plates-formes. Donc ça, ça peut faire polémique, mais en tout cas, il faut réagir sur le signalement des messages.

Voilà. Sur ce, on va regarder des drones devant le mont Fuji.

[Projection d'une vidéo de drones , NdT]

Voilà. C'était un spectacle avec une vingtaine de drones équipés de 16 500 leds, devant le mont Fuji, avec un concert de Shamisen, donc la guitare traditionnelle japonaise. C'était une création de Tsuyoshi Takashiro, que je trouve très jolie.

Et maintenant on va passer au Quartier libre.

[Jingle de la rubrique Quartier libre, NdT]

Camille : Donc notre invité du jour, je le répète, est Laurent Costy qui milite à l'April1. Tu es administrateur de l'April, mais c'est en tant que citoyen que tu t'es attaqué à Hewlett-Packard.

Laurent Costy : Alors je ne me suis pas attaqué à Hewlett-Packard. J'ai d'abord voulu acheter un ordinateur.

Camille : Tout simplement.

Laurent : Tout simplement, et c'est un peu eux qui ont contre-attaqué, on va dire ça comme ça. Moi je cherchais un ordinateur portable, avec effectivement des spécifications un peu précises, je voulais qu'il soit léger, je voulais telle capacité au niveau du processeur, etc., et surtout évidemment, je ne voulais pas qu'il y ait un système d'exploitation pré-installé. Parce que j'avais l'habitude d'utiliser des systèmes GNU/Linux, des systèmes libres depuis plusieurs années. Donc voilà ! Je cherchais quand même un ordinateur assez précis et, malgré mes recherches, je n'ai pas trouvé d'ordinateur qui me convenait sans ce système d’exploitation. Donc j'ai fait le choix d'acheter l'ordinateur qui me convenait techniquement et de demander le remboursement à Hewlett-Packard du système d'exploitation que je n'utilisais pas. Ce qui semble normal à tout un chacun a priori.

Camille : Bon, déjà, tu les as un peu cherchés, non ?

Laurent : J'ai un peu cherché. Enfin je ne sais pas. Quand vous achetez quelque chose et qu'on vous fourgue quelque chose que ne vous n'utilisez pas, en général votre premier réflexe c'est de demander au moins le remboursement de la chose que vous n’utilisez pas. On va peut-être prendre une analogie assez simple. C'est comme si à partir d'aujourd'hui, quand vous achetez une voiture, on vous oblige à prendre un assureur donné. Vous n'avez pas le choix de l'assureur et en plus le coût de l'assurance est compris dans la voiture et on ne vous donnera pas le prix. On ne vous donnera pas non plus le contenu du contrat d'assurance. Vous n’avez pas à savoir. On s'occupe de tout, ne vous inquiétez pas ! Moi effectivement, j’étais parti sur cette logique-là.

Camille : C'est vrai qu'on ne s'en rend pas compte mais le système d'exploitation et l'ordinateur sont deux choses totalement différentes, qui du coup sont vendues ensemble.

Laurent : On essaye de nous faire passer le système d'exploitation pour le moteur, mais ce n'est pas du tout le moteur. C'est plutôt l'analogie du contrat d'assurance. Il faut vraiment séparer les choses.

Camille : C'est ce qu'on appelle la vente liée ?

Laurent : La vente même forcée, c'est même de la vente forcée. On peut même aller jusque-là ! C'est vrai que j'ai demandé le remboursement à Hewlett-Packard et Hewlett-Packard a refusé. Voilà. Pour un coût, je le précise qui oscillait, estimé entre 50 euros et 120 euros. Il y avait à la fois le système d'exploitation et puis quelques logiciels complémentaires. Ça se monte à cette somme-là.

Camille : Toutes leurs merdouilles d'antivirus.

Laurent : Voilà, c'est ça les choses, dans un premier temps, qu'on vous présente comme gratuites et puis au final, trois mois après, il va falloir quand même payer l'antivirus, etc.

Camille : J'ai été voir sur le site Racketiciels, qui a été fait par….

Laurent : L'AFUL

Camille : Voilà. Ça c'est ce qu'on appelle les Racketiciels, c'est le petit surnom des logiciels qu'on nous force à payer.

Laurent : Exactement.

Camille : Sur l'AFUL, l'Association française des utilisateurs de logiciels libres, je crois que c'est ça ?

Laurent : C'est ça.

Camille : Ils ont un schéma qui dit que 10 à 30 % du prix d'un ordinateur, en fait, ce sont les logiciels qui sont pré-installés dessus.

Laurent : Voilà ! Donc on le paye, sans le savoir, et c'est ça qui est tout à fait scandaleux, moi je trouve, surtout quand on ne souhaite pas l'utiliser. Donc du coup, effectivement, suite au refus de Hewlett-Packard de me rembourser, eh bien j'ai été dans l'obligation de prendre un avocat pour essayer de faire valoir mes droits. Voilà. Et c'est toute une aventure : cinq ans et demi de procès. Le litige 50 à 120 euros, je l'ai dit tout à l'heure. C'est complètement démesuré par rapport à la problématique.

Camille : Pour un logiciel quoi !

Laurent : Pour un logiciel, pour un simple logiciel et quelque chose que je n'utilise pas. Qui, dans le commerce traditionnel, n'aurait posé aucun problème à personne.

Camille : Comment on fait, donc concrètement, quand on a un système d'exploitation et qu'on le refuse ? L'ordinateur s'allume et comment on signale son refus ?

Laurent : Il faut refuser, il faut refuser le contrat exploitation. Toute la procédure, finalement, est sur le site qu'on a évoqué tout à l'heure, http://racketiciels.info/

Camille : Ils ont un guide.

Laurent : Voilà, il y a tout un guide et il faut suivre cette procédure-là. Ceci étant, c'est quelque chose qui a été renvoyé dans le cours du procès en disant : « Oui, mais de toutes façons, vous avez utilisé cette procédure-là, c'est que vous vouliez nous embêter, etc. Ils retournent systématiquement les arguments qui sont proposés sur le site. Donc ça se retourne aussi un peu contre l'utilisateur. C'est un peu dur, un peu fort de café quand même quelque part, pour quelque chose qu'on ne souhaite pas utiliser. Et puis, effectivement, par rapport aux moyens qui sont déployés par Hewlett-Packard pour ne pas, finalement, débourser 50 euros, c'est absolument démesuré quoi !

Camille : Oui. Parce qu'ils auraient réglé l'affaire en un seul courrier, en acceptant de rembourser le logiciel.

Laurent : Tout à fait.

Camille : Mais eux, ils acceptent de se retrouver au procès.

Laurent : Ils sont allés jusqu'au bout. C'est inquiétant parce que ça veut dire que aller jusqu'au bout pour eux, soit c'est de la mesquinerie, mais je ne crois pas qu'une entreprise de cette taille-là, elle a le loisir de faire de la mesquinerie. Soit effectivement ça sous-entend qu'il y a des accords avec Microsoft qui font qu'à aucun moment ils ne doivent lâcher l'affaire. Donc ils mettent tous les moyens.

Camille : Pour ne pas qu'il y ait une brèche et que les autres fassent pareil, éventuellement. C'est ça ?

Laurent : Sans doute. C'est une hypothèse, on n'a pas de preuves évidemment. Mais je n'arrive pas à m'expliquer autrement cet état des choses.

Camille : Comment tu t'es organisé ? Tu as fait ça avec le soutien d'une association ou vraiment tout seul ?

Laurent : Non. À l'époque l'AFUL2 soutenait certains utilisateurs et puis là ce n’était plus le cas. Donc j'ai engagé des fonds personnels dans le procès. J'ai dû payer mon avocat, pour des coûts bien supérieurs évidemment aux 50 et 120 euros qui sont évoqués là. Et puis surtout, prendre mon mal en patience. Parce que finalement pour, encore une fois, un litige de 50 à 120 euros, on a enquiquiné un juge pendant cinq ans et demi, quoi ! On a quand même d'autres problèmes en France, à régler, que ce genre de choses, me semble-t-il ! Et c'est ça qui m'a presque le plus abattu par rapport à tout ça.

Camille : Et alors pourquoi c'était si long ? C'était quoi les étapes d'avant ? Il y a eu des échanges de courriers un peu polis ?

Laurent : Oui. Alors après ce sont toutes les procédures juridiques. Quand on n'est pas du milieu on n'y comprend pas grand-chose. On a évidemment l'avocat qui est spécialiste qui s’occupe de tout ça. On essaie de raccrocher, de comprendre un peu tout ce qui se passe. Il y a sans cesse des renvois parce que le juge estime qu'il n'est pas compétent, qu'il n'a pas toutes les pièces. Il y a toute une logique à suivre dans le procès pour évidemment qu'il ne soit pas renvoyé pour vice de forme. Donc on suit les épisodes de renvois et hop c'est re-décalé de six mois, etc. Après l'autre répond. Enfin voilà, c'est très, très long.

Camille : Les arguments de Hewlett-Packard pour ne pas rembourser, c'est quoi ?

Laurent : Ils ont tout essayé. Déjà c'est une bonne leçon pour ceux qui pensent qu'on n'a rien à cacher sur Internet. Il faut savoir qu'ils ont balayé Internet pour me connaître, moi, jusqu'à ma naissance quoi !

Camille : Ils t'ont stalké.

Laurent : Ah oui, carrément. Ils ont tout fait, ils ont tout regardé. Évidemment j'étais déjà intervenu pour défendre le logiciel libre, puisque je suis militant du logiciel libre. Alors je suis devenu après, ça c'est la petite parenthèse que je voulais faire. Effectivement au départ, ils expliquaient que j'étais le faux-nez de l'association April qui attaquait Hewlett-Packard, ce qui n'était pas le cas. Par contre, ça m'a motivé pour intégrer le conseil d'administration de l'April.

Camille : Maintenant, c'est fait !

Laurent : Voilà. Je suis devenu administrateur à cause de ça. Merci Hewlett-Packard et merci, ça sert l'April. Ils ont donc effectivement passé ma vie en revue. Ils ont sorti toutes les vidées montrant que je défendais le logiciel libre, que j'étais un méchant, que j'étais un mauvais citoyen, que je ne voulais pas consommer comme eux le voulaient. Enfin voilà, c'est tout ce qu'ils ont déroulé pendant le procès.

Camille : Ta démarche n’était pas honnête, en fait !

Laurent : Ouais ! J'étais le vilain. Et c'étaient eux les bons qui étaient dans leur bon droit de faire consommer les gens comme eux l'entendaient. Voilà. C'est extrêmement dur à vivre parce que finalement moi je faisais ça parce que j'estime être dans mon bon droit. Je n'utilise pas quelque chose et on me le fait payer. Ça partait vraiment de cet état d'esprit-là. Et puis effectivement, défendre le logiciel libre qui est quelque chose, quand même, d'un peu plus éthique que ces programmes privateurs qui empêchent les gens d’être autonomes sur leur informatique et libres dans leur informatique.

Camille : Et comment ça s'est terminé ?

Laurent : Alors ça c’est terminé ! Ce n'est pas tout à fait terminé parce qu'en fait il y a eu un jugement sur le tribunal de proximité, mais un jugement défavorable pour moi et il faudrait que je me pourvoie en cassation.

Camille : D’accord !

Laurent : Sauf que là il faut des moyens financiers que j'estime ne plus avoir. Donc quelque part ils ont gagné parce qu'ils avaient de l'argent. Mais sur le fond ça n'a pas été jugé. Mon avocat m'a aussi déconseillé de poursuivre parce que devrait survenir, durant le cours de l'année 2016, un jugement européen.

Camille : D'accord !

Laurent : On espère qu'il sera favorable, mais rien ne le dit puisque, de toutes façons, il y quand même une force de lobbies extrêmement importante. Il faut savoir qu'il y a eu deux jugements un peu similaires qui ont été portés en 2015. Un favorable et un défavorable à une semaine d’intervalle.

Camille : Ah oui ! C'est le bordel complet !

Laurent : C'est le bordel complet ! Ça veut dire qu'il y a des pressions, il y a des coups de fil qui se passent. Ça ne peut pas être autre chose ! Par le même juge quoi ! Donc voilà. C'est ça qui n'est pas très sain quand même.

Camille : D'accord. Donc c'est vraiment partagé entre favorable, défavorable ? Il n'y a pas une majorité de cas qui passent ou pas ?

Laurent : En fait ça dépend des périodes. Il y a des fois des jugements favorables qui passent et après il y a des constructeurs qui arrivent à faire pression pour que, finalement, ça s’arrête de passer. C'est plutôt par périodes et par lobbies que ça fonctionne.

Camille : Il y a une loi là-dessus ?

Laurent : Une loi. Oui. Mais alors après, c'est l’interprétation de ce qu'est la vente forcée. Donc évidemment, tout le travail des très nombreux avocats de Hewlett-Packard sur la place parisienne, c'était de chercher la faille, de dire : « Mais oui mais ça ce n'est pas tout à fait de la vente forcée. Mais non regardez. Et puis de toutes façons il nous embête »

Camille : Mais la loi à la base, elle dit quoi ?

Laurent : Elle est interprétable la loi. C'est comme toute loi, c'est-à-dire qu'à un moment donné, en fonction de la force de l’avocat, il va réussir à convaincre le juge que finalement…

Camille : Oui, mais est-ce qu'il y a un truc qui est interdit ? Les termes qui sont utilisés à la base, et après ce qu'ils interprètent.

Laurent : La vente forcée est interdite en France. Mais encore une fois, il faut réussir à montrer qu'on est bien dans le cas de vente forcée.

Camille : Oui d'accord.

Laurent : Parce que l'argument qu’on me renvoyait c’était de dire « eh bien oui, il y avait d'autres ordinateurs qui pouvaient être achetés, etc. Donc il a fait exprès. » Voilà. Alors qu'en fait, moi j'avais vraiment choisi cet ordinateur-là qui correspondait à mes besoins. C'est ce que j’expliquais au début.

Camille : D'accord. OK. Donc eux ils disaient que tu pouvais te débrouiller pour continuer à chercher et trouver un ordinateur où il n'y aurait pas Windows.

Laurent : Tout à fait.

Camille : Et toi tu as dit que tu voulais cet ordinateur-là pour ses capacités techniques et qu’il y avait Windows dessus de fait.

Laurent : Exactement. Tout à fait.

Camille : D’accord. OK. Et tu dis qu'il y a un truc qui va passer au niveau européen. C'est un jugement qui va être rendu sans doute, c'est ça ?

Laurent : En tout cas il devrait survenir une décision sur la vente forcée et puis, justement, le fait de reconnaître, ou pas, le système d'exploitation comme vente forcée quand il est vendu directement avec la machine.

Camille : OK. Le système d'exploitation et les logiciels qu'il y a avec ? Ou juste le système d'exploitation ?

Laurent : Je n'ai pas le détail.

Camille : D'accord.

Laurent : Moi je ne suis pas spécialiste. Je suis un simple citoyen. Déjà essayer de comprendre tout ça.

Camille : Oui, ça fait cinq ans, tu as mis le temps.

Laurent : Cinq ans et demi ! Mais c'est vraiment complexe. C'est vrai que c'est l'avocat qui mène toute la démarche juridique. C'est vrai que c'est pas toujours évident à se mettre dedans quoi !

Camille : OK. Est-ce que tu conseillerais à des gens de faire comme toi ? Encore aujourd'hui ?

Laurent : Si on a un peu d'argent, oui. C'est citoyen de faire ça parce qu'on travaille dans l’intérêt général alors que eux travaillent dans l’intérêt privé. Pour moi ça fait une vraie différence.

Camille : Oui ! Ça fait avancer les choses de continuer à y aller individu par individu ?

Laurent : C'est un peu une goutte d'eau dans l'océan. Mais après, toute action est une action citoyenne et intéressante à mener, de mon point de vue. Après ça reste compliqué. Après, il y a de plus en plus d'ordinateurs ou de sites qui proposent des ordinateurs sans système d’exploitation. Ça se démocratise un peu plus. Donc on peut trouver quand même maintenant un ordinateur portable qui correspond à ses besoins sans système d’exploitation.

Camille : Je suppose que ça ce n'est pas dans les grandes boutiques physiques d’électronique.

Laurent : Ah ben non ! Si vous allez à Carrefour, vous ne trouverez jamais ça. Et puis on va vous regarder avec deux yeux ronds quoi ! Si vous posez la question : « Est-ce que vous vendez des ordinateurs sans système d’exploitation ? », le vendeur ne comprend même pas la question.

Camille : C'est sur les sites un peu spécialisés de matos informatique, non, qu'on trouve ça ?

Laurent : Voilà, exactement tout à fait.

Camille : Avec des configs déjà faites.

Laurent : Oui. Et puis on peut même moduler un peu la mémoire, le processeur, etc. Et ça se démocratise, mais il ne faut pas lâcher non plus cette question de la vente forcée qui est importante.

Camille : OK. Mais alors aujourd'hui donc tu dis que l'AFUL n'accompagne plus trop les gens. C'est un combat qu'ils ont un peu laissé de côté ? Ça se fatigue ?

Laurent : Non. Mais après il y a toujours de l'action qui est menée auprès des politiques. Il faut savoir que La Quadrature du Net3, l'April agissent systématiquement auprès des députés pour essayer d’influencer des lois par rapport à ça. Mais c'est vrai que c'est un combat quotidien. Si des gens veulent agir, n'hésitez pas à rejoindre ces associations-là qui se battent au quotidien, qui agissent auprès des députés, auprès des sénateurs pour faire évoluer la loi. Alors ça prend du temps, il faut prendre son mal en patience, mais les choses, tout doucement, tout doucement, évoluent dans le bon sens.

Camille : Il y a des petites avancées, là, récemment ? Des propositions d'amendements qui, éventuellement, pourraient avoir une place quelque part ces prochains mois ?

Laurent : Là, les regards sont rivés sur l'Europe. Parce que c'est l'Europe qui va dicter.

Camille : C'est de là que ça va venir.

Laurent : Oui, c'est de là que après ça va redescendre sur les États donc ce serait plus efficace que ce soit décidé au niveau européen.

Camille : En plus, il y a plusieurs trucs à demander. Il y a l'interdiction de la vente forcée explicite des systèmes d'exploitation et des logiciels avec l'ordinateur. Mais il y a aussi déjà une histoire de transparence à avoir et d'afficher sur les étiquettes, sur les descriptifs des ordinateurs qu'on achète, le prix et les logiciels qui sont installés dessus.

Laurent : Bien sûr. Tout à fait.

Camille : Parce que ça ce n'est pas encore fait, aujourd'hui.

Laurent : Normalement, c'est dans les textes. Il faudrait afficher le coût du système d'exploitation qui est dessus.

Camille : C'est vrai ? C'est dans les textes ?

Laurent : A priori oui. Sauf erreur. Sous réserve, encore une fois je ne suis pas juriste. Mais a priori, j'aurais tendance à penser que oui. C'est l'exemple que je prenais tout à l'heure de la voiture. C'est comme si on vous vendait une voiture et dedans vous avez l'assurance, mais vous ne savez pas combien ça coûte, vous ne savez pas ce que ça couvre, etc. On est vraiment dans un monde à l'envers.

Camille : Je pense que si les gens, déjà, voyaient effectivement. Ils vont à la Fnac, ils voient sur leur étiquette : prix de leur ordinateur 550 euros, dont Windows 100 euros, dont Norton 30 euros, dont machin…

Laurent : Bien sûr. Mais c'est extrêmement compliqué, d'ailleurs, de connaître le prix de la licence Windows. C'est impossible de le savoir. Ce n'est qu'une évaluation qui a été faite par l’avocat en disant « on estime que c'est situé entre ça et ça ». Parce qu'évidemment Microsoft ne souhaite absolument pas donner ce coût-là.

Camille : Ah bon !

Laurent : Et puis il y a des accords.

Camille : Ce n'est pas juste le même prix que si on achète Windows à part ?

Laurent : Ah non, pas du tout. Ça n'a rien à voir, puisque de toutes façons c'est négocié justement entre HP et Microsoft qui font…

Camille : Des partenariats de groupe quoi !

Laurent : Évidemment. Et du coup le client d'HP, le premier client d'HP, ce n'est pas moi. Le premier client d'HP, c'est Microsoft. Ils font leurs ententes, et moi je suis un client secondaire. Si je consomme comme ils souhaitent eh bien tant mieux. Si je ne consomme pas comme ils souhaitent, eh bien je ne suis pas un client. Je suis méprisé. HP méprise ses clients, en tout cas les clients comme moi.

Camille : D’accord. Mais tu as eu affaire à Microsoft à un moment ? Ou ce c’était que toi contre Hewlett-Packard ?

Laurent : Non, non ! Le système fait que, finalement, c'est auprès de Hewlett-Packard que je demande le remboursement. C'est ça qui est hallucinant. C'est Hewlett-Packard qui défend les intérêts de Microsoft. C'est quand même étonnant. Donc ça sous-entend bien des accords incroyables entre les deux firmes. Parce que moi je n'ai pas de raisons de te défendre si je ne te connais pas, je veux dire !

Camille : Ça c’est sûr !

Laurent : Sauf si tu me donnes de l'argent. C'est un peu étonnant comme système.

Camille : Et il y a des différences entre les différents constructeurs d'ordinateurs ? Il y en a qui sont plus ouverts à l'installation de Linux ou au remboursement ?

Laurent : Oui tout à fait. Alors justement sur le site Racketiciels, il y a la liste des bonnes pratiques, des constructeurs qui ont des bonnes pratiques par rapport à ça, qui favorisent l'installation de GNU/Linux ou de logiciels libres, etc.

Camille : C'est une minorité ou ?

Laurent : Oui. Il y en a qui vont dans le bon sens. Encore une fois c'est un peu lent. Mais il y en a qui permettent, effectivement, d'aller un peu plus vite que d'autres, sans aucun doute. Parce que c'est vrai qu'à un moment donné, cet ordinateur que j'ai sous la main, là c'est pareil.

Camille : C'est lui ?

Laurent : Non ce n'est pas celui-là.

Camille : Dommage ! Oh tu aurais dû l’amener !

Laurent : C'est ma fille qui l'utilise. Ma fille l'utilise encore parce que le matériel est bon, mais pas le système d'exploitation à mes yeux. Sur celui-là, Darty, à une époque, permettait de rembourser la licence. Mais ça a été une histoire incroyable pour me faire rembourser cette licence. Parce que c'est pareil, la fois où je l'ai demandé, le vendeur m'a regardé comme ça et m'a dit : « Ah ben oui, c'est marqué sur l'étiquette donc on doit pouvoir le faire ». Et ça m'a pris facilement un mois et demi pour réussir à me faire rembourser parce que ça sortait de leurs procédures, ils n'avaient pas leurs procédures. Je pense que d'ailleurs les 50 euros qui m’ont été remboursés ne sont pas passés du tout sur le bon compte. Ça a été « je rembourse le client emmerdant et puis c'est tout ! » Enfin c'est le compte ! Voilà et puis c'est fait.

Camille : C'est un geste commercial, quoi !

Laurent : Bien sûr. Voilà, c'est ça. Je pense que ça s’est conclus comme ça après un mois et demi de négociations. Pour dire que ce n'est encore pas prêt.

Camille : C’était il y a combien d'années ça ?

Laurent : Celui-là il a quatre ans.

Camille : D'accord. Donc ils avaient prévu une procédure mais personne n'était au courant.

Laurent : Voilà, et ce n’était pas suivi derrière.

Camille : C’était pour faire vitrine quoi !

Laurent : Exactement !

Camille : OK. Qu'est-ce que je voulais demander ? Tu as quel système d'exploitation du coup sur l'autre ? Tu as viré Windows ou tu l'as gardé ?

Laurent : Ah ben non. Bien sûr que je l'ai enlevé. Le problème c'est que je suis honnête. Le problème c'est ça, c'est que je suis attaqué, mais je suis honnête. Bien sûr que j'utilisais Ubuntu à l’époque. Maintenant ça doit être Xubuntu pour ma fille parce qu'il commence à peiner un peu, l'ordinateur. Mais du coup, c'est un système, bien sûr, libre, évidemment.

Camille : OK. Et il y a des gens qui ont fait le même genre de procédure pas pour le système d'exploitation mais pour les logiciels ? Ça a dû être encore plus pinailleur, mais c'est une idée qui me vient.

Laurent : Je ne saurais pas répondre. Je suis désolé, je ne connais pas.

Camille : J'aurais envie d'attaquer juste les antivirus.

Laurent : Oui.

Camille : Mes pires ennemis.

Laurent : Passe sous GNU/Linux, tu seras tranquille. Je n'utilise plus d'antivirus depuis dix ans, maintenant, et je m'en porte très bien. Je n'ai jamais eu de perte de données.

Camille : Il n'y a pas de virus sur Linux. C’est comme les Mac.

Laurent : Il y en a beaucoup moins en tout cas. Oui. Il pourrait y en avoir. Moi en tout cas moi je n'ai pas eu de problèmes depuis dix ans.

Camille : OK. Eh bien merci beaucoup pour ton histoire Est-ce que tu as quelque chose à ajouter ?

Laurent : Non. On a un peu fait le tour.

Camille : OK ! Cool. Eh du coup maintenant on va regarder maintenant une vidéo de chats.

Laurent : J'adore.

Camille : Parce que c'est la conclusion, la meilleure conclusion à toutes les histoires de logiciels libres qu'on puisse raconter, comme toujours.

Revue de presse de l'April pour la semaine 20 de l'année 2016

Le 23 May 2016 à 16:24:26

La revue de presse de l'April est régulièrement éditée par les membres de l'association. Elle couvre l'actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s'agit donc d'une sélection d'articles de presse et non de prises de position de l'association de promotion et de défense du logiciel libre.

En podcast.

Sommaire de la revue de presse de l'April pour la semaine 20

[ZDNet] Danese Cooper (PayPal): ”L'open source, c'est les gens”

Par Thierry Noisette, le samedi 21 mai 2016. Extrait:
> Responsable en chef de l'open source chez PayPal et de longue date liée au Libre (Sun, Drupal, Apache, Wikimedia...), Danese Cooper souligne des principes clés, transparence en tête.
Lien vers l'article original: http://www.zdnet.fr/actualites/danese-cooper-paypal-l-open-source-c-est-les-gens-39837160.htm

[Libération] 56Kast #75: l'impossible combat contre la vente forcée

Par Camille Gévaudan, le vendredi 20 mai 2016. Extrait:
> Cette semaine, notre invité, Laurent Costy, raconte les cinq ans de procès qui l’ont opposé à Hewlett-Packard. Il cherchait simplement à se faire rembourser le système d’exploitation livré d’office sur son ordinateur…
Lien vers l'article original: http://www.liberation.fr/futurs/2016/05/20/56kast-75-l-impossible-combat-contre-la-vente-forcee_1453382

[Lemag.ma] Le logiciel libre dans les pays du sud

Par la rédaction, le jeudi 19 mai 2016. Extrait:
> L’Ecole Nationale Supérieure d’Arts et Métiers (ENSAM) organise, les 23 et 24 mai à Meknès, un colloque international sur "Le logiciel libre dans les pays du sud: outil stratégique de formation, d'innovation et de développement durable".
Lien vers l'article original: http://www.lemag.ma/Le-logiciel-libre-dans-les-pays-du-sud-theme-d-un-colloque-international-les-23-et-24-mai-a-Meknes_a100286.html

[Next INpact] Une résolution européenne française pour bétonner le droit d'auteur

Par Marc Rees, le mardi 17 mai 2016. Extrait:
> Comment court-circuiter les débats parlementaires sur le projet de loi Création? Simple: en faisant adopter une résolution européenne sur la protection du droit d’auteur dans l’Union européenne.
Lien vers l'article original: http://www.nextinpact.com/news/99866-une-resolution-europeenne-francaise-pour-betonner-droit-dauteur.htm

Et aussi:
[Next INpact] À l'Assemblée nationale, nouvelles tentatives pour accentuer la lutte contre la contrefaçon
[Next INpact] Des députés veulent coupler vidéosurveillance et reconnaissance faciale

[zonebourse] Retour sur la dernière édition de Pouvoirs Numériques avec Henri Verdier

Par la rédaction, le mardi 17 mai 2016. Extrait:
> Concernant la neutralité de la commande publique, Henri Verdier a précisé qu'il ne souhaitait pas faire du logiciel libre un sujet sectaire indiquant «apprécier» le premier alinéa de la nouvelle version de l'article 9 ter du projet de loi numérique,en ce qu'il clarifie les objectifs recherchés par l'administration lorsqu'elle privilégie un logiciel libre
Lien vers l'article original: http://www.zonebourse.com/actualite-bourse/TECH-IN-France-Retour-sur-la-derniere-edition-de-Pouvoirs-Numeriques-avec-Henri-Verdier--22374265/

[internet ACTU.net] A combien peut-on coopérer?

Par Jean-Michel Cornu, le lundi 12 mai 2016. Extrait:
> De même que Linux a montré dans les années 90 qu’il était possible de travailler à plusieurs centaines… sous certaines conditions, des succès des années 2000 comme Wikipédia ou Open Streetmap montrent qu’il est possible de faire une encyclopédie ou une cartographie à plusieurs dizaines de milliers de personnes voire plus. Peut-on comprendre comment développer des écosystèmes (d’équipes projets ou de communautés) de plusieurs dizaines de milliers de personnes?
Lien vers l'article original: http://www.internetactu.net/2016/05/12/a-combien-peut-on-cooperer

Note

Les articles de presse utilisent souvent le terme « Open Source » au lieu de Logiciel Libre. Le terme Logiciel Libre étant plus précis et renforçant l'importance des libertés, il est utilisé par l'April dans sa communication et ses actions. Cependant, dans la revue de presse nous avons choisi de ne pas modifier les termes employés par l'auteur de l'article original. Même chose concernant l'emploi du terme « Linux » qui est généralement utilisé dans les articles pour parler du système d'exploitation libre GNU/Linux.

ggravier.png Gilles GRAVIER

No... Bitcoin isn't a bank. No it doesn't compete head-on with banks...

Le 23 May 2016 à 15:01:22

Once more I read that says something along the line of - I paraphrase - the Bitcoin network growing up to a point where it replaces the banking system. And once again I cringe when I read or hear that.

So let's take a step back and  look at what the Bitcoin network is. It's a transaction processing network. Albeit a really smart, decentralized, self running, self securing one... But it really just processes transactions. You tell it "I would like to make it known that I'm transferring X amount that I know to recipient Y". It goes and checks that you effectively have control of this amount, and transfer the control/ownership to the person, and makes sure that this transfer is properly notarized (time-stamped and all) and that it doesn't take place multiple times.

That's it.

While every block in the Bitcoin network represents value, and that you transfer parts thereof, the actual equivalent the the banking "secure storage" function is the way your electronic wallet stores securely your private key(s). So the bank is your wallet. Or it's the company that is running your wallet for you (if your wallet is web hosted, rather than fully on your device). So this is the tricky part... You have to trust somebody (you trust the bank with your money, which it stores more or less in gold equivalent, or you trust the company with your keys, which it stores in a digital safe). And you have to hope that they don't misbehave with it.

Regulations apply to banks. But of course we've seen countries put in place regulations where banks are allowed to take some of the funds from their customer to protect themselves from bankruptcy... Regulations don't apply (today, in most countries) to companies storing Bitcoin private keys... and most (if not all) of the fraud around Bitcoin has happened when these companies misbehaved.

If you store your private keys in a digital wallet on your phone. If this wallet is open source, so that you can check by yourself (or have somebody expert in this kind of stuff validate it for you) that it doesn't misbehave with your keys, it's a lot harder for something unwanted to happen to your bitcoin funds. Yes, the bitcoin currency fluctuates, but all of them do. Some of them more than bitcoin. It's not designed for long term storage (unless you are very comfortable with risky investments), but more for doing short duration transactions. The current tendency is for the value of a bitcoin compared to a USD or a EUR to grow... so it's encouraging people to sit on their wallet. But it's not a guaranty.

What frightens banks is that bitcoins can be transacted by unbanked people (or machines - think IoT devices doing transactions by themselves). You don't need a bank account to use bitcoins. You need a piece of software. And a CPU to run it on (and some storage). So in a way, people can move away from them for some activities. When it's the unbanked, they're not losing customers... But when it's customers with bank accounts it's trickier. Still Bitcoins aren't replacing banks. They're complementing.

Those who are really losing money is people like SWIFT. Every transaction on the Bitcoin network is one less that banks would be paying SWIFT for. And it's going faster, and more secure, and cheaper, than SWIFT can do.

Bitcoins aren't replacing banks. They might make SWIFT obsolete (in particular when banks start using other blockchains as well for their own inter-bank, and intra-bank, transactions). They will make Western Union and their competitors obsolete (who wants to pay SWIFT several percent of a transaction as a fee when you can send bitcoins to friends anywhere on the planet, in 10 minutes, for fractions of a percent).

Banks? Well, safe deposit boxes are great to store paper copies of your bitcoin private keys in cold storage. :)

tnitot.png Tristan NITOT

En vrac du lundi

Le 23 May 2016 à 08:08:00

Rogny les Sept Ecluses

Rogny les Sept Ecluses

Un peu de lecture pour oublier la pluie !

Je dois dire ma réelle fierté d’avoir été rapporteur de la loi relative au renseignement, car il s’agit d’une grande loi de liberté.

  • Soon We Won’t Program Computers. We’ll Train Them Like Dogs (“bientôt, nous ne programmerons plus les ordinateurs, nous les dresserons comme des chiens”), un article intéressant sur le changement de paradigme autour du logiciel. Au lieu de programmer des ordinateurs en leur donnant des instructions suivies très précisément, nous faisons des logiciels quasiment génériques qui, soumis à des jeux de données massifs, “apprennent” à reconnaitre des tendances, des associations. On pense bien sûr à la reconnaissance de formes, mais c’est déjà quelque chose qu’on utilise depuis longtemps (par exemple avec les algorithmes baysiens qui filtrent les spams des emails). Ça pose un problème éthique majeur dans la mesure où ce qui influence les résultats de l’algorithme, c’est plus le jeu de données qui est fourni lors de l’apprentissage que l’algorithme lui-même. Cela va dans certains cas générer un biais illégal (raciste ou sexiste ou religieux, par exemple) qui n’est pas du à l’algorithme. Exemple sorti de mon imagination (donc pas forcément vrai) : une compagnie d’assurance pourrait faire de meilleurs tarifs aux femmes qu’aux hommes parce qu’elles ont un taux d’accident moindre. C’est sexiste, et rien de cela n’est du à l’algorithme, seulement au jeu de données. Voir aussi en français : Demain, la fin du code ? ;

22 May 2016

svieille.png Simon VIEILLE

Validation de fichier CSV en PHP

Le 22 May 2016 à 17:50:15

Je publie aujourd'hui une première version fonctionnelle et presque totalement testée d'un validateur de fichier CSV : deblan/csv-validator. J'ai décidé de m'appuyer sur les contraintes de validation proposées dans Symfony.

Pour installer ce composant, il faut passer par composer :

composer require deblan/csv-validator dev-master

Voici un exemple simple et concret :

<script async="async" src="https://gist.deblan.org/fr/embedjs/5741f076d8d0b/84e52331c33e3e17d8a92513e660dd95b28b143e"></script>

C'est sous lience BSD donc éclatez-vous avec !

21 May 2016

fboulogne.png François BOULOGNE

Contributions #2

Le 21 May 2016 à 22:00:00

Voici une brève d'un certain nombre de mes contributions de ces trois derniers mois. Le but est de montrer qu'il y a plein de choses à faire et que chaque petit pas contribue à faire avancer le Libre.

Associations

Je me suis lancé à donner un coup de main à framasoft et la quadrature.

  • Un relecture d'une page web sur les NAS pour le site controle-tes-donnees et j'ai par ailleurs démarré deux autres tickets, un premier pour parler de CHATONS (je propose un texte) et un second pour réfléchir au contenu des pages auto-hébergement. N'hésitez-pas à contribuer.
  • Chez framasoft, j'ai aidé à la révision de la charte et aussi et émis une idée. Cette structure est très intéressante et je vais continuer à m'investir pour favoriser l'émergence.
  • De plus, j'ai démarré une liste de potentiels chatons ce qui permettra de démarcher des structures existantes et aussi d'avoir une idée plus précise de ce à quoi ça peut ressembler.

Archlinux

  • J'ai créé un paquet archlinux pour trimage. Ce serait intéressant de retravailler un peu sur le code et passer à python 3. Les derniers commits datent de trois ans.

Scikit-image

Scikit-image est une bibliothèque Python pour le traitement d'images (scientifique), que j'utilise assez souvent. Il y avait longtemps que je n'avais pas contribué, alors je m'y remets.

  • Suite à une utilisation avec des choses qui ne me plaisaient pas, je me suis lancé dans la relecture du code des fonctions de transformée de Hough pour les lignes. Ca m'a pris pas mal de temps pour me rendre compte qu'une précision manquait dans la doc et qu'il y avait une erreur dans la signature d'une fonction cython. Je tente aussi de mettre en place une détection de pic subpixellaire, mais ce n'est pas gagné.
  • J'ai apporté une correction de bug à cause d'un morceau de code qui n'avait pas été testé dans toutes les combinaisons d'option possible. C'est une fonction portant sur la détection de pics locaux.

Python

  • Suite à une analyse de performance de code de feedparser, j'ai créé un petit patch dont une partie a été fusionné. J'espérais pouvoir gagner plus en me lançant dans cette analyse, mais l'étude fût instructive.
  • Suite à mes activités d'empaqueteur pour archlinux, j'ai ouvert un ticket chez pandas lié à numexpr. Je suis tombé sur un dev assez peu agréable et le ton est un peu monté. Face à ça, j'ai arrêté de commenter et il a corrigé le bug tout seul. Une remarque : ce n'est pas parce que le bug tracker enregistre plusieurs milliers de tickets qu'il faut expédier les nouveaux sans analyser finement ce qui se passe et prendre le temps de poser les questions. Sur le long terme, c'est contre-productif.

Divers

  • J'utilise Jirafeau comme hébergeur de fichier et j'ai créé un petit patch pour que le script bash renvoie tous les liens.
  • Pour bibtexbrowser, j'ai proposé que l'url de jquery soit une variable. Ainsi, on permet au websmaster de respecter la vie privée des utilisateurs en utilisant sa propre installation.
  • Un rapport de bug pour simple-scan dont la fenêtre d'enregistrement n'est pas très intuitive pour les personnes ne comprennant pas le sens d'une extension de fichier. Or, ce logiciel s'adresse à ce type de public.

20 May 2016

april.png Nouvelles April

« 01net magazine » associe l'April, La Quadrature du Net et la FSF à la « filière des filous du net »

Le 20 May 2016 à 12:29:44

Image de l'encart sur le mercenaire

Le magazine 01net, dans son édition n°843 du 18 au 31 mai 2016, a publié un dossier portant sur les « Virus, la déferlante ». Dans l'article intitulé « On a remonté la filière des filous du net » (page 33), les auteurs cherchent à comprendre quels sont les responsables des attaques par rançongiciel, ces logiciels qui chiffrent les données du disque dur de la victime, qu'il n'est possible de déverrouiller que contre paiement, et qui se cache derrière « ces logiciels malveillants » selon les termes de l'article.

Dans ce que 01net dénomme « la famille pirate », on retrouve « le voyou 2.0 », « l'hacktiviste », « l'espion » et « le mercenaire », chacune de ces entitées étant illustré par le dessin d'une personne.

Plus particulièrement, le mercenaire est décrit, page 35, comme un « hackeur chevronné vend[ant] ses compétences au plus offrant, [...] des mafias, des services de renseignement ou des entreprises peu scrupuleuses [...] ». Le dessin associé à cette description montre un homme derrière son ordinateur portable dont le dos de l'écran est couvert d'autocollants de la Free Software Foundation (FSF), de La Quadrature du Net et de l'April et particulièrement ceux qui concernent les quatre dangers pour le Logiciel Libre (voir l'extrait de l'article).

Associer la FSF, La Quadrature du Net, l'April, leurs membres et soutiens à des actes malveillants est scandaleux. Un programme malveillant est conçu dans le but de nuire à un système informatique et à son utilisateur. Alors que les logiciels libres permettent au contraire de construire une informatique au service des utilisateurs. Les actions de la FSF, de La Quadrature du Net et de l'April visent à développer et défendre les libertés informatiques et les droits et libertés des citoyens sur Internet.

19 May 2016

Frederic BEZIES

C’est officiel : Le logiciel libre est devenue une religion…

Le 19 May 2016 à 13:28:24

Au sens classique du terme. Vous allez dire, pourquoi est-ce qu’il pousse une gueulante ? Pourquoi une autre ? Parce que… c’est nécessaire. Au début je ne comptais pas rédiger de billet, mais vu le niveau atteint, il n’y a pas d’autre choix.

Tout commence avec un article sur la Parabola GNU/Linux dont je critiquais le manque d’utilisabilité pour le monde moderne. Ne serait-ce qu’avec l’utilisation du greffon LibreJS qui fait passer GNU Gnash pour une implémentation utilisable d’Adobe Flash… Oui, c’est ironique 🙂

Un commentaire d’une personne que l’on ne peut que qualifier de puriste du libre vient me faire la morale, gentiment. Puis, ça part un peu plus en cacahuètes, jusqu’au point où je déclare que cette personne est une intégriste. Au sens entendu du terme, celui de l’intégrisme religieux.

Ne voulant pas perdre plus de temps avec un dialogue de sourds, j’ai clos les commentaires.

Je passe alors à autre chose, et un membre de la communauté Trisquel me propose un débat. Je le décline, pour une simple et bonne raison : Ce sera un dialogue de sourds entre le linuxien pragmatique que je suis et le commentateur qui avait sortie sa propagande en oubliant de se renseigner sur certains points.

Dans la vidéo que vous trouverez ci-après, j’avoue que j’ai été un peu fort dans mes termes, mais la colère que j’éprouve envers ces technophiles, incapables de voir plus loin que le bout de leur appendice nasal, ça me met hors de moi.

La colère est mauvaise conseillère parfois, mais quand il faut pointer les problèmes du doigt…

<iframe allowfullscreen="allowfullscreen" frameborder="0" height="360" src="https://www.youtube.com/embed/KJkZFHxvRBU?rel=0" width="640"></iframe>

Je vous conseille le fil sur le forum de la Trisquel où l’on dit que j’ai pété une durite… Cf la capture d’écran ci-dessous.

duriteOu encore la partie où l’on voit la banane magique qui cite Barry Goldwater pour appuyer son point de vue. Cf la capture d’écran ci-après.

goldwaterLa traduction de la citation est : « L’extrémisme dans la défense de la liberté n’est pas un vice ; La modération dans la poursuite de la justice n’est pas une vertu ».

On arrive à tout justifier au nom de la liberté, au point de ne plus pouvoir utiliser son propre matériel. Au nom de la liberté, doit-on justifier la privation de liberté, comme celle du choix de son matériel ou des logiciels qu’on doit utiliser ?

Pour la petite histoire, Barry Goldwater fut vaincue par rapport à l’utilisation d’un clip très connue sous le surnom de Daisy.

<iframe allowfullscreen="allowfullscreen" frameborder="0" height="480" src="https://www.youtube.com/embed/dDTBnsqxZ3k?rel=0" width="640"></iframe>

Bref, en dehors de cette référence culturelle, j’en reviens toujours au même point : s’il n’y avait pas eu des développeurs pragmatiques, sachant peser le pour et le contre, le logiciel libre serait-il autant répandu ?

Sans des Linus Torvalds, des Theodore Ts’o, Daniel Robbins ou encore Patrick Volkerding, aurait-on un logiciel libre aussi développé ? Surtout utilisable par le plus grand nombre sans avoir besoin d’une formation d’ingénieur en informatique ?

Si on veut suivre les canons de la FSF jusqu’au bout, on devrait utiliser le noyau GNU/Hurd, non ? À savoir un noyau qui n’est pas encore stabilisé, avec un support matériel anémique pour ne pas dire inexistant.

Alors, oui, j’utilise une imprimante Epson, car j’avais besoin d’une imprimante dans l’heure qui suivait quand ma précédente est morte, et qu’il n’y avait pas d’imprimantes HP dans l’hypermarché près de chez moi et rentrant dans mon budget serré à l’époque.

Quand mon ordinateur a rendu l’âme, j’ai dû faire des compromis et prendre ce qui rentrait dans mon budget et le plus vite possible. C’était il y a bientôt 6 ans. J’utilise un vieux Compaq avec un bios non libre, une carte nVidia GT210 et par chance, le pilote nouveau fonctionne très bien avec.

Si vous considérez que je suis un mauvais linuxien car j’ose dire : « Il faut savoir utiliser du non-libre quand c’est nécessaire et ne pas tomber dans le sado-maso », alors, je suis un mauvais linuxien.

J’essaye d’apporter ma pierre au mouvement du libre chaque jour. En aidant des personnes qui sont moins avancées que moi techniquement.

Si dans un domaine précis, je dois utiliser un logiciel non libre pour effectuer une tâche, je le ferais, si et uniquement si je n’ai pas trouvé un logiciel libre pour la tâche en question.

Ce qui fait de moi, aux yeux des puristes, un collaborateur, un vendu, un traître.

Dans tout mouvement, le pire est concentré dans deux groupes : les extrémistes et les nouveaux convertis qui ont tendance à être représenté par les mêmes personnes.

Continuez, messieurs les extrémistes du libre avec vos propos, vos anathèmes et votre propagande. Vous détruisez le travail des utilisateurs du libre qui ont intégré le fait qu’on ne peut pas imposer la liberté.

« Pas de liberté pour les ennemis de la liberté. » (Antoine de Saint Just, 1767-1794)

Voilà comment résumer l’esprit des extrémistes du logiciel libre ! Avec les conséquences que cela entraine.

PS : Je ne répondrai à aucun commentaire sur ce billet. Les commentaires seront fermés le 29 mai 2016 à minuit. Merci pour vos commentaires, je ne supprimerai rien, sauf si cela part dans les insultes gratuites. Enfin, il n’est pas nécessaire de montrer patte blanche comme sur les forums pour commenter ici.

PPS : j’utilise pragmatisme tel que définit selon le dictionnaire Larousse : Attitude de quelqu’un qui s’adapte à toute situation, qui est orienté vers l’action pratique.

Précision que j’avais oublié d’apporter. Je ne touche plus à l’article maintenant.

april.png Nouvelles April

Point d'étape sur loi française de finances 2016 (article 88) et les logiciels libres de caisse

Le 19 May 2016 à 12:14:44

Depuis plusieurs années, le gouvernement français s’est engagé dans la lutte contre la fraude à la TVA. Dans cette optique, la loi de finances 2016 démontre une volonté de mieux encadrer les logiciels de comptabilité, de gestion ou d’encaissement. Malheureusement le texte comporte un article 88 qui aurait pour effet de bord l'interdiction de détenir des logiciels libres de caisse. Visiblement sensible à ce problème l'administration fiscale a fait preuve d'une attitude conciliante et constructive. Voici un point d'étape sur ce dossier.

En décembre 2015, la loi de finances pour l'année 2016 a donc été votée. Son article 88 « dispose que les assujettis à la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) doivent à compter du 1er janvier 2018 être équipés d'un système de caisse sécurisé ». La formule est celle de la DGFIP (Direction Générale des FInances Publiques).
Cette obligation se traduit dans les grandes lignes par le respect des « conditions d'inaltérabilité, de sécurisation, de conservation et d'archivage des données » ainsi que par le jeu de la responsabilité essentiellement basé sur un système de certification/attestation obligatoire.

Philippe Pary (gérant de la société Scil, éditrice du logiciel libre de caisse Pastèque) avait alors publié une dépêche pour faire part de ses craintes sur les conséquences de cet article ; la disposition pouvant clairement résulter, de fait, dans l'interdiction des logiciels libres de caisse.

En janvier 2016 l'April et Philippe Pary ont rencontré des membres de la DGFIP qui se sont montrés réceptifs aux problèmes soulevés. Les éléments clefs qui sont ressortis de cette rencontre sont que l'administration fiscale n'est pas opposée en soi au logiciel libre, qu'il est important de mieux définir la notion d'éditeur, à laquelle est attachée la responsabilité, et de se poser la question de comment assurer les conditions d'inaltérabilité, de sécurité, de conservation et d'archivage des données.

Fin mars la DGFIP a fait un « appel à remarques » sur son projet de commentaire au BOFIP de l'article 88, clos le 29 avril. Celui-ci, bien sûr perfectible, montre un réel pas en avant vers les logiciels libres. Les inquiétudes n'ont pas été ignorées. Pour rappel, le BOFIP ou Bulletin Officiel des Finances Publiques a valeur de doctrine opposable à l'administration fiscale. Il s'agit donc d'un texte essentiel dans l'application de la loi de finance et qui aura à ce titre un impact direct sur l'étendue et la nature des obligations qui pèseront sur les « éditeurs » de logiciels de caisse, notamment libres.

Fin avril, Philippe Pary et Baptiste Simon (Libre Informatique SCRL) ont co-signé une réponse à cet appel au nom du Syndicat Professionnel des Éditeurs de Logiciels Libres (SYNPELL). Le document co-signé expose clairement les différents points de vigilance et d'inquiétude, en voici les points essentiels :

Conditions d'inaltérabilité, de sécurisation, de conservation et d'archivage des données :

  • Notions définies de manière trop floue.
  • Il n'existe aucune méthode 100% fiable scientifiquement pour garantir ces conditions.

Système de certification, l'enjeu du lien de solidarité :

  • Pour rappel il s'agit d'une certification de conformité du logiciel à la loi. Peut être délivrée par un organisme, ou par l'éditeur qui atteste de cette conformité (en engageant sa responsabilité).
  • Le SYNPELL appelle à une certification directe par l'administration fiscale, et non déléguée à un organisme privé.
  • Le syndicat critique également l'obligation de détenir un code NACE (~ le champ d'activité) spécifique à l'édition de logiciel de caisse pour auto-attester de la conformité de son logiciel, et/ou des modifications effectuées sur celui-ci.
  • Cela est en lien direct avec un aspect positif du BOFIP qui précise que l'« éditeur » est soit le concepteur d'origine, soit le dernier intervenant qui a effectué une modification liée aux conditions d'inaltérabilité, de sécurité, etc. Ce dernier point est particulièrement important dans la mesure où il autorise la modification des logiciels sans faire porter une responsabilité « infinie » à l'éditeur initial. L'attestation de conformité s'éteint si la partie du logiciel qu'elle concerne est modifiée.

Définition du logiciel libre :

  • Le projet de commentaire au BOFIP définit un logiciel libre comme étant « librement paramétrable ». La réponse du SYNPELL en rappelle la véritable définition, plus précise, basée sur les 4 libertés.

À présent, nous sommes dans l'attente de la publication officielle du BOFIP sur la loi de finances 2016. Espérons que la DGFIP accorde à ces remarque la même attention que celle qui nous a été réservée lors de notre entretien en janvier. Et qu'elle évitera ainsi de créer des barrières aux logiciels libres de caisse dans la poursuite de son objectif, légitime, de lutte contre la fraude fiscale.

18 May 2016

fboulogne.png François BOULOGNE

Construire notre communication : blogs, planets, journaux...

Le 18 May 2016 à 22:00:00

A l'heure actuelle, j'écris sur ce blog, relayé par ces deux planets et parfois par le journal du hacker (jdh) pour lequel j'ai un peu contribué. Deux article récents, un premier par un contributeur du jdh et un second par un contributeur du planet-libre. pose des analyses quant à l'avenir des planets, ces sites relayant par le biais de flux rss, des articles de blog.

L'un des constats serait une baisse du nombres des blogs et des articles publiés, et donc de l'intérêt des planets. J'ai bien vu ces deux articles, et j'y avais donc réfléchi sans prendre la peine de l'écrire. Je le fais donc maintenant suite à une invitation indirecte.

Les blogs ont-ils un avenir ?

Sur l'intérêt des blogs, ça me semble essentiel. C'est ce qui fait partie de la culture Hacker, avec les wikis pour documenter ce que l'on fait. En deux mots, le terme Hacker recouvre ici toute personne ayant une activité de détournement d'objet afin de résoudre des problèmes pour lesquels ils ne sont pas destinés ainsi que la construction de l'informatique avec l'esprit du logiciel libre. Sans prétention aucune, c'est pour cela que j'ai les deux formes (blog.sciunto.org et share.sciunto.org). Le blog est en français (pour l'instant), le wiki en anglais. Ces deux formes sont complémentaires, l'un formant un carnet de bord, l'autre une documentation plus pérenne.

 L'intérêt des planets

L'intérêt d'un planet est de mettre en valeur les activités des acteurs d'un domaine. Le fait qu'il y ait plusieurs planets n'est donc que la conséquence de l'existence de divers groupes qui se chevauchent. Il reste selon moi un formidable tremplin pour communiquer. La duplication des articles pour certains lecteurs n'est selon moi pas un problème majeur. Je peux très bien suivre le planet-python mais pas le planet-debian et pour autant être intéressé par un article python appliqué à debian.

 Le relais ou la communication par les réseaux sociaux

Je ne suis pas adepte des réseaux sociaux. Les modèles de type facebook enferment les données et espionnent les activités. Je n'ai aucune idée de ce qui peut se dire sur ces réseaux. Le modèle me semble contraire à mon éthique, je n'y vais donc pas. Les modèles de type twitter sont ouverts, mais ont un ratio signal/bruit très souvent faible. De plus, mon observation me pousse à conclure que cette outil donne une illusion de visibilité : un buzz chez les convaincus, mais invisible au delà..

Le journal du hacker

Le modèle du jdh a des intérêts mais aussi des défauts selon moi. Déjà, je tiens à saluer l'initiative parce que c'est une belle façon de partager de l'information avec un outil intéressant. Par contre, je déplore la ligne éditoriale.

Trop d'articles bas de gamme sont relayés, notamment avec des sites professionnels qui ont pignon sur le web, dont les articles sont en carton : du journalisme classique se contentant de relayer de l'information avec de l'enrobage, des titres accrocheurs et une réflexion au degré zéro de la pensée.

L'autre problème est qu'il n'y a que quelques contributeurs qui publient beaucoup. La diversité n'est pas au rendez-vous et en postant des liens à tour de bras, on n'a pas une sélection d'articles qui ont ce quelque chose qui les rendent uniques. En effet, à chaque lien posté, il n'y a que rarement une justification de l'intérêt du lien. Les discussions sont par ailleurs quasi inexistantes contrairement à hacker news dont le jdh est un clone francophone libre. Donc, le jdh devient un planet bis avec, en plus, des articles moins intéressants à mes yeux. J'en suis venu à filtrer les noms de domaines pour faire une pré-sélection drastique.

Enfin, dernier point, dans jdh (journal du hacker), il y a hacker, et je vois trop peu de choses sur la bidouille d'objets physiques (contrairement à Hackaday), ce qui est bien dommage.

Vers un idéal ?

Hackaday représente selon moi un modèle de ligne éditoriale et s'il y avait quelque chose à reprendre, ce serait bien cette forme là, mais avec une meilleure répartition entre "software" et "hardware". Ils sont d'avantage dans un modèle où ce sont des lecteurs ou des rédacteurs qui viennent proposer leurs articles en plus de la veille de leurs contributeurs. Si une page est intéressante, un petit laïus avec éventuellement une photo ou vidéo est rédigé, avec parfois des liens vers des articles antérieurs publiés sur hackaday. A ma connaissance, ceci n'existe pas en français et il est évident que ça demanderait de l'énergie à construire une solution similaire.

Frederic BEZIES

Cub Linux ? Chromixium OS, le retour :)

Le 18 May 2016 à 09:23:08

Le réseau à l’oiseau bleu n’est pas seulement celui des clashs et de l’information jetable, c’est aussi celui où je découvre des artistes et où je suis parfois contacté pour qu’on me demande mon avis sur des distributions GNU/Linux.

Merdre, serais-je donc devenu un blogueur influent sans les revenus juteux qui vont avec ? 🙂

C’est ainsi qu’on m’a demandé mon avis sur la distribution Cub Linux. Énième dérivée d’Ubuntu, c’est en réalité la suite du projet Chromixium OS, qui pour des raisons de sonorité a été obligé de changer son nom à la demande d’une petite entreprise peu connue, Google. Faut pas se mettre à dos cette petite boite 🙂

Le principe est simple : Reprendre l’idée des Chromebook, ressucée moderne des Network Computers dont j’avais parlé dans un billet vieux geek en octobre 2012.

Un ordinateur équipé du strict minimum vital, avec un SSD pour stocker le système, les données étant gérée sur du stockage à distance, avec les principaux outils résumé à des applications web, sauf le navigateur internet.

D’ailleurs, Cub Linux annonce la couleur :

[…]
Cub Linux is an operating system that combines the best of aspects of the Chromium browser (speed, Google integration, web apps) with the best of Ubuntu Linux (hardware compatibility, thousands of mainstream applications) to create a user experience that is as familiar as Chrome OS and as powerful as Ubuntu Linux.
[…]

Une traduction rapide ?

[…]
Cub Linux est un système d’exploitation qui combine le meilleur des aspects du navigateur Chromium (vitesse, l’intégration de Google, des applications web) avec le meilleur d’Ubuntu Linux (compatibilité matérielle, des milliers d’applications grand public) pour créer une expérience utilisateur qui est aussi familière que Chrome OS et aussi puissant qu’Ubuntu Linux.
[…]

Wow ! Ça promet, non ? J’ai donc récupéré la version 1.0rc, seule disponible au 18 mai 2016, basée sur la Ubuntu 14.04.4 et j’ai fait chauffé mon VirtualBox pour faire « mumuse » avec la distribution.

J’ai lancé directement l’installation, et celle-ci n’a pas été des plus gourmandes. Elle ne recommande que 6 Go d’espace.

Une fois l’installation terminée, on se trouve avec une interface aux teintes pastels, assez reposantes. C’est déjà sympathique pour les rétines.

L’ergonomie est un peu spéciale, car le menu de lancement d’application fourni ne propose que le strict minimum. Vous voulez installer les mises à jour ? Utiliser l’outil de numérisation « Simple Scan », ou dans un instant de folie utiliser Synaptic pour savoir si des mises à jour sont disponibles ?

Il faut passer par le clic droit et on voit alors que c’est un Openbox revampé qui nous accueille. Et ici, on tombe sur un problème qui pourrait ennuyer nombre de personnes fachée avec l’anglais… Nombre de menus sont en anglais, tout comme les répertoires utilisateurs. Dommage.

J’ai donc fait rechercher et installer les mises à jour avant de capturer en vidéo l’ensemble avec Kazam.

Il y a eu un blanc involontaire, ce qui m’apprendra à mettre mon téléphone portable en mode vibreur quand j’enregistre une vidéo 🙂

<iframe allowfullscreen="allowfullscreen" frameborder="0" height="480" src="https://www.youtube.com/embed/-RzRELBaFA8?rel=0" width="640"></iframe>

Pour conclure cet article, et comme vous avez pu le voir, le mélange français et anglais est un brin ennuyeux. Ce n’est pas la pire des distributions basées sur Ubuntu que j’ai pu croiser, loin de là. Mais il y a un facteur à prendre en compte : c’est un projet mono-développeur. Ce qui peut laisser penser à un abandon sur le plus ou moins long terme.

Donc, si vous vénérez le cloud et qu’un ChromeBook est trop cher, essayez cette distribution. Sinon, économisez pour vous acheter un ChromeBook. Enfin, je dis ça, mais je dis rien, après tout !

17 May 2016

tnitot.png Tristan NITOT

En vrac du mardi

Le 17 May 2016 à 17:44:00

nous avons décidé de réorganiser notre activité interne : moins de suivi législatif français, davantage d’action européenne commune aux mouvements qui émergent aussi dans d’autres pays. Beaucoup plus de réflexions, ouvertes à des interventions externes et des compétences que nous n’avons pas dans nos équipes, plus de production écrite, graphique, audio ou vidéo. Moins de travail avec le monde politique, et davantage avec les individus volontaires pour nous accompagner sur ce terrain. Nous nous consacrerons à plus de sensibilisation de fond, plus de participation, de décentralisation de nos actions, d’engagement des bénévoles, plus d’indépendance face aux agendas imposés.

jzimmermann.png Jérémie ZIMMERMANN

La Quadrature du Net leaves the state of emergency

Le 17 May 2016 à 16:26:00

Paris, 17 May 2016 — When faced with a wall, you need to know when to stop banging your head against it. After years of legal violence, defeats and steady erosion of fundamental rights, and confronted with an elected political body whose only logic is to reinforce the security apparatus, La Quadrature du Net has decided to stop wasting time trying to appeal to the reason of those who won't listen, and is now taking a new direction for its actions.

Law after law, anti-terror measures after state of emergency and increased surveillance, the institutional political space has petrified in the quest of its own maintenance that the point that it now seems unrealistic make the voice of the common interest heard in the coming months, any more than human rights and social justice, or indeed simply the voice of wisdom. Unless a surprise comes from social movements, the presidential campaign will only promise us the depressing display of a variety of dead-ends. Even on subjects outside the core interests of La Quadrature du Net, the parliamentary and political news are a perfect illustration of this.

It is not the multiplication of consultation and other embryos of participative processes that will change the course as the political logic of former times will still prevail. For two years, civil society has been heavily consulted and heavily ignored on digital issues. The participative logic was constantly instrumentalised to hide the persistence of the grip of the administrative machine and lobbies.

Day after day, at the same time, we witness a growing willingness from citizens to appropriate digital tools. To better defend one's privacy, to better protect one's fundamental rights against attacks or deficiencies of governments, the whole of society is full of expectations and as soon as a space opens, it dives into it. For several years, we have developed a core discourse on free speech, right to information or the balance of the infrastructures, whose effect and objective are to facilitate participation by individuals and organisations, beyond rigged parliamentarian and political debates.

The continuous urgency to answer irresponsible or precipitated propositions coming from the government, political parties, or their spokespersons in Parliament stands in the way of in-depth reviews and proposals, and hampers our capacity to seize new social issues in the digital space.

For all these reasons, we have decided to take a step back from legislative monitoring in France, at least until after the 2017 general elections.Nonetheless, through Les Exégètes Amateurs in particular, we will keep up attacking through legal means the dangerous laws voted by the Parliament. However, we will not systematically respond to populist or surrealistic speeches of politicians, we will not get into fights in order to make those that govern us realise that they are slowing killing our freedoms under the guise of ensuring our (illusory) security.

We will try instead to feed public debate through other means, without exhausting ourselves in daily battles against bureaucratic closed circles that give a deaf ear to experts and to the civil society. We remain hopeful that this open exchange of ideas may nonetheless feed the political programmes of those who still wish to reach the same objective as we do.

We will not knock on the doors of political parties ahead of the elections, but we do hope that some will take inspiration from our work.

We will write, we will publish, we will share. We will help our fellow citizens build a digital society that respects everyone's rights, whether by instructing people on digital security, by creating spaces for debate, by promoting Free software ideas and decentralised services, by participating in the creation of new Commons, by fostering and protecting freedom of speech, by feeding debates on copyright and the free circulation of culture and knowledge - that and many other things.

We will strive even harder to create an engaged citizenship able to anticipate and face the Internet's legal and political issues.

Are we giving up? Not at all. Rather, we are refocusing, concentrating on efficiency, refusing to legitimise a political game growing less and less democratic, and need to act where we can still make a difference.

This is why we have decided to reorganise our internal activity. We will pay less attention to the French legal landscape and instead focus more on the common action of the movements currently emerging in other countries all through Europe. More thinking, open to external interventions and external skills that we do not yet have in our teams. More writing, more graphic production, more audio, more videos. Less work with the political world and more with the individuals who are willing to come with us in this new direction. We will spend more time doing meaningful awareness campaigns, developing participation, decentralising our actions and engaging our volunteers, all while being more independent from agendas that are not set by us.

We hope that by reorienting our action, we will convince even more people to come work with us to build a digital world worthy of a democratic society. We invite all the associations and groups with whom we work already, or who share our goals and observations, to support us and work with us to foster a richer public debate on these questions. So that we will be stronger in the legal and political battles we will have to fight tomorrow.

Patrice ANDREANI

Compilation de logiciels libres

Le 17 May 2016 à 15:05:33

compilibre

Une nouvelle version de la compilation de logiciels libres pour Windows, en version 64bits, vient d’être publiée. Réalisée grâce à l’outil libre Compilibre, elle propose pas moins de 60 logiciels, autant dire qu’il y a de quoi couvrir tous ses besoins. Les critères de choix ont été :

  • richesse fonctionnelle;
  • licence(s) libre(s), de préférence copyleftées;
  • logiciels disponibles à la fois pour Windows, Mac OS X et GNU/Linux, pour faciliter le passage de Windows à GNU/Linux ou de Mac OS X à GNU/Linux;
  • développement actif.

Cette compilation permet de visionner une présentation du logiciel, se rendre sur son site officiel, d’obtenir de la documentation et évidemment de l’installer. Tous les logiciels présents ont été testés et cette compilation est régulièrement mise à jour. Un manuel d’installation est disponible ainsi qu’un manuel d’utilisation du logiciel Compilibre.

C’est un bon moyen de se préparer à migrer vers GNU/Linux que de commencer à utiliser des logiciels libres existants également sous Windows. Bonne initiative 😉

 

rhertzog.png Raphaël HERTZOG

Mes activités libres en avril 2016

Le 17 May 2016 à 10:07:22

Mon rapport mensuel couvre une grande partie de mes contributions au logiciel libre. Je l’écris pour mes donateurs (merci à eux !) mais aussi pour la communauté Debian au sens large parce que cela peut donner des idées aux nouveaux venus et que c’est également un des moyens les plus effectifs de trouver des volontaires pour travailler sur les projets qui me tiennent à cœur.

Debian LTS

J’ai pris en charge une nouvelle proposition de sponsoring, de la part d’une société souhaitant voir Wheezy continuer à supporter les architectures armel et armhf. Cela ne faisait pas partie de nos plans initiaux (arrêtés lors de la dernière DebConf) et, en conséquence, j’ai envoyé un message à toutes les équipes impactées de sorte à ce que ce changement, s’il devait survenir, soit approuvé collectivement. Alors que je m’attendais à recevoir une réponse claire assez rapidement, il s’est avéré que nous ne sommes jamais parvenus à obtenir un retour de la part de toutes les parties impliquées. La discussion a dérivé, à la place, sur la question plus générale de savoir comment nous devions traiter le sponsoring/donation au sein du projet LTS.

Fort heureusement, les mainteneurs de buildd ont confirmé être d’accord avec ce changemement, tandis que les ftpmasters n’y voyaient pas d’objections, ce qui a implicitement acté cette décision. Ansgar Burchardt a conservé les architectures armel/armhf dans le dépôt wheezy/updates lorsque le support a basculé du côté de l’équipe LTS, et Aurélien Jarno a configuré wanna-build de sorte à ce qu’il continue de compiler armel/armhf pour la suite. L’équipe DSA n’a pas confirmé que ce changement n’entrait pas en conflit avec l’un de leurs projets de mise hors service de matériels. Quoi qu’il en soit, les démons de compilation constituent des ressources partagées, et un seul serveur gère généralement la compilation des paquets pour plusieurs versions de Debian.

DebConf 16

Je me suis inscrit ce mois-ci pour la DebConf 16, et soumis plusieurs propositions de sujets pour des présentations/tables rondes :

  • Retour d’expérience de Kali Linux en tant que distribution dérivée de Debian, basée sur Testing (présentation);
  • Deux années de travail, réalisées par des contributeurs rémunérés, au sein du projet Debian LTS (présentation);
  • Utiliser l’argent de Debian pour financer les projets Debian (table ronde).

Je souhaite partager la configuration que nous utilisons dans Kali, dans la mesure où elle pourrait être utile à d’autres distributions dérivées, mais aussi à Debian elle-même, afin de faciliter les échanges avec les distributions dérivées.

Je souhaite également rouvrir le débat concernant l’utilisation de l’argent au sein de Debian. C’est un sujet difficile que nous devrions vraiment aborder, afin d’arrêter officiellement une position sur ce qu’il est possible de faire, ou de ne pas faire, avec cet argent. Debian LTS a permis de démontrer que l’argent pouvait être utilisé dans une certaine mesure, sans que cela n’affecte le projet Debian en tant que tel. Est-ce que cela peut être transposé à d’autres équipes ou projets ? Quelles sont les limites ? Pouvons-nous définir un cadre d’utilisation et clarifier les règles ? je m’attends à une table ronde très intéressante. Mehdi Dogguy a accepté d’animer cette table ronde avec moi.

Empaquetage

Django J’ai poussé la version 1.8.12 vers jessie-backports, ainsi que la version 1.9.5 vers unstable. J’ai créé deux rapports de bogue auprès de l’amont (n°26473 et n°26474) pour des problèmes repérés grâce à lintian.

Malheureusement, lorsque j’ai voulu faire de même vers unstable, la suite de tests n’a pas fonctionné. Après analyse, j’ai attribué cela à une régression dans SQLite. Chris Lamb a créé le rapport de bogue n°820225, et j’ai contacté les développeurs amont Django et SQLite par email, pour leur indiquer le souci. J’ai aidé l’auteur amont SQLite (Richard Hipp) à reproduire le problème, après quoi il a soumis très rapidement un patch, qui a atterri dans la version 3.12.1.

J’ai réalisé plus tard dans le mois un autre envoi, pour corriger un bogue de mise à jour (cf. le n°821789).

GNOME 3.20 Comme pour chaque nouvelle version, j’ai mis à jour gnome-shell-timer, de sorte à ce qu’il fonctionne avec le nouveau GNOME. J’y ai passé cette fois-ci un peu plus de temps qu’à l’habitude, afin de corriger une régression (cf. le n°805347) datant d’il y a bien longtemps déjà, et qui n’aurait jamais été corrigée autrement, l’auteur amont ayant déclaré orpheline cette extension (n’utilisant lui-même plus GNOME).

J’ai également rencontré des problèmes d’affichage, à savoir que les caractères accentués étaient affichés sous les caractères suivants. Avec l’aide de membres de l’équipe GNOME, nous avons découvert qu’il s’agissait d’un problème spécifique à la police cantarell, et n’était déclenché qu’avec Harfbuzz 1.2. C’est consigné dans Debian via le bogue n°822682 en ce qui concerne harfbuzz, et n°822762 pour ce qui est de fonts-cantarell. Une nouvelle version amont (incluant le correctif) est prête à être empaquetée, mais reste malheureusement bloquée par l’absence d’une version récente de fontforge dans Debian. J’ai donc contacté debian-mentors dans l’espoir de trouver des volontaires qui pourraient aider l’équipe pkg-fonts à en empaqueter une version plus récente…

Travaux divers Debian/Kali

Distro Tracker J’ai commencé à parrainer Vladimir Likic, qui m’a contacté dans le but de contribuer au Distro Tracker. Je l’ai aidé à mettre en place son environnement de développement, et nous avons corrigé quelques problèmes ce faisant.

Rapports de bogues J’ai créé de nombreux rapports de bogue, la plupart du fait de mon travail pour Kali :

  • n°820288: requête demandant le maintien d’un paquet WordPress installable sur les versions anciennes (du fait du renommage de nombreux paquets php);
  • n°820660: requête demandant le support des index by-hash dans reprepro;
  • n°820867: possibilité de surcharger la priorité de paquets déjà installés dans reprepro;
  • n°821070: problème de samba-vfs-modules lors de la mise à jour de jessie vers stretch;
  • n°822157: python-future masque et casse python-configparser;
  • n°822669: dh_installinit ajoute des autoscript inutiles pour les scripts System V, lorsque le paquet n’en contient aucun;
  • n°822670: dh-systemd devrait être fusionné avec debhelper, car nous disposons de systemd par défaut, et debhelper devrait le supporter correctement par défaut.

J’ai également étudié le n°819958 qui affecte testing, dans la mesure où il a été remonté dans Kali également. J’ai réalisé un envoi de dh-make-golang en tant que non-mainteneur, afin de corriger le problème du n°819472, que j’avais rapporté auparavant.

Merci

Rendez-vous au mois prochain pour un nouveau résumé de mes activités !

Ceci est une traduction de mon article My Free Software Activities in April 2016 contribuée par Weierstrass01.

Aucun commentaire pour le moment | Vous avez aimé ? Cliquez ici. | Ce blog utilise Flattr.

april.png Nouvelles April

Histoire du logiciel VLC - Jean-Baptiste Kempf

Le 17 May 2016 à 08:53:46


Titre : Histoire du logiciel VLC
Intervenant : Jean-Baptiste Kempf
Lieu : Nevers - Galerie des Chapelains
Date : Mars 2016
Durée : 59 min
Licence : Verbatim
Pour écouter l'enregistrement

Transcription

On est là pour parler de VideoLAN1. VideoLAN, c'est une association loi de 1901 qui existe depuis quelques années, mais en fait, c'est un projet qui date d'il y a très longtemps et dont le but c'est que l’icône devienne Les Maîtres du monde !

C'est une histoire complètement débile et complètement délirante qui commence à peu près il y a vingt ans, à l’École Centrale Paris. Ça, c'est le super campus de l’École Centrale Paris, perdu à 20 kilomètres au sud de Paris, avec absolument rien à foutre. L'histoire commence, en fait, dans les années 60. L’École Centrale Paris, qui s'appelait à l'époque l’École Centrale des arts et manufactures était à Gare de Lyon et il n'y avait pas assez de place. L’École Centrale Paris, contrairement à la plupart des autres grandes écoles, c'est une école qui dépend de l’Éducation nationale, et l’Éducation nationale n'a pas d'argent. Ils décident de construire une nouvelle école et puis, comme ils n'ont pas le pognon et que le terrain ça coûte cher en région parisienne, ils décident donc, puisque l’École s'appelle Centrale, de la mettre à Clermont-Ferrand. Ce n'est vraiment pas une blague. C'était vraiment les plans, et là il y a des anciens élèves qui ont fait : « Hou là, là, ça nous fait chier ! » Donc ils sont allés trouver un truc à côté du parc de Sceaux, c'est ce que vous voyez en haut à droite, ils ont acheté un terrain — ne vous inquiétez pas, je parle de VLC, il n'y a pas de souci. Ils ont acheté un terrain, ils arrivent, ils posent leur terrain et ils disent à l'école : « Écoutez, nous on a un terrain, on a construit le campus », c'est ce que vous voyez, tous les bâtiments là, à peu près. Et puis bon, quand même, il faut qu'il y ait des cours, « alors construisez votre machin en haut, grosso modo, allez-y, mais c'est nous qui avons le campus »,e qui est intéressant. C'est une école qui n'a pas son campus parce que le campus appartient, en fait, aux anciens élèves et c'est très important pour la suite.

Qu'est-ce qui se passe dans les années 80 ? Je ne sais pas pourquoi, IBM et Bouygues, qui avaient construit la résidence, arrivent et mettent du réseau qui était du Token Ring2. Est-ce qu'il y a quelqu'un qui sait ce que c'est que le Token Ring ?

Public : Ils vont en entendre parler en cours de réseau.

J. B. Kempf : D'accord. Alors le Token Ring, je vous explique. C'est un réseau qui est donc en boucle comme son nom l'indique et l’intérêt c'est, qu'en fait, quand on veut parler sur le réseau, tout le monde est sur la même boucle et on prend le jeton, le token et on parle et voilà.

Dans les années 80, quand c'est pour faire du mail, du Gopher et du Telnet, grosso modo ça va, quoi ! Le problème, c'est que dans le début des années 90 on commence à jouer à Doom. Non, mais je vous raconte vraiment l'histoire de pourquoi on a commencé VLC ! C'est vraiment une histoire de « j'avais envie de jouer à Doom ». Et donc, le problème, c'est que plus tu as de cons qui sont sur ton réseau, plus ta latence est grande. Et donc tu ne peux pas fraguer tranquille, et donc ça fait chier.

91/92/93, régulièrement les étudiants, puisqu’en fait c'est une association qui s'appelait VIA – Centrale réseau, arrivent et qui vont voir l'école en disant : « Écoutez, le réseau Token Ring, c'est vraiment… On pourrait avoir un nouveau réseau ! » Et alors là, l'école dit : « On voudrait tellement vous aider, mais vous comprenez, le campus ne nous appartient pas. On ne peut rien faire pour vous ». Et en fait l'idée c’était, grosso modo, « vous en avez besoin pour jouer aux jeux vidéo ».

Maintenant, c'est peut-être un peu plus logique, mais 93 on est vraiment avant le début du web grand public. Le web grand public c'est 95/96 pour les early quoi, à peu près au moment de l'ordinateur Pentium 75. Donc voilà. Donc ils se font un peu chier et puis il y a quand même quelqu'un qui dit : « Je vais aller voir des industriels. On va voir ce qu'ils peuvent nous dire. » Donc il va voir Bouygues. En fait Bouygues, à ce moment-là, c’était aussi TF1 et le début du satellite, CANALSAT, les anciens de CANALSAT, et il y a un gars de Bouygues qui dit : « Écoute, nous on a commencé à faire joujou sur du numérique avec la télé, mais si jamais vous êtes capables de prendre le flux télé du satellite et de le balancer sur votre réseau, donc de détruire votre réseau parce qu'un truc Token Ring, jamais il ne prendra ça, et de décoder sur chacun des PC, je vous paye un nouveau réseau ». Vous ça ne vous semble pas logique, mais là on est en 95. C'est 12 ans avant YouTube, c'est avec des 486 ou des Pentium 90. Donc faire du décodage vidéo MPEG-2, donc les DVD quoi, audio et vidéo sur un soft, c'est de la science-fiction quoi ! Et les mecs disent : « Mais vous êtes complètement barges ». Et puis les étudiants disent : « OK, on va essayer ». Ils avaient vraiment envie de jouer à Doom !

Là, sur le bâtiment B, en fait, ils installent une antenne satellite et donc ils bossent. Grosso modo il leur faut un an, avec l'histoire de taxe d'apprentissage, taxe professionnelle. Tous ceux qui connaissent un peu ça, c'est un peu compliqué. Et puis ils commencent à coder, et à la fin ils ont donc une démo, au bout d'un an et demi, qui marche. Donc la démo elle dure trente secondes, parce qu'au bout de 40 secondes il n'y a plus de RAM dans le PC parce qu'il y a forcément des…, mais ça on ne le dit pas. Et ils sont capables, sur une sorte de Linux, de faire fonctionner ce truc-là. Et c'est un succès et ils sont trop contents. Et le projet s'appelait donc « Projet Network 2000 ». Hou ! Et c'est comme ça, en fait, qu'arrive à Centrale Paris, le projet VideoLAN.

Voilà hop ! C’est ce que je vous disais, le premier projet. Et puis ils décident, en fait en 98, de recommencer le projet, mais avec plusieurs idées en tête. La première idée c'est qu'ils veulent que ce soit open source et que ce soit réutilisable à l’extérieur, parce qu'ils disent qu'il y a d’autres gens qui peuvent en avoir besoin. Que ce soit modulaire et que ce soit cross-platform. Attention, je vous calme, cross-platform, là l'idée c’était d’être à la fois sur BeOS et Linux. Le reste on s'en foutait.

Network oriented, ça c'est super important parce que c'est une des décisions qui va faire que VLC va devenir hyper populaire. C'est un lecteur qui doit un être lecteur pour lire des flux réseau. Et puis c'est un projet étudiant.

Ça leur prend à peu près deux ans à se battre avec l'école pour transformer tout ça en GPL, puisque l’école avait comme seule idée, l'idée de récupérer le décodeur MPEG-2, de le revendre, licence, etc. Sauf que c’était des étudiants qui faisaient ça sur leur projet de deuxième année. Ils faisaient 150 heures, ils n'avaient pas envie de bosser gratos pour l'école, grosso modo. Je ne vais pas dire que c'est pas des gentils, mais en tout cas…

Voilà. VideoLAN, en fait, ça fait plein de projets, et c’était donc un groupe de projets. Il y a plein de projets qui sont morts. Ça fait partie du deal. Mais il y en a deux qui sont, enfin, il y en a deux qui étaient assez connus à l'époque. Il y avait donc VideoLAN client, qui est devenu donc VLC, et puis VLC Media Player. Et puis il y avait serveur qui s'appelait VideoLAN Server et donc qui s'appelait VLS. Et puis il y avait plein d'autres trucs complètement délirants, notamment une façon de faire du multicast sur un réseau qui ne supporte pas du multicast avec DVLAN. Si un jour il y a des gens qui ont de l'estomac, je vous raconterai.

Voilà. Il y a plein de bibliothèques, de décryptions DVD, décryptions de Blu-ray, etc., et donc c'est plein de projets qu'on hausse. Évidemment le projet que les gens connaissent bien c'est VideoLAN, c'est VLC.

Et le deuxième projet que les gens connaissent bien c'est 264, qui est donc le meilleur encodeur au monde de vidéo, qui est utilisé par tout le monde, aussi bien par les pirates, évidemment, que par YouTube, Facebook et tous ces gens-là qui n'utilisent évidemment que ça.

Ça, c'est le schéma qui avait été fait en 2003. C'est assez intéressant parce qu'en fait rien n'a changé, à part qu'il y a certains projets qui sont morts. Vraiment, l'idée c'était on prenait tous les inputs que ce soit en fichiers, en DVD, le satellite, ou la TNT. On prenait avec VLC. Soit on le ré-encodait et on l'envoyait sur le réseau, soit avec VLS. Et puis on voyait, et puis on avait des clients. Ça c’était le projet VideoLAN, c'était vraiment l'ensemble de la solution. VLC en fait c'était à l'origine juste un des clients, et puis ensuite c'est devenu la chose… plus connue.

Juste un petit point. L'idée d'open source c'est clair pour tout le monde ? Ouais ?

Public : Inaudible.

J. B. Kempf : Alors tu me tutoies parce que je ne suis pas vieux et je vais le prendre hyper mal, ça c'est clair. La différence entre open source et free software ? Ouais. Bon ça commence à être un peu plus compliqué !

Alors c'est quoi l'open source ? L'open source, c'est comme la cuisine. La seule façon d'expliquer aux gens facilement, c'est la cuisine. Qu'est-ce qui se passe quand vous faites de la cuisine ? Grosso modo, vous avez une recette qui arrive. On vous dit : « Prenez 100 grammes de sucre, 20 grammes de beurre, etc., du chocolat », et vous suivez la recette de façon assez basique, et à la fin ça vous fait un gâteau au chocolat. C'est, grosso modo, assez facile.

Et puis quand vous allez au restaurant, en fait vous allez chez un grand maître, et là, il sort une sorte de moelleux au chocolat avec des trucs, des copeaux, etc., vous voyez le truc ? Et vous n'avez absolument aucune idée de comment il l'a fait. Parce que d'abord, il y a les trois quarts des ingrédients, on ne sait pas ce que c'est, et ensuite avec votre four, jamais vous n'arriverez à faire ça.

C'est exactement la même chose pour l'informatique. En fait les programmeurs écrivent du code qui est transformé en instructions élémentaires, mais qui est, finalement, juste une très longue recette de cuisine. Il faut faire ça, c'est juste qu'on vous donne tous les ingrédients, toutes les instructions, on vous donne même les paramètres du four qu'on compile là-haut et en fait, ça marche.

Et donc, pendant très longtemps, des grosses boîtes comme Bill Gates dont on parlait tout à l'heure, vous donnent juste le résultat final, le gâteau, un word.exe. Vous double-cliquez. Ça marche, ou pas, mais en tout cas, vous n'avez jamais accès à la recette.

L'idée du logiciel libre c'est de se dire que tous ensemble on peut améliorer la recette. Par exemple, vous arrivez, votre grand-mère vous a donné une recette de gâteau au chocolat et puis vous dites : « Ah, il n'est pas assez salé quand même, pas assez sucré, je vais rajouter 20 grammes de plus de sel et 30 de sucre. » On s'en fout, c'est complètement débile, mais ce n'est pas grave. Il y a un mec qui va dire : « Tiens essaye », et puis un autre qui va dire : « Ah ce n'est pas mal, mais au lieu de mettre ton four à 222 degrés, mets-le à 212 ». Et en fait, comme ça, chacun va améliorer et transmettre la recette, pour que tout le monde soit capable de faire le meilleur gâteau au chocolat.

C'est super important parce que, finalement, toute votre vie va passer devant des écrans ou derrière des écrans. De toutes façons, je pense qu'il n'y a quasiment plus aucune activité aujourd'hui, que vous faites, à part la pêche, quand vous y allez, et encore, puisque de toutes façons les gars qui ont conçu votre canne à pêche, ils l'ont fait derrière un PC. En fait, l'intégralité de ce qui va se passer est numérisée, tous vos loisirs sont numériques, une bonne partie de votre boulot, finalement, est numérisée. Donc c'est super important de comprendre ce qui se passe. Parce que, malheureusement, un ordinateur c'est complètement débile, mais ça le fait très, très vite. C'est vrai ! Le nombre de fois où tu vois des gens qui s'énervent devant leur PC : « Ah il ne fait pas ce que je dis ! » Non, non, il fait ce que tu dis, ça c'est sûr, par contre, tu le fais mal. C'est super important, parce que la seule façon de savoir, par exemple, qu'il n'y a pas du cyanure dans votre gâteau au chocolat, c'est d'avoir la recette. D'accord ?

Donc l'open source, il y a des mecs absolument géniaux, notamment Richard Stallman, je trolle parce que c’est quand même un mec, un philosophe génial qui a donc ouvert la voie. Je pense juste, personnellement, qu'il est un peu has been, mais ce sont des gens qui ont justement vu. Et vous lirez, je vous conseille de lire, par exemple, Le Droit de lire3 qu'il a écrit il y a dix ans (NdT, en 1997 donc presque 20 ans). C'est une dystopie et on y arrive, mais en courant.

Qu'est-ce que c'est le logiciel libre ? Là on commence déjà à être un peu plus technique. Donc l'open source, en fait, c'est juste qu'on donne la recette. Mais juste donner la recette, ça ne veut pas dire qu'on vous donne tous les droits associés. Par exemple on peut dire : « Tiens regarde la recette, comme ça tu peux vérifier que tu peux faire bien le gâteau, mais on ne te donne pas, par exemple, le droit de revendre le gâteau ». Le logiciel libre, c'est vraiment une idée de liberté et de capacité d'étudier, de modifier, d'améliorer, de faire vraiment ce que vous voulez avec le logiciel. Et donc c'est aller plus loin, et c'est ce qui est assez important. Mais pour beaucoup de gens, la différence entre open source et logiciel libre est vraiment trop ténue.

Le multimédia

VideoLAN c'est donc un projet qui fait de l'open source et du multimédia. Qu'est-ce que c'est le multimédia ? Une définition ? Quelqu'un ? Non ? Si vous voulez, le multimédia c'est la lecture synchronisée d'un ensemble de flux qui vous permettent de recréer plusieurs sens. Ça veut dire que, potentiellement, vous avez de façon temporelle, du son, de la vidéo, pour vos oreilles, mais aussi, par exemple, on pourrait avoir un truc qui diffuse des odeurs. Ou quand vous avez les Emacs 4K, 4 dimensions, du toucher, des choses comme ça. Et tout ça, c'est synchronisé. Ça peut être beaucoup de choses, notamment si vous voyez des trucs d'artistes, très compliqués. Souvent, quand on parle multimédia, maintenant, on parle vraiment de la partie vidéo, c'est-à-dire on joue une piste de sous-titres, une piste d'audio et une piste vidéo en même temps, comme quand vous allez au cinéma.

Le problème du multimédia c'est que c'est n'importe quoi ! Le multimédia c'est n'importe quoi pour deux raisons. Il y a deux règles, c'est que dans le multimédia, s'il y a une façon de faire un truc complètement idiot, il y a quelqu'un qui va le faire et qui va se plaindre jusqu'à ce que ce soit un standard. Vous regarderez, tous les standards que vous voyez dans le multimédia, c'est tous entre du complet what the fuck à du catastrophique n'importe quoi. Pour plein de raisons, notamment des raisons économiques où, grosso modo, ils n'ont pas réfléchi à ce qu'ils voulaient faire et puis « on a notre encodeur vidéo qui produit ce format-là, ça coûte 100 000 euros de changer mon encodeur ! Eh bien ce n'est pas grave, on va modifier tout le reste ! Après ça va être n'importe quoi, mais ce n'est pas grave, ce n'est pas mon problème, ce n'est pas moi qui les lis, les vidéos. »

Et le deuxième point c'est, dans le multimédia tout le monde pense qu'il sait tout alors qu'en fait, il ne sait pas grand-chose. Le nombre de gars que tu vois : « Ah ouais j'ai trouvé un tuto. Je prends ce format, cet encodeur, je le mets, je vais mettre ça dans ce format, du MP4. Ah c'est de l'AVI, ah ce n'est pas grave parce, etc. ». Il y en partout. Alors ça c'est un peu calmé, quand même, mais dans les années 90/2000, notamment au moment où on a commencé à faire pas mal de piratage et les DivX et les tutoriels, etc., c’était absolument n'importe quoi ! Le résultat, c'est qu'en fait, c'est globalement le bordel.

Donc il y a un syndrome not invented here absolument partout. Il y a 42 façons de faire tout et bien sûr, les meilleures façons ne sont jamais celles qui sont utilisées. Tout ce qu'on appelle les formats vidéos, c'est-à-dire MP4, AVI, OGG, MKV, etc., ils sont tous absolument catastrophiques, voire calamiteux. Là on vient de se taper 10 ans de web avec un format qui s'appelle le FLV, qui est encore moins fonctionnel que l'AVI qui, quand même, date du début des années 80. Il faut quand même le faire ! Les mecs de l'open source adorent un format qui s'appelle OGG, qui est absolument catastrophique, calamiteux et complètement pourri. Pour vous donner une idée, juste pour être capable de connaître les temps de la vidéo dans de l'OGG, ça dépend du codec, donc le conteneur, en fait. C'est donc finalement votre petite boîte qui vous donne, grosso modo, une longue timeline en vous disant « voila toutes les secondes » et qui vous donne les blocs à décoder et à afficher. Dans de l'OGG, par exemple, il faut aller dans le décodeur pour être capable de l'afficher.

Des codecs, dans VLC, il y en a, je ne sais pas, trois, quatre cents, cinq cents peut-être, avec, bien sûr, chacun, notamment le HD 6.4, une douzaine de profils et à peu près six ou sept levels. Voilà. Et puis, bien sûr, il y en a de tout. C'est le bordel mais c'est bien pour nous parce que nous, on est capables de le faire et c'est pour ça que VLC, c'est connu.

Je continue. Il y a encore plein d'exemples de trucs tout pourris et en plus on a les gens du web qui sont géniaux. Qui, bien sûr, n'ont jamais fait de vidéo de leur vie, mais ils savent tout et ils nous ont pondu de trucs géniaux comme le WebVTT, ou le HLS et l'adaptive streaming qui sont, bien sûr, de la merde ! Bon, bref !

Le multimédia, c'est le bordel, mais c'est cool parce que le résultat, c'est ça qui est intéressant. Notamment dans le multimédia, il y a des choses qui sont très mathématiques, donc qui sont finalement très compliquées mathématiquement, avec des transformées de Fourier, des transformées en cosinus discrètes, des onglets. Plein de choses très intéressantes mathématiquement, donc c'est très compliqué et en plus c'est très complexe parce que, comme vous avez vu, il y a 28 milliards de formats, 28 milliards de… Et donc, réussir à faire une solution qui marche à peu près partout, c'est quand même super chaud ! Et là arrive le cône, le VLC.

Souvent ça arrive, j'arrive et je dis : « Bonjour !

- Qu'est-ce que tu fais dans ta vie ?

- Moi je bosse sur VLC.

- Non, non !

- Si, si, le cône-là, le truc-là sur ton PC qui lit les vidéos.

- Ouais ! Le cône qui lit les vidéos.

- Ouais ! »

Alors évidemment, c’était une idée complètement débile de choisir un cône pour une application, mais en fait c'est génial, parce que personne de sain d'esprit ne prendrait ça et donc, résultat, c'est hyper reconnaissable. Tu vas partout : « Ah oui le cône qui lit les vidéos ». C'est impossible d'en changer, même si tous les mois on a un mec qui nous dit : « Il faut en changer », et bien sûr, on ne le fera pas !

VLC ça a été connu parce que ça lisait tous les formats et notamment… Ouais, je ne sais pas, il y a des gens qui ont utilisé Kazaa, eMule ? Ouais un peu ? Ouais ? Edonkey ? Ouais voilà. On est en 2003/2004, on a des 56 K ou des ADSL « pourraves ». Télécharger un film de 700 mégas ça te prend à peu près 24 heures. Il y a des gens encore ?

Public : Ça prend ça encore !

J. B. Kempf : Je suis désolé ! Bref ! Donc je commence à télécharger mon truc et qu'est-ce qui se passe ? Eh bien en fait, au bout de 50 mégas, tu as quand même envie de savoir si, alors que tu étais en train de télécharger ton Disney, c'est bien ton Disney et pas un gros « boulard » de film adulte, etc. Ou l'inverse : si tu télécharges ton film adulte, tu n'as pas envie de te retrouver avec ton Disney. Et en fait, la raison pour laquelle VLC a été utilisé, c'est que, comme vous avez écouté tout à l'heure et je vous ai dit que VLC était un lecteur network oriented. Les DivX, c'est dans l'AVI, en fait les informations sont à la fin du fichier. Quand tu utilises Windows Media Player ou même la plupart des autres lecteurs, ils arrivent et ils font : « Eh bien je vais à la fin du fichier. Eh bien non tu ne l'as pas téléchargé ». Ils te font :« Eh bien désolé, tu ne peux rien faire. »

VLC, comme c'est un lecteur réseau, dès le début il te fait :« OK, je n'ai pas toutes les informations, mais je vais voir ce que je peux faire », puisque dans le réseau, les choses elles arrivent le long. En fait VLC, très rapidement, était capable de lire les fichiers avant que tu aies fini de les télécharger et donc c'est quand même globalement pas mal. Évidemment ça marche toujours, même avec BitTorrent ou d'autres choses comme ça. Mais bon, pour certaines personnes c'est un peu plus rapide. Peut-être pas pour d'autres !

Ça, c'est une des raisons pour lesquelles VLC est devenu très connu. Et la deuxième raison c'est que, comme justement on voulait que ça soit cross-platform, ça a été très vite porté sous Mac OS et sous Windows. En fait, c'est devenu ouvert en 2001, en GPL, et en 2002, ça marchait déjà sous Mac OS et sous Windows, et notamment, c’était finalement la seule façon de lire des DVD sous Mac. C'est pour ça qu'on a eu… Bon ! VLC, ça marche. Comme je l'ai dit juste avant, ça lit tout et ça marche partout ! Mac, Windows, Linux, BeOS.

Public : Ça ne marche pas sur menu iOS.

J. B. Kempf : On vient de voir, tout à l'heure, que ça ne marchait pas sur menu iOS. On va travailler là-dessus. Mais par exemple, le port actuel de VLC marche très bien sous OS/2. Donc les cinq gars au monde qui utilisent OS/2 sont très contents. Évidemment, on marche sur toutes les formes de BSD, Solaris et autres trucs comme ça. Dernièrement évidemment, sur Android, iOS, AppleTV. On va en reparler.

VLC est un logiciel qui est quand même très téléchargé. On parle à peu près d'un million de téléchargements par jour. Deux tiers ça doit être des mises à jour et un tiers ça ne l'est pas. Sur notre site web on a compté plus de deux milliards et demi de téléchargements. Ça, c'est à l'extérieur des distributions Linux ou des telecharger.fr et tous ces gens qui, évidemment, ont le droit puisqu'ils ont le droit de redistribuer VLC. C'est installé sur un Mac sur six et c'est dans le top 15 des logiciels sous Windows, ce qui n'est quand même pas mal pour un projet logiciel qui a été géré par des étudiants pendant très longtemps. Et puis, comme j'aime bien le dire, c'est donc le logiciel français le plus utilisé au monde et le moins rentable !

Rires. Applaudissements

VLC lit tous les formats. Comme je le disais tout à l'heure, ça lit les DVD depuis très longtemps, ça lit les Blu-ray, mais pas chiffrés. Je ne sais pas si vous avez suivi dans la presse, je ne me suis pas mal battu avec HADOPI pour ça. Ça a été assez marrant. Évidemment tout ce qui est Network et tous les fichiers, c'est non seulement tous les formats, mais aussi toutes les sources.

Je vais vous montrer quelques petites versions de VLC dans le passé. Là si vous regardez bien, vous voyez qu'il y a encore écrit « VideoLan Client » et si vous êtes fort, vous voyez que c'est ? C'est quoi le film ?

Public : C'est un James Bond.

J. B. Kempf : Ouais, c'est un James Bond et c'est lequel ? Donc ça, c'est GoldenEye et c'est, en fait, le premier DVD qu'on a réussi à lire avec VLC. Là, si vous voyez bien, c'est un Gnome, un Gnome 1 quoi, un truc absolument inutilisable. C'est surtout important parce que c’était le premier DVD qu'on avait sous la main et c'est pour ça que toutes les versions de VLC ont été nommées par des noms de James Bond.

Là, ce sont les premières versions. Ça, c'est un Gnome 2, non, un truc comme ça, un 2.4, ça ressemble pas mal à ça. Et donc, c'est la première lecture de fichier TS en distant. La première version sous Mac avec un joli look glossy, complètement has been.

Ça, c'est la version que la plupart des gens ont connue, c'est la 08.4 ou les 08.6, qui est écrite en wxWwidget, une bibliothèque de widgets qu'il ne faut absolument pas utiliser ! Mais voilà ! C'est à ce moment-là, en fait 2004, que les gens ont commencé vraiment à utiliser VLC. Il y a eu un million de téléchargements en 2005. C'est la première version qui a dépassé le million de téléchargements. C'est sûr, aujourd’hui c'est un peu ridicule.

Public : Inaudible.

J. B. Kempf : Donc là, c'est la version sous Mac, ça doit être un Mac OS 10.2, 3, un peu plus moderne comme look. Et puis là, c'est la première version sous Qt sous Windows.

Ça c'est évidemment la meilleure version parce que c'est celle qui joue les poneys. On a évidemment quelques brownies dans l’équipe des développeurs. Ça, ça doit être un Gnome 3 à peu près.

Ce qui est important c'est que, pendant très longtemps, ça a été géré des étudiants sur leur temps de deuxième année, sur leur temps libre. Et puis, eh bien, le reste ça a été ensuite géré par une communauté de gens qui faisaient ça sur leur temps libre. Les gens ont tendance un peu à oublier quand on voit le nombre de gens qui utilisent VLC.

Ça c'est M. Sam Hocevar4 qui est un des papas de VLC. Cette photo elle est bien ridicule. J'aime bien.

Avant c’était donc à l’École Centrale Paris, géré par l'association du réseau de Centrale Paris. Moi, j'ai commencé à bosser sur VLC en 2005. Et en 2008 j'ai créé l’association VideoLan et j'ai sorti ça de l’École Centrale, pour plein de raisons. Mais évidemment, maintenant, on arrivait à un moment où il y avait plus de développeurs à l'extérieur de l'école qu'à l'intérieur de l'école. Et puis que l'école, grosso modo, nous a un peu mis dehors, ce qui est quand même con, parce que quand je me balade et que je parle de l’École Centrale Paris, ils n'ont aucune idée. Aux États-Unis, ils n'en ont jamais entendu parler quoi ! Alors que quand je parle de VLC ! Clairement ! Donc c'est intéressant parce que c'est comment un projet étudiant devient plus connu que l'école qui l'a fait naître !

Voilà. Donc l'association, le but c'est de faire du logiciel libre et du multimédia. Et les membres ce sont des développeurs, principalement de VLC.

Alors comment on bosse ? Grosso modo on se voit deux fois par an. Une fois au FOSDEM5, en février, à Bruxelles, dans la neige, dans le froid et dans la pluie. Pour ceux qui sont allés au FOSDEM, ils savent que c'est l'habitude. Et puis sinon, les VideoLan Dev Days6, que maintenant on organise en septembre. On fait venir pas mal de gens de la communauté et grosso modo tous les gens du multimédia, autour de VLC.

On travaille, on a toujours travaillé sur IRC et par mailing-liste. On est passés à Git. en 2007, donc plus tôt, un peu plus tôt que les gens. Et on utilise absolument uniquement des logiciels libres pour fonctionner et ça, c'est important.

Voilà une petite photo des gens.

La Cathédrale et le Bazar7 c'est clair pour les gens ? Ça vous évoque quelque chose ? Un autre grand monsieur de l'open source et aussi un gros con, qui s'appelle Eric Raymond, a écrit un truc qui s’appelait La Cathédrale et le Bazar. Grosso modo, l'idée c’était que, à gauche, on a vraiment des cathédrales, on arrive, c'est planifié, c'est du Windows, en fait. On arrive, il y a un plan, il y a la gestion de projet. Et puis il y a l'autre partie, qui est donc la partie finalement open source, où on arrive et puis on va bien s'en sortir ! Ouais. Il y a de l'énergie qui va être perdue, mais au moins, elle ne sera pas perdue en réunions et puis on va fonctionner comme ça. Et puis, au milieu, il y a plein de gens. Par exemple Mozilla, ils font du Libre, mais grosso modo ils ne sont pas vraiment dans le bazar. C'est-à-dire que ça marche comme une grosse boite quoi ! C'est une boite qui a 500 millions d'euros de chiffre d'affaires. Ils arrivent, ils ont du marketing qui décide et ils font comme ça. C'est sûr, c'est bien parce que ce qu'ils produisent c'est bien sûr du logiciel libre, mais ce n'est pas la même la chose que nous ce qu'on fait, c’est-à-dire, grosso modo, il n'y a pas de direction et en fait ce sont des développeurs qui arrivent.

C'est important, parce que ça veut en dire que sur VLC, ce sont toujours les devs qui ont le pouvoir. C'est-à-dire tu codes ou tu fais quelque chose pour l'association, tu as ton mot à dire. Et notamment, c'est une des raisons pour lesquelles on voit absolument des trucs complètement débiles dans VLC. Je ne sais pas si vous avez déjà essayé la fonction puzzle de VLC. Vous irez regarder dans les options, il y a donc une petite façon de lancer votre vidéo, et puis ça se met comme un puzzle. Donc la vidéo est cassée. Ensuite vous cliquez et vous drag and droppez pour refabriquer votre vidéo. C'est absolument génial quand vous regardez des films français sur un trio amoureux géré par je ne sais pas qui, des trucs trop chiants. Très, très bien ! Complètement inutile ! C'est absolument inutile, mais ce n'est pas grave !

Dans la dernière version de VLC on a rajouté un filtre VHS pour les gens qui sont un peu nostalgiques, et donc, de façon aléatoire, il y a des artefacts qui apparaissent.

Public : C’était ça qu'on a regardé tout à l'heure !

J. B. Kempf : Voilà, exactement. Il y a une photo juste après, ne t'inquiète pas. Pourquoi ? En fait la réponse, on ne fait pas les choses parce que les gens ont besoin. On fait les choses parce que, un, ça nous amuse et deux, parce que c'est maintenable. Et ça, c'est super important ! C'est que VLC, malgré tout, c'est un logiciel qui a une qualité de code très élevée, alors qu'on fait des choses quand même assez chaudes, c'est-à-dire on fait du C, de l’assembleur. Les mecs, quand on parle de C++, on parle déjà de haut niveau. C'est sûr que quand tu codes en Python, les mecs ! Mais, en même temps, tu as 25 millisecondes pour afficher un truc. Tu as 25 millisecondes, pas une de plus ! Un décalage de 3 millisecondes entre l'audio et la vidéo, vous allez le voir. Donc on n'a pas le choix. Je ne vais pas avoir un langage avec un garbage collector qui va décider de poser tout pendant 120 millisecondes. Donc ça, c'est quand même très important.

Le code, il est mergé. Bien sûr, tu vas me dire que tu vas rester toute la vie à aider à voir ton code ! J'en ai vu à peu près 700, parce qu’il y a 700 personnes qui ont contribué sur VLC. Les gens, au bout de 6 mois, ils partent. Ils ont changé de boulot, ils ont changé d'endroit, ils ont trouvé une femme, ils ont whatever, ils ont des vies et ils s’arrêtent. Donc l'important, le critère d'acceptation du code pour savoir si je vais le faire rentrer dans VLC c’est « est-ce que je vais pouvoir le maintenir ? Est-ce que ton code, je vais pouvoir le maintenir ? » Et donc, si tu fais un filtre qui ne sert complètement à rien, je n'ai pas vraiment de raison de t’empêcher de le faire. C'est un truc qui est très facile à maintenir et donc ça va fonctionner.

Voilà. Bon, pour les fans de Git, nous on ne fait que du rebase, on ne fait absolument pas de merge. Ça permet d'avoir un historique assez clean, C'est assez important quand dans un projet comme VLC. oon a plusieurs centaines de commits par semaine, c'est quand même assez intéressant.

Pourquoi est-ce que VLC est devenu assez populaire ? Les gens qui étaient sous Linux, un petit peu avant, pendant très longtemps ils ont utilisé MPlayer et finalement, pourquoi est-ce que c'est VLC, qui est arrivé finalement plus tard, qui est connu ? Plusieurs raisons. La première raison, en fait, c'est que ce sont des modules. Dans VLC, le corps ne fait absolument rien et tout est fait dans les modules. Vous me dites : « Je ne vois pas trop, là, l’intérêt ». L’intérêt c'est que, quand vous voulez faire un logiciel qui soit cross platform, vous avez deux solutions. Soit vous faites un système de modules, où vous prenez le meilleur de chacune des plates-formes. Sous Linux vous allez sortir en Xvidéo, sous Mac vous allez sortir en OpenGL, sous Windows vous allez sortir en Direct3D pour afficher l'écran. Soit vous dites : « Je vais utiliser la technologie la plus commune et je vais essayer que ça fonctionne ». Ça c'est très joli sur le papier. Dans la vraie vie, pour les gens qui ont fait un peu de jeux vidéos, ils ont essayé d'installer Open GL sous Windows XP et ils en sont revenus. C'est absolument impossible ! Évidemment, quand on fait des trucs de précision comme de la vidéo, souvent ça merde quoi !

La deuxième raison c'est, qu’en fait, on fait un truc qu'on appelle du C+ - (C plus moins) ou C-- (C moins moins), c'est-à-dire qu'on fait, en fait, une sorte d'objet en C, en abusant des pointeurs de fonctions et des structures de structures de pointeurs de fonctions. Et c'est finalement assez élégant parce que ça marche assez bien. Ça permet de ne rien mettre dans le corps et de gérer tout dans des modules. Et vos modules sont chargés au runtime et ils réécrivent les pointeurs sur les fonctions, et ça marche pas mal.

Et le dernier c'est le network oriented pour regarder vos films adultes comme je vous l'ai expliqué tout à l'heure.

VLC, en fait, on a un corps qui assez petit, c'est cent mille lignes de code, ce n'est pas ouf. Et le corps sert juste à faire l'abstraction entre plates-formes, à gérer des modules, à gérer le réseau, grosso modo, et puis c'est tout. Ensuite, tout est fait dans des modules, et l'interface est un module. Donc vraiment, dans VLC, on peut rajouter et faire un peu ce qu'on veut et ça c'est une des forces de VLC.

Voilà. C'est ce que je vous racontais. Maintenant il y a un truc qui s'appelle LibVLC pour faire votre propre application, pour prendre le moteur de VLC, pour ne pas avoir à tout recoder, et c'est ce qu'on utilise.

Je vous disais de l'objet C. Par exemple, pour une sortie audio, on n'a quasiment que des pointeurs sur fonctions et, même les call back, ce sont des structures de pointeurs sur fonctions. Ouais, ça fait un peu peur, mais après c'est assez simple. Et puis on a pour tous les objets VLC ce qu'on appelle les VLC common members, et ça permet de faire une sorte d’introspection assez rapide et que ça marche bien, et ça évite d'avoir à déployer des grosses machineries. Alors c'est sûr, coder maintenant en C++ c'est plus facile. Au début des années 2000, les « compilos » C++, ce n’était quand même pas ça, surtout sur toutes les plates-formes.

La dernière slide technique pour vous montrer comment ça marche… Grosso modo… Quand vous lisez une vidéo, le protocole, c'est http, file, DVD… Donc c'est, grosso modo, l'explication de où aller récupérer les données. D'accord ? Genre vous avez une URL http://fichier.avi. C'est récupéré et là, vous avez donc le format. Donc ça c'est AVI, MKV, donc c'est la boite et dans la boite, vous allez en extraire plusieurs pistes : une piste de sous-titres, une piste vidéo, une piste audio, des métadonnées, et puis les sous-titres. Vous allez rendre ça. Les vidéos, vous allez les filtrer et puis les sortir. Et puis ici c'est votre œil et là c'est votre oreille. Et potentiellement vous pouvez ré-encoder et renvoyer sur le réseau.

Est-ce qu'il y a quelqu’un qui voit un truc bizarre sur ce schéma ? La synchronisation ouais, c'est le corps qui fait ça entre tous. À ce niveau-là. C'est juste pour vous montrer. Donc c'est plutôt, qu'est-ce ça veut dire ça ? Pourquoi cette flèche va dans ce sens-là ? C'est quand même bizarre non ? En fait VLC, quand vous allez sur YouTube, vous allez voir, alors pas pour tout le monde désolé, mais grosso modo ça arrive, ça télécharge tout, tout, tout ce que ça peut. Résultat, eh bien ils ont des algorithmes au niveau des serveurs pour ne pas t'envoyer trop de données. En fait, ils ne savent pas du tout quelle est la consommation de données. Si jamais tu arrives, ça se lance et finalement tu quittes ta page 10 secondes après, eh bien tu as téléchargé 50 mégaoctets de vidéo pour rien.

Dans VLC, c'est l’inverse en fait. C'est le format qui sait où il en est avec la synchronisation et qui dit : « Attention j'arrive à une seconde de la fin de mon buffer. » En fait c'est un buffer constant en temps où on dit : « Donne-moi un peu plus de données, donne-moi un peu plus de données, donne-moi un peu plus de données. » Ça veut dire que c'est très économe au niveau réseau puisque ça ne demande que ce dont on a besoin. Mais résultat, c'est un peu plus compliqué.

Ça c'est un peu trop technique, on s'en fout !

On a changé la licence du moteur de VLC qui est passé de GPL à LGPL pour que des gens puissent l'utiliser dans d'autres applications qui ne sont pas forcément avec des licences compatibles avec la GPL.

Je vais vous montrer des trucs complètement inutiles avec VLC.

Vous voyez VNC, RealVNC et rdesktop. Ouais ? Eh bien VLC est capable d’être client rdesktop et VNC. En fait, vous pouvez lancer votre VLC pour aller faire durer le mode desktop sur des machines très loin. Ça marche même avec la souris. Complètement inutile ! Génial ! Il y a des façons dans la playlist à vous avoir de l'intégration de contenus, de podcasts et de choses comme ça, que vous pouvez naviguer. Vous pouvez évidemment faire du Screengrab. C'est super cool le Screengrab, mais en général c'est assez lent, sauf quand on a des solutions vraiment spécifiques. Mais par contre, ça permet de faire une mise en abyme absolument inutile et complètement géniale. Tous les trois mois, sur Reddit il y a tout, des e-learns, « je peux faire une mise en abyme géniale ». Voilà. Complètement inutile ! Génial !

On peut faire des mosaïques. Comme je l'ai dit tout à l'heure, VLC ça permet de faire plus que juste lire de la vidéo, et donc en fait là c’était la mosaïque que vous aviez chez Free il y a quelques années, et on peut lire plein d'entrées. VLC va faire le mixing de toutes les entrées et les afficher voire les ré-encoder. Et pendant très longtemps les gens qui étaient chez Free voyaient ça et c’était VLC de l'autre côté.

Aussi ça nous permet de faire du pitch on picture ou du wall. Donc le wall, l’intérêt c'est que vous pouvez splitter la vidéo sur plein… et vous faire des murs complets d'écrans. Vous prenez vos écrans LCD, vous enlevez les bezels, vous accrochez tout ça, ça paraît un truc super beau et ça ne vous coûte absolument rien. Et en plus, on peut faire ça à travers le réseau avec une synchronisation qui s’appelle NetSync, où en fait on envoie les times stampscomme ça, ça vous permet de ne pas acheter un truc qui coûte une fortune.

Évidemment on sait lire du karaoké et du MIDI, parce que ! Évidemment il y a une interface en ligne de commande qui est en NCurse avec, évidemment l'écran lui ne l'est pas, mais si vraiment vous voulez on a évidemment la sortie en ASCii.art !

Rires

Alors quand même, on ne déconne pas, c'est de l'ASCii.art, ce n'est pas de l’Unicode. Donc le mec c'est Sam Hocevar, celui dont a parlé tout à l'heure, qui est un des seuls génies qu'on ait en France, et ça marche, et donc c'est du 256 couleurs. Pas plus. Vraiment incroyable !

On a évidemment une interface web et bien sûr plein d'autres trucs dans VLC qu'évidemment vous ne connaissez pas et probablement moi non plus.

Qui a un Android dans la salle ? OK ? Qui a une téléphone autre que Android dans la salle ? Ah ? iPhone ? Non ! Windows Phone ? Waouh ? OK. Autre chose que ? Non ça, il ne compte pas ça. Tu as quoi toi ?

Public : Inaudible

J. B. Kempf : Alors on a porté VLC sur Tizen8 mais Bada9 !… Faudrait pas déconner quand même ! Voilà on a porté VLC sur Android. Ce qui est important c'est qu'on continue à avoir une version qui marche depuis Android 2.1, alors que tout le monde est en train de droper le support pour 4.0. Évidemment, tout est open source et contrairement à la version desktop, on a vraiment une base de données multimédia pour faire de l’audio et de la vidéo. Voilà.

Bon, historique… Donc ça c'était la première version ; ce n'est pas très joli. Pendant très longtemps on avait cette espèce de warning qui vous disait : « Attention ça va tuer votre chat, détruire votre maison et démarrer l’apocalypse mania ». On a dû enlevé ce warning parce que les gens étaient vraiment flippés. C'est-à-dire qu'on a eu vraiment des gens qui nous ont envoyé des mails en disant : « Mais je n'ai pas envie que ça brûle chez moi ». OK. Donc moralité : il est impossible de faire de l'humour avec un million de personnes en même temps. On ne peut pas faire mille fois mille personnes et de l'humour… Après ça a pas mal évolué jusqu’au moment où est passé au mode Holo, c’était la version Holo et quand on a fini d’être Holo, eh bien Google a décidé qu'il ne fallait plus faire du Modern UI, donc évidemment c’était trop tard.

Ça c'est la version que les gens ont actuellement. Pour la version 3.0, on a une version qui marche sur Android télé, une version qui est un peu plus moderne, qui a été portée sur ChromeOS, un truc qui n'est pas très utile en France. On a évidemment une version sur iOS qui existe depuis quelques années sur iOS 6 et sur les iPads et, évidemment, une extension sur les watches. Alors on ne peut pas regarder son film depuis sa montre. On y bosse, ça va arriver bientôt. Mais c'est quand même pas mal pratique pour faire du contrôle.

Ça c'est la version sur l'AppleTV qui est sortie, et pour les gens qui sont sur Windows Phone voici la version WinRT qui fait en C-Sharp Unìversal Platform, qui va permettre de porter VLC sur la Xbox One rapidement. Donc en juillet vous pourriez avoir VLC pour regarder vos films que vous achetez légalement, évidemment, sur votre Xbox.

Comme je le disais on n'a pas vraiment de version sous Bada, mais on a une version sous Tizen, qui marche à peu près comme la version sous Android.

Ce qui est important c’est qu'il faut que vous nous aidiez, parce que c'est facile de contribuer. La façon la plus simple de contribuer, en fait, c'est d'utiliser VLC et d'en parler à vos amis, leur installer sur leurs ordinateurs et enlever les autres merdes qu'ils ont. Mais surtout faire de la pub.

Ensuite, coder, en fait. Rapporter des bugs, des traductions, mais surtout coder. Ça a été quand même commencé par des gamins. C'est un projet qui a été commencé par des gamins qui avaient votre âge, pour la plupart, 20 ans, 21 ans, qui étaient en école d'ingénieur, qui n'étaient pas plus intelligents que vous, qui étaient juste plus bornés et qui y croyaient. On peut vraiment faire des trucs incroyables et on n'a pas besoin d’être à Paris ou dans une grande école pour le faire. C'est comme ça que ça marche le logiciel libre et ça, c'est quand même top !

Qu'est-ce qu'on va faire ? Voilà. La prochaine version c'est la version 3. On a déjà fait plus de 6300 comits, plus quelques milliers sur les versions portables. L’idée c'est de réussir à faire une version sur toutes les plate-formes en même temps. Pourquoi ? Parce qu'en fait, si vous regardez bien, maintenant on a un peu une bataille entre Google, Apple et Microsoft. Et la question c'est « est-ce qu'on peut se trouver à chaque fois sur leur desktop, sur leur mobile et sur leur télé avec une bonne version de VLC ? » Eh bien on en train de le faire, c'est en train d'y arriver. Évidemment tout le monde se moque de moi quand je vais réussir une version 3.0 en une seule fois. Ça veut dire, quand même, qu'il faut faire deux versions pour Windows (32, 64 bits), une version sous Mac, un nombre important pour des distributions Linux, une dizaine de versions sur Android, puisqu’il y a évidemment une dizaine d'architectures sur Android, une version sous ChromeOS. Apple iOS 32 bits, 64 bits et Arm 64, AppleTV, évidemment Android TV, Windows Phone, Windows Phone 10, c'est Windows mobile 10 et la version Windows RT, plus la version Xbox One, en même temps, avec des gens qui sont bénévoles. Bon. OK. On y croit.

Pas mal de travail a été fait sur le browsing de vos NAS10, directement depuis de VLC, pour tous les films que vous avez légalement téléchargés et mis sur votre NAS et pas du tout que votre Freebox a téléchargé en Torrent directement. Ce n'est pas du tout le genre !

Vous ça ne vous intéresse pas, mais on a un nouveau moteur de sous-titres qui a été développé par un Syrien, qui est à Alep, donc une histoire complètement délirante. Je vous conseille de regarder la vidéo11 où je raconte ça au FOSDEM cette année, et qui nous a permis, en fait, d’afficher les sous-titres en malayalam qui est donc une langue indienne, correctement. Voilà.

C'est tout pour ce soir. Et maintenant je prends vos questions.

Applaudissements

Allez-y. Questions. Il n'y a pas de questions auxquelles je ne réponds pas. Enfin presque ! Allez-y.

Public : Inaudible.

J. B. Kempf : Je réponds à ça après le micro. OK. D'autres questions ?

Public : Inaudible.

J. B. Kempf : Ouais. Notamment tu as un filtre gradient de Cel-shading. Tu as l'impression, en fait, d'avoir une sorte de dessin animé sur tous les films. Allez-y. Je ne mange pas.

Public : Les modes de financement ?

J. B. Kempf : L'association VideoLan est financée par des dons. Ouais. On a pas mal de dons, mais en même temps c'est ridicule. Un ingénieur français coûte 100 000 euros à l'année. On n'a pas 100 000 euros de dons par an. L'argent sert jute à acheter le serveur et à faire des conférences.

Public : Quelle est la motivation maintenant, vu que ça fonctionne bien sur beaucoup de plates-formes ?

J. B. Kempf : En fait ça ne fonctionne jamais bien ! Ça c'est l'envers du décor. Mais surtout ça fonctionne bien parce que c'est mis à jour en permanence. Il y a toujours des nouveaux formats vidéos. Il y a toujours des nouvelles versions de Windows, Mac OS, Linux, un système V qui arrive à gauche, qui casse tous tes trucs, etc. En fait, la maintenance est quand même assez importante. Et deuxièmement, tout ce qui est téléphones portables, iPads, tablettes et les télés connectées font qu'il y a beaucoup de chemin et il y a beaucoup de choses à faire sur ces plates-formes, donc il y a quand même beaucoup de boulot. Allez d'autres questions.

Public : Pourquoi sur Android ça a été aussi long ?

J. B. Kempf : En fait parce qu’Android c'est de la merde !

Public : C'est à cause de VLC ! C'est VLC qui n'est pas standard !

J. B. Kempf : Ouais, bien sûr, parce qu'en fait, ça c'est un peu l'envers de la médaille. Quand on commence à faire des choses un peu techniques comme VLC, on se rend compte que des gens incompétents il y en partout, même s'ils sont chez Google et même s'ils sont payés 300 0000 dollars par an et qu'ils sont capables de calculer le meilleur moyen pour faire marcher un gars sur neuf ponts à cloche-pattes et être capables de faire un sorting de un téra de données sur un mégabit de RAM. Les trucs dont on s'en tape parce que, de toutes façons, la plupart des gens ce sont des ingénieurs et il faut prendre des solutions. La première version sur Android, elle était en 2012, et pendant très longtemps elle a été bêta parce que c’était quand même particulièrement buggé. Il y avait deux façons de faire. Soit, première façon, qui est on ne fait que un player pour Android, donc ça va être assez facile. Soit on porte un truc correctement open source, en avançant correctement et en ayant le même core qui marche partout. Nous, on fait les choses bien, donc ça a pris du temps. Mais évidemment, la LibC d'Android, ce n'est même pas descriptible tellement elle est mauvaise. C'est-à-dire que même la MSVCRT 4 qu'il y avait sous Windows 95 était moins « pourrave ». Il faut le faire quand même ! Non, non, il faut le faire. Ouais ?

Public : Vous avez de la concurrence ?

J. B. Kempf : Il n'y a pas de concurrence ! Non. Non, je rigole, mais en vrai non. En fait, sur chaque plate-forme tu as un concurrent quoi ! Sur Android, tu as un truc qui s'appelle MX Player, qui est le truc qui est le plus connu, mais ils ne font que ça. Et puis là, la version qu'on sort maintenant, elle est plus rapide, d'ailleurs, dans la plupart des cas que eux et voilà. Sous Windows tu as encore des puristes qui utilisent MPCHT avec des filtres directshow et qui passent des heures et des heures à paramétrer leur machin. Mais le problème c'est que ça ne marche plus sous Windows 10, tu vois. Voilà. Mais il n'y a pas vraiment de concurrence cross platform. Allez d'autres questions…

Public : Est-ce que vous allez simplifier le menu de synchronisation des pistes ? Pour régler plus ou moins par rapport à la vitesse des pistes. Parce qu'on ne sait jamais, si on affiche un moins ou un plus, si ça va la décaler… C'est confirmé.

J. B. Kempf : C'est tout le problème en fait. Comment tu expliques à quelqu'un si le plus c'est une augmentation du délai ou une augmentation… ? Et surtout est-ce que ta piste principale, c'est la vidéo ou l'audio ? Alors je ne sais pas. Je pense qu'on a fait un peu mieux. Notamment maintenant, il y a une fonction où tu marques le son et ensuite tu marques la vidéo et ça se cale automatiquement. Voilà. D'autres questions ?

Public : Pourquoi c'est facile d'utiliser VLC en tant qu'utilisateur, mais quand on veut l’intégrer dans un logiciel, c'est hyper complexe ?

J. B. Kempf : Non, ce n'est pas hyper complexe.

Public : Ce n'est pas hyper complexe ? C'est une usine à gaz !

J. B. Kempf : À intégrer dans un logiciel ?

Public : Ouais. Au niveau de la librairie.

J. B. Kempf : Évidemment. Attends, ce n'est pas mon PC, donc trente secondes.

Public : Pas la peine !

J. B. Kempf : Non, non. Ne t'inquiète pas, ne pars pas ! Tou dou dou ! Je ne l'ai pas dans cette présentation-là. Ah si ! Évidemment ! Alors c'est hyper simple pour créer une utilisation de libVLC. Tu fais lib VLC new'', tu crées ton VLC. Tu fais ''lib VLC media new from location'' grosso modo. Tu crées ton média player et tu fais ''play. Strictement, en moins de cent lignes, tu as ton lecteur multimédia. Ça marche sur toutes les plates-formes, c'est de la même façon. Vraiment c'est hyper simple. C'est beaucoup plus simple que tous les autres frameworks que tu peux avoir en vidéo. Et ça marche sur toutes les plates-formes. Et on a plein d’exemples en WX, en GTK, en Qt, sur Android, en Java, on a la même chose sur iOS. Donc non, non, il y a vraiment de quoi faire tout, et puis surtout, ça utilise libVLC qui est déjà utilisé par VLC. Donc il n'y a pas de raison que vous ne puissiez pas faire la même chose que ce qu'on fait avec VLC.

Public : Moi ce que je voulais faire, c'est que là on arrive à bien se débrouiller et à faire un play dans le sens en avant, mais dès qu'on veut faire image par image en reculant, alors là !

J. B. Kempf : En fait c'est juste que VLC n'est pas fait… Ce n'est pas un moteur de montage vidéo.

Public : Ça ne vient pas du codec ? En fait dans l'autre sens ce n'est pas évident.

J. B. Kempf : Non. En fait il faut utiliser desframeworksde montage comme MLT.

Public : MLC, voilà.

J. B. Kempf : Mais ce n'est pas pour faire un player. OK. D'autres questions ?

Public : Si j'ai des fichiers conservés sur mon serveur distant, comment je peux faire pour les lire avec VLC sur mon réseau local ?

J. B. Kempf : Tu donnes l'URL en http. Voilà.

Public : Pas d’installation de serveur spécial. Avant il y avait VideoLan Server ?

J. B. Kempf : Non, non. Mais c'est quoi ton serveur distant ?

Public : Ben, un linux, un Debian par exemple…

J. B. Kempf : Avec un webdav par exemple ? En plus dans la version 3.0, c'est un des gros boulots, c'est qu'en fait maintenant on est capables de browser directement depuis VLC des FTP, SFTP, FTPS, NFS. Si tu veux le faire à la old way, du http, du webdav, du samba. Et donc tu mets ton URL et ça permet de browser et tu as quasiment un explorateur de fichiers dedans. D'autres trucs sur lesquels on bosse, tu peux faire aussi ça, en fait on est en train de bosser sur le support du Torrent. Alors évidemment, ceux qui n'ont pas beaucoup de bande passante, ça va être un peu dur. Désolé ! Mais en fait on va avoir une intégration où tu droperas juste ton Torrent et ça partira et ça te mettra à le steamer directement ton Torrent. Ouais. Bon. Il faut avoir du réseau !

Public : Si le fichier est en X265 par exemple, on a besoin d'avoir moins de réseau j'imagine !

J. B. Kempf : Ouais. Mais plus de CPU. En fait le streaming ça ne veut rien dire. Ça veut juste dire récupérer des données sur un réseau. Les gens s’imaginent que c'est très compliqué. Allez, dernière question et après je me barre. D'autres questions ? Rien ? Questions personnelles ? Non ? Qu'est-ce que je fais ?

Public : Inaudible.

J. B. Kempf : Oui. Bien !

Public : Toi tu comptes nous faire virer…

J. B. Kempf : En fait nos serveurs étaient à l'école et prenaient beaucoup de bande passante. On s'est fait hoster par Free, par la fondation Free. Mais l'école est complètement con. C'est qu'à partir du moment où le cœur, c'est-à-dire le truc, tu faisais les release, tu t'occupais de ton serveur FTP parce que c’était le truc important, en fait part de ton école et tes étudiants, eh bien les étudiants se sentent beaucoup moins proches et donc évidemment ça a juste accéléré les départs. Ouais ?

Public : Pourquoi un cône de chantier comme logo ?

J. B. Kempf : Je réponds après.

Public : À part VLC, sur quoi tu bosses ?

J. B. Kempf : Maintenant moi j'ai monté ma start-up autour de la vidéo et de VLC.

Public : Inaudible.

J. B. Kempf : Ce genre de choses. Ouais. Réparation de bugs, etc. Ouais.

Public : Quel est le système d'exploitation actuel de ton mobile ?

J. B. Kempf : Android ! En fait tous les trois mois je change de plate-forme, à peu près. Parce que de toutes façons il faut tester. Donc tu me verras sous Mac, tu me verras sous Linux, tu me verras sur Windows. Je suis un expert Windows. C'est horrible à dire, mais finalement avec VLC, je suis maintenant un expert Windows. J'en connais beaucoup plus sur les internals Windows que pas mal de gens. Je suis vraiment ouvert sur toutes les plates-formes. J'ai codé sur quasiment toutes les plates-formes, à part menu OS, je n'ai pas encore fait ça. En fait Android, tu peux très bien avoir Android et dire « j'utilise Android pour des raisons », mais tu peux quand même accepter que c'est de la merde techniquement. Les dernières versions, c'est quand même beaucoup mieux. Pareil. Tu es sur Android, tu as un téléphone qui fait quand même un multi quad-core ou un Galaxy S6 avec 8 cores, sauf que le moindre touch que tu fais, il met quand même plus de 300 millisecondes à être processé. C'est chaud quoi ! Ouais non. Ils ont pris des décisions techniques qui sont des décisions qui ne sont pas techniquement justes, mais pour des raisons de business. Ça ne veut pas dire qu'ils ont tort, mais ça ne veut pas dire que c'est bien. Et même ton système de mise à jour sous Android, on n'est même pas dans le mode calamiteux. Calamiteux ça ne commence même pas à décrire tellement catastrophique que c'est. C'est bon ?

Public : Apportez-vous votre contribution à la réalisation de standards vidéo ?

J. B. Kempf : Alors je ne fais plus jamais de comités de standard. Qu'ils aillent se faire foutre ! Ça ne m'intéresse pas. Les mecs, ils sont tous là, ils ont tous leur agenda. Ils ont tous envie de faire des trucs pour leurs raisons, pour des questions de pognon, etc. « Ah oui, mais j'en ai besoin parce que je veux, j'ai mon encodeur ». Ouais, mais ton encodeur il est pourri, ce n'est pas de ma faute quoi ? Tout le monde tire son bout de gras et c'est question de pognon. Ça ne s'intéresse pas. Moi je préfère de la techno qui marche.

Public : VLC ne pourrait t-il pas proposer un standard de format vidéo idéal ?

J. B. Kempf : Non. Déjà, il faut avoir envie. En fait c’est très compliqué parce qu'il n'y a pas de bons standards. On est dans le cas où il n'y a pas de bons standards.

Public : C'est quoi le moins pire ?

J. B. Kempf : Le moins pire ça va être du MKV, HT-64 ou du VP9. Et je pense qu'on va s’arrêter là-dessus.

Applaudissements

Rencontrez l'April à Saint-Étienne le 29 juin 2016

Le 17 May 2016 à 08:11:50

29 Juin 2016 - 17:00
29 Juin 2016 - 22:00

Frédéric Couchet, délégué général de l'April, et Magali Garnero, administratrice, seront à Saint-Étienne le 29 juin 2016 pour une présentation sur les dossiers et actions en cours suivie d'un apéritif dinatoire.

Cet événement est organisé à l'invitation de l'association Alolise.

L'événement aura lieu au restaurant Le Petit Boulogne 5 Rue Adrien Duvand, 42000 Saint-Étienne.

L'accueil aura lieu à partir de 17h, l'intervention débutera à 18h30 puis apéritif dînatoire de 19h30 à 22h00. Une participation au frais « à prix libre » est proposée. Vous pouvez signaler votre présence sur le Framapad.

N'hésitez pas à venir nous rencontrer.


Powered by Planet!
Mise à jour: Le 25 May 2016 à 05:02:34